Chemin privé !
Rougiers, le castrum Saint Jean.
" Dans l'aire méditerranéenne, tout a commencé avec Rougiers "
(Castrum 6 : Maisons et espaces domestiques dans le monde méditerranéen au Moyen-Age)
" À l'échelle nationale, la fouille du site de Rougiers s'est imposée comme un « modèle idéal » dont Jean Chapelot et Robert Fossier éclairent le caractère pionnier en 1980 : « Le village fouillé à Rougiers est, à plusieurs points de vue, d'un intérêt exceptionnel : d'abord parce que son étude, amorcée dès 1961 par Gabrielle Démians d'Archimbaud [ ...] était, à cette date, la première entreprise moderne de fouille d'un village médiéval en France ; ensuite parce qu'encore actuellement ce site reste le plus gros effort archéologique français visant à explorer aussi exhaustivement que possible un site rural médiéval, par ailleurs d'une grande ampleur et d'une certaine complexité ; enfin parce que cet habitat, par la durée de son occupation, la richesse du matériel archéologique, la finesse et la qualité des observations faites lors de la fouille, le contexte régional enfin où il se situe, est d'une importance considérable ! ». " (Hommage à Gabrielle Démians d’Archimbaud, 1929-2017 - Aux fondements de l'archéologie Médiévale française ; la3m.cnrs.fr).
Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 -
castrum saint jean rougiers
Le castrum de Rougiers fut fouillé de 1961 à 1968 sous la direction de Gabrielle Démians d’Archimbaud. Cette dernière publia les résultats de ces recherches sous le titre « Les fouilles de Rougiers (Var) ; contribution à l'archéologie de l'habitat rural médiéval en pays méditerranéen » paru en 1982 aux éditions du CNRS (724 pages).

Cinquante-cinq zones de fouilles furent définies à l'emplacement du château (1er plan) et de la basse-cour (à droite des deux tours du fond) et du village médiéval, ce dernier fournissant un matériel extrêmement abondant et bien stratifié ...

castrum rougiers saint Jean
Les fouilles ont permis de positionner une cuisine au pied de la tour et un four dans la pointe de l'angle au premier plan. A droite, le donjon (carré)et derrière moi à droite, une citerne.
oratoire statue castrum st jean rougiers
L' "immense" oratoire ! Ainsi qualifié par la Panurgie d'internet. Je serai plus mesuré.
rougiers rougier
" ROUGIERS. Canton de St-Maximin, Arrondissement de Brignoles, Var. En latin Rothgerium, Rogerium, Roger, Rodgarium, en provençal Rougier, était du diocèse d'Aix et de la viguerie de St-Maximin. Porte : d'argent, à un rouget, de gueules de couleur rouge." (Armorial des communes de Provence, Louis J S. de Bresc, 1866).
chateau castrum rougiers
" Dans ce village perché dont la fouille commence en 1961, certaines maisons avaient des murs conservés en élévation sur plusieurs mètres. " (Gabrielle Démians d'Archimbaud).
rougiers
Bien avant notre castrum, les premiers habitants des collines de Rougiers avaient préféré la crête de Piègu située 1 km plus à l'ouest, mais vers la fin du XIIème siècle, ils lui préfèrent la colline Saint Jean, c'est là qu'ils vont y développer l'ensemble médiéval qui nous est parvenu, un château, une chapelle et un village fortifié.
De droite à gauche, la château, la chapelle Saint Jean de Solferino, l'oratoire avec juste devant la statue de la Vierge à l'enfant, un peu plus bas, la table d'orientation sur le premier promontoire et enfin les ruines de l'ancien village.
castrum saint jean rougiers
" Gabrielle Démians d’Archimbaud ... Cette grande dame, fut, avec Michel de Bouärd, à l’origine du développement de l’archéologie médiévale en France. C’est en conduisant le chantier école du village déserté de Rougiers (Var) qu’elle s’est trouvée, avec son équipe, aux prises avec un matériel céramique aussi abondant que méconnu. 92 000 tessons lui imposèrent une approche nouvelle et systématique qui manquait alors cruellement de références. " (aiecm3.com)
castrum saint jean rougier
" Si le village féodal de Rougiers répond dans sa création d'ensemble aux nécessités agricoles ou militaires de l'extrême fin du XIIe siècle, celles-ci durent se modifier assez vite. Dès le milieu du XIIIe siècle, l'on constata en effet une évolution tendant non à l'abandon du site, mais à sa transformation : l'occupation semble moins intense et moins régulière. Foyers, monnaies, matériel se raréfient, tandis que les silos construits au centre du village sont transformés en dépotoirs, et que les cloisonnements multipliés le long des enceintes conduisent à l'abandon pratique du système défensif. Signes qui ne peuvent s'expliquer que par un dédoublement de l'agglomération, le premier hameau de plaine, connu par un texte à partir du début du XIVième siècle, ayant dû être organisé dès cette période. " (Gabrielle Démians d'Archimbaud, Actes du 90e Congrès national des sociétés savantes, Nice, 1965. Section d'archéologie, 1966).
chateau saint jean rougiers
A gauche, le Donjon avec devant, les ruines d'une tour carrée et à sa droite la tour la plus orientale. Et c'est encore l'abbaye Saint-Victor de Marseille qui témoigne de l'existence d'un "castellum vel villa de Rothgerium". En effet en 1040, elle reçoit une partie du site par donation de Fouque et de sa femme Odile. Un siècle plus tard, Guillaume de Signes est le seigneur de la place.
chateau saint jean rougier
En 1540, 2 maisons seulement étaient habitées.
chateau rougiers
Deux silos situés au pied du mur du premier plan ont fait l'objet de fouilles. Le grand mur du second plan abritait la chapelle castrale.
chateau provence rougier var
Vous pouvez amuser vos enfants à compter les archères.
chateau var rougiers
" Restée longtemps à l'écart des champs de recherches les plus actifs, l'étude des céramiques médiévales présente cependant un intérêt certain. « Fossiles directeurs » de toute fouille stratigraphique, moins trompeurs que tant d'autres vestiges d'apparence plus spectaculaire — ou même que certains textes — les humbles tessons retrouvés « en place », sur le sol des habitats, des églises, et des nécropoles fouillés minutieusement,  ou dans des dépotoirs nettement circonscrits, apportent des renseignements précieux aussi bien sur le plan chronologique que sur l'état de l'économie et des échanges en un temps précis. " (Gabrielle Démians d'Archimbaud, Actes du 94e Congrès national des sociétés savantes, Pau, 1969, Section d'archéologie et d'histoire de l'art).
rempart st jean rougiers

latrine chateau
Latrines.
tour chateau var provence rougiers
La tour ouest, dite à éperon, protégeait l'entrée du château, " le tout construit avec soin en maçonnerie à double parement de moellons équarris et assisés et chaînes d'angle en pierre de taille." (Inventaire général du patrimoine culturel - culture.gouv.fr).
Les vieux villages se sont déplacés dans les plaines, rarement les chapelles.
La chapelle Saint Jean de Solferino est toujours intégrée aux ruines du castrum. Elle a été construite en 1860, mais point de "Jean de Solferino", cette particule commémore simplement la bataille éponyme associée au passage des troupes de Napoléon III dans la région, vainqueur des troupes autrichiennes en Italie le 24 juin 1859.
Remarquez au fond en bas à droite l'ancienne statue qui dominait Rougiers avant d'être remplacée par celle ci-dessous - quand - qui ?
oratoire castrum st jean rougiers inscription
La statue vue de la table d'orientation et gravures sur la face sud de l'oratoire.
maison village abandonne rougiers

rougeirs ancien village
Un chemin en calade et des escaliers permettent d'accéder au village médiéval.
oratoir rougier
Un autre oratoire est situé sur le chemin de randonnée qui relie le village à celui-ci.
habitation troglodhytique Rougiers
Plusieurs abris témoignent d'un habitat qui pouvait aussi être troglodhytique.
ancien village medieval castrum rougiers
L'étroitesse de l'éperon ont parfois obligé les habitants à tailler la roche comme à gauche.
rougiers maison grotte rougeirs
A droite, aménagement d'une niche de rangement à l'intérieur d'une habitation.
rougier village castrum

grotte ancien village rougiers rougiers habitat medieval
A droite, le trou dans le mur devait servir à la canalisation de l'eau.
rougier village st jean chateau
Vers 1340, l'installation d'une verrerie redynamise le village perché. La peste de 1385 dévaste la région, elle est prolongée par une période de pillages qui contribue alors à un renforcement de l'occupation de l'éperon rocheux redevenu un lieu de refuge.

" ... la fouille a prouvé (scories, déchets, creusets) l'existence d'une verrerie sur le site : l'eau, le bois de hêtre et le sable siliceux ne manquent pas dans la région ; il a été trouvé 6 090 fragments de verres : verres à boire, coupelles, lampes, petits récipients, flacons, ainsi que 300 fragments de creusets. " (Bulletin de l'Académie du Var, 1983).
grotte rougier habitation médiévale
poterie moyen age rougier castrum " Les différents objets de verre, os, bronze, fer. fournissent de premiers renseignements sur l'évolution de l'outillage ou du décor quotidien. Les poteries enfin, datées par leur position dans les différents niveaux, et fort abondantes, donnent de précieuses indications sur les transformations de ce matériel usuel dont la valeur chronologique est grande, complétant les renseignements fournis par les différentes et nombreuses monnaies trouvées en place. " (Gabrielle Démians d'Archimbaud, Actes du 90e Congrès national des sociétés savantes, Nice, 1965. Section d'archéologie, 1966).

" ... de la céramique (93 919 tessons au total) tout d'abord celle de tradition antique : sigillés claires et orangées, estampées grises, communes grise et brune, glaçurées, sgraffito et majoliques archaïques, verre, outillage lithique, métallique et osseux. La céramique médiévale (céramique commune) de catégorie dite B3 (pâte grise non glaçurée 37 811 tessons, soit 42,6%) B2 (pâte claire à glaçure plombifère 7 027 tessons, soit 7,9 %) enfin B1 (pâte rouge à glaçure plombifère 45 852 tessons, soit 49,5 %). Enfin la céramique fine 8 403 tessons, soit 3,6 % du total, qui se subdivise en :
— céramique à décor de sgraffitto antique occidental ;
— céramique à décor au cobalt et manganèse sur émail stannifère ;
— groupe des majoliques archaïques ;
— céramique à décor au cobalt à lustre métallique et celle à couvercle monochrome. " (Bulletin de l'académie du Var, 1983).


A gauche en haut : Rougiers, fouilles XLI-XLIII, niveau 1, n° 94. Écuelle, décor triangulaire au lustre métallique et bleu de cobalt ; étude de la forme et du décor. (Relevé L. Vallauri.)

En bas : Rougiers, fouilles XXIII C, niveau 1, n° 115. Écuelle, décor au lustre métallique ; étude de la forme et du décor. (Relevé L. Vallauri.)

Le site de Saint Jean est progressivement abandonné à partir du XIII ième siècle au profit de la plaine, de ses terres cultivables et d'un accès plus facile aux voix de circulation. En 1420 le site est déserté.
vieux village abandonne var rougier
La chapelle Saint Sébastien située dans le village actuel de Rougiers devient chapelle paroissiale en 1640, l'acte signe le déplacement définitif de la population.
rougeirs vieux village
Fenêtre sur le Petit et le Gros Béssillon.
La Fontaine de Guillandière est située dans le vallon éponyme à 1,57 Km au sud-est du castrum. La découverte de très nombreux débris de poterie attestent de son utilisation par les habitants de Saint Jean, et ce, malgré la présence de citernes sur le site fortifié. " Je veux de l'eau de source et pas de l'eau de citerne - ou de camion ! " Cela vous rapelle sûrement quelque chose.
source guillandiere chateau rougiers
source guillandiere rougier Réunion du 1er septembre 1931, à la Préfecture du Var, sous la présidence de M. Roustan, Architecte des Monuments Historiques du Var. ... La Section Permanente confirme l'avis favorable au classement des sites suivants, émis par la Commission départementale des Sites dans ses séances des 17 juillet 1930 et 26 mai 1930 :

... " La commune de Rougiers sollicite l'inscription sur la liste - des sites pittoresques du Var, des ruines romaines et féodales de Saint-Jean et de la source romaine de Guillandière. Les ruines romaines et féodales de Saint-Jean sont situées au Sud de Rougiers, sur le sommet d'une colline dominant les alentours et se composent de pans de murs, parmi lesquels se trouvent les vestiges d'une tour romaine. D'après certains érudits, c'est cette tour qui aurait fait donner à (Rougiers où devait passer la voie Aurélienno — et non à Tourves — le nom de « Turris ». Ces ruines couronnent d'une manière très pittoresque l'éminence de l'ancien village et constituent un but d'excursion pour les touristes.

Il en est de même de la source de Guillandière, (ndlr, ci-dessous) située à 4 kilomètres environ au Sud-Est de la commune, dans un cadre très pittoresque ... Les ruines de Saint-Jean et cette source étant situées sur des terrains communaux peuvent être inscrites sans difficultés sur la liste des sites pittoresques du Var. Il suffira à la commune de préciser plus exactement les emplacements à classer en indiquant les numéros des parcelles cadastrales correspondantes, le lieu dit et la section du plan. Nous proposons donc de donner un avis favorable aux demandes de classements présentées par la commune de Rougiers.

Les conclusions du rapport de M. Roustan sont adoptées et le classement demandé à l'unanimité." (Bulletin de la Société pour la protection des paysages de France, 1932).

__________

Deux ans et cinq mois plus tard c'était chose faite, à gauche, l'acte du ministère de l'instruction publique et des beaux-arts - sites et monuments naturels, officialise le classement de la source de Guillandière et ses abords le 24 janvier 1934.
rougier
Le site a été classé monument historique le 18 mai 1967, il est aujourd'hui la propriété de la commune.
rougier

Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 -

Retour haut de page

Un renseignement, un commentaire ...
Saisir un prénom ou un pseudo :
Votre Email (facultatif) :

Commentaires :



Retour page d'accueil

RANDOJP

phpMyVisites