randojp
Chemin privé !
Une Provence romaine : Genius loci « Le génie du lieu »
" Cor ad cor loquitur " (le coeur parle au coeur). L'exhaustivité ne pouvant être un objectif, je vous livre ici deux coups de coeur : la villa Marius à La Roquebrussanne, les Antiques et le site archéologique de Glanum à Saint Remy de Provence.
" Cet empire romain, qui a remplit tout le monde, de sa gloire puissance et majesté, asservissant à sa domination les Rois comme esclaves, est évanoui : il n'en demeure plus que l'ombre et simulacre. Même cette grande République de tout le genre humain, la plus parfaite et accomplie, pour la beauté grandeur et variété, qui est le monde : quoiqu'il semble représenter une éternité, pour la parfaite forme dont ce grand Architecte la bâti et façonné, ne se garantira pas de cette ruine. "
Panégyrique de l'Hénoticon ou Édit de Henry III. Roi de France et de Pologne, sur la réunion de ses sujets,
à l'Église catholique, apostolique & romaine - Honoré de Laurens - 1586)

Pages : 1 -  

temple romain provence glanum st remy de provence
Temple romain à Saint Remy de Provence. Mais avant, on se souvient ...

Le sud de la France actuelle est envahie par les Romains entre 125 et 121 avant Jésus Christ. " Lors de la conquête de César (39 avt JC), on distinguait dans la Gaule deux parties : la Province romaine, dite aussi Gallia Braccata, à cause des braies ou hauts-de-chausses que portaient les habitants ; et la Gaule libre, ou chevelue (Galliacomata), ainsi nommée à cause des longs cheveux que portaient les Gaulois ...

Auguste (63avt-14 ap.JC) partagea la Gaule en 4 grands départements : Narbonnaise, Aquitaine, Lyonnaise et Belgique. " (Dictionnaire universel et classique d'histoire et de géographie - d'après les écrivains les plus estimés et les ouvrages les plus accrédités de toutes les époques et toutes les nations - 1833).

Celle qui nous intéresse ici, c'est la Narbonnaise qui fut scindée en 3 provinces au IVème siècle, et plus précisément le "Narbonnaise 2 ". En effet, la première, dont la capitale était Narbonne, correspond globalement au Languedoc, s'étendant jusqu'à Toulouse et Foix ; vers la fin de l'empire romain, cette province portait le nom de Septimanie à cause de ses sept villes principales. Ce dernier nom - Septimanie - réapparut en 2016 au moment de la réorganisation des régions, proposition de nom qui ne fut finalement pas retenue au profit de "Région Occitanie-Pyrenées-Méditerranée". La troisième narbonnaise avait pour capitale Vienne.
gaule romaine narbonaise provence romaine
Carte " Gallia Braccata seu Narbonensis " Jean-Baptiste Nolin - 1700.

La deuxième Narbonnaise (Narbonensis secunda), capitale Aix-en-Provence, comprenait la plus grande partie de la Provence et le Dauphiné. Cette province romaine comptait elle aussi sept villes principales : Aix, Antibes, Apt, Fréjus, Gap, Riez et Sisteron.

La villa Marius - ou villa du Loou (du nom du domaine) - à La Roquebrussanne (Var).
Le site a été découvert en 1977 par M. Marius Baudino, propriétaire, qui alerte immédiatement la Direction des antiquités historiques du Var - Côte d'Azur. Une fouille de sauvetage est effectuée de 1978 à 1983, il s'agissait alors de la première fouille complète d'une ferme gallo-romaine à vocation vinicole en Provence. Elle a permis la collecte d'une quantité importante de matériel archéologique et le dégagement de structures d'époques différentes sur un superficie d'environ 5000 m².
ferme romaine la roquebrussanne
Ce grand ensemble de bâtiments constituait le centre d'un vaste domaine agricole. On y cultivait principalement la vigne, l'olivier mais aussi les légumineuses. La capacité maximale atteinte a été de 1100 hectolitres de vin par an. Une vingtaine de tombes datant du 3ème siècle ont été retrouvées sur le site. Les espèces animales retrouvaient parmi les ossements attestent de la présence de chiens, volailles, boeufs, moutons, ânes, chevaux, lapins, sangliers, chèvres et cervidés.
L'établissement date de 46 avant notre ère, quand le domaine fut attribué à un militaire de la 6ème légion en récompense de ses services, puis agrandi au fil des siècles : la pierre remplace le bois ; jardin, bassin et péristyle viennent agrémenter la demeure, une nouvelle aile thermale et un chai plus grand sont construits ...  Jusqu'à son abandon au cours de dernier quart du 2ème siècle, soit après 250 ans d'occupation. Une occupation ponctuelle est notée jusqu'au VIème siècle.


La propriété s'est développée autour de deux villas : Rustica et Urbana, articulées autour du plan ci-contre  qui permet de distinguer : cellier, fouloir, cuves, pressoir, cour, des cases pour les esclaves, l'habitation principale, des thermes avec baignoires, des toilettes,  1 péristyle (galerie entourée de colonnes entourant le bassin), 1 atrium (salle de réception), 1 salle à manger (Triclinium) et des chambres (Cubiculi).


Cette liste ne permet toutefois pas d'évoquer quelque grande richesse puisqu'aucune trace de mosaïques, ni œuvre d'art n'ont été retrouvées.


4 à 5 autres villa gallo-romaines existaient sur le même territoire.


Remercions enfin le propriétaire qui a décidé de laisser le droit de visite libre à tous.
villa romaine la roquebrussanne

Maintenant, empruntons la Via Domitia (voie domitienne) vers Glanum.
Créée au moment de la conquête du Midi de la Gaule, à partir de 120 av. J-C, la via Domitia porte le nom de son fondateur, le consul Cneus Domitius Ahenobarbus. Cette voie reliait l'Italie aux Province d'Espagne sur un parcours de 500 Km : elle franchissait les Alpes au col de Montgenèvre, traversait le delta du Rhône, les plaines du Languedoc et du Roussillon et passait les Pyrénées près de Perthus.

Reprenant en partie d'anciens itinéraires gaulois la Via Domitia est la plus ancienne route construite en France. Aménagée et entretenue aux frais de l'Etat romain, la via Doimitia était un axe très fréquentée par les armées, les fonctionnaires, les commerçants, les voyageurs, les pèlerins ...

Au nord des Alpilles, la via Domitia franchit le Rhône à la hauteur des agglomérations antiques de Beaucaire et Tarascon et rejoint la Durance an niveau de celle de Cavaillon.

A l'extrémité ouest des Alpilles, elle traverse Ernaginum, un très important noeud routier aujourd'hui disparu, au croisement de trois routes majeures : la via Domitia au nord des Alpilles, la voie Aurélia au sud et la voir d'Agrippa reliant Lyon à Arles.

via domitia domitienne
Un axe secondaire permettait de se rendre à Glanum, agglomération antique bien antérieure à la construction de la via Domitia. La voie passait à mi chemin entre la cité antique l'agglomération moderne de Saint-Remy. 

Les Antiques et le site archéologique de Glanum à Saint Remy de Provence.

" A l'origine un oppidum salyen, peuple gaulois d'origine celto-ligure implanté en provence. Les premiers habitants s’installent aux VIIe et VIe siècles avant JC, à l’abri d’un rempart en pierres sèches qui ferme la voie des Alpilles sur 300 mètres de long. Des poteries et des monnaies jetées en offrande dans l’aven surplombant la source témoignent de la motivation religieuse, dès l’origine, de cette implantation gauloise. Un dieu celtique, Glan, et ses compagnes bienfaisantes, les Mères glaniques, habitent ces eaux réputées guérisseuses et donnent leur nom aux habitants.

Grecque avant de devenir romaine. Des relations avec le monde grec procurent par la suite aux Glaniques une prospérité qui s’est traduite au IIe et au Ier siècle avant JC par l’extension de la zone habitée et la construction d’édifices de type hellénistique. Puis, dans les toutes premières années du règne d’Auguste (63 avt JC - 14 après J. -C. ), Glanum devient une colonie latine. Cet évènement est à l'origine de la transformation rapide et profonde de l'urbanisme monumental de la cité. " (Extrait de la brochure de visite à télécharger sur "site-glanum.fr", vous y trouverez toutes les informations pour bien préparer votre visite, horaires, accès, prix ...).

Et maintenant, « Aut Cæsar, aut nihil » (Empereur ou rien). Offrons nos une entrée impériale dans Glanum en passant sous l'arc de Triomphe.
arc de triomphe romain glanum st remy de provence
L'ARC DE TRIOMPHE. Symboles majestueux des premiers temps de Saint-Rémy-de-Provence, l’Arc de Triomphe et le Mausolée des Jules sont deux monuments romains exceptionnels, classés monuments historiques depuis 1840.

Universellement connus sous le nom des Antiques, leurs formes imposantes et harmonieuses ont attiré, durant des siècles, promeneurs, peintres et photographes, voyageurs et érudits, qui en firent l’emblème de Saint-Rémy bien au-delà de nos frontières.

Durant plus de 16 siècles, ils furent les seuls éléments visibles de la cité gréco-romaine de Glanum oubliée de tous. Cette cité détruite ne fut fouillée et remise au jour qu’à partir de 1921.

Aujourd'hui isolé par la route reliant les Baux à Saint Remy, les monuments apparaissent comme détaché de la cité antique de Glanum. L'aménagement de leurs abords en plateau elliptique, à la fin du XVIIIème siècle, en a fait apparemment des objets indissociables et détournés de leurs vocations originelles. Ces deux monuments appartenant pourtant pleinement à la cité de Glanum, dotés chacun d'une fonction bien distincte.
antiques glanum st remy de provence
L'Arc de triomphe. Edifié vers l'an 20 ap. JC, l'arc de triomphe est la porte de la cité, placée sur une bretelle de la via Domitia, la voie romaine qui reliait l'Italie à L'Espagne. Antérieur d'environ un dei-siècle, le mausolée est un monument funéraire privé. Il fut érigé par la famille des Julii en dehors de la zone urbaine, dans la nécropole.

L’Arc Municipal matérialise la limite de l’espace urbain et commémore, par ses reliefs, la gloire de Rome et le triste sort de ceux qui se sont opposés à sa tutelle.

Privé de ses parties hautes (entablement et attique), il a été élevé à l’entrée de la ville dans les années 10-25 ap. J.-C. Il mesure actuellement 8 mètres de hauteur. L’Arc a été conçu sur un schéma très proche de celui d’Orange, bien qu’il ne présente qu’une seule baie.
arc de triomphe romain
Les fruits et les fleurs qui décorent l’archivolte des deux arcs de tête de la voûte à caissons de l’Arc signalent les bienfaits et l’abondance que Rome a apportés à la Gaule. De même, les quatre victoires ailées, porteuses de branches de laurier et d’étendards, sculptées dans les écoinçons, célèbrent la gloire de Rome.
 
Les reliefs de ses piles latérales montrent des Gaulois captifs enchaînés à un trophée (poteau de bois où sont accrochées les dépouilles guerrières).

LE MAUSOLEE

Le Mausolée est un des monuments funéraires les mieux conservés du monde romain.

Haut de 17 mètres environ, il s’élevait à l’entrée de la nécropole de Glanum. Il fut édifié dans les années 30-20 av. J.-C. par les descendants d’un notable local qui s’était engagé dans les armées de César et s’y était illustré, pour recevoir avec la citoyenneté romaine, le même nom que le Dictateur, Julius.

L’inscription gravée sur l’architrave de la face ouest du monument en témoigne :
- "Sextius, Lucius, Marcus, fils de Caius, de la famille des Julii, à leurs parents".
- Les statues figurant dans la tholos représenteraient deux membres de la famille. Très dégradées, elles ont été remplacées par des copies à l’identique lors de la restauration de 2007-2008.

A l’intérieur du Mausolée, aucune urne cinéraire ou inhumation n’a été trouvée, il peut donc s’agir d’un cénotaphe commémoratif.

De bas en haut, le monument comporte :
- un socle massif historié, aux reliefs accentués par la technique de la cernure, où est évoquée sous forme mythique la valeur guerrière du fondateur de la famille,
- un petit arc à quatre faces qui suggère à la fois le triomphe militaire et la victoire sur la mort,
- un petit temple rond (tholos) qui abrite les effigies de deux personnages héroïsés et fiers d’arborer la toge. Ce sont les "parentes", c’est-à-dire le père et le grand-père des dédicants.

SES BAS-RELIEFS ...
mausolee les antiques monument romain glanum st remy de provence
mausolee les antiques monument romain glanum st remy de provence
Bas-relief ouest du mausolée. Transposition dans le registre homérique du thème de la vertu guerrière : le schéma est celui de Ménélas protégeant le corps de Patrocle contre les troyens ; noter l'étrangeté des ornements au-dessus des casques (cimiers) en éventail ou en cornet.
mausolee les antiques monument romain glanum st remy de provence
Bas-relief est du mausolée. Transposition héroïque de l'acte de bravoure accompli par le fondateur de la famille dans les armées de César (le personnage est représenté au centre du bas-relief en train de désarçonner une Amazone ; une Victoire lui pose la main sur l'épaule). Dans la partie gauche, la famille reçoit la nouvelle de sa victoire et de son accession à la citoyenneté romaine.
mausolee les antiques monument romain saint remy de provence
Bas-relief nord du mausolée. Un combat de cavaliers évoque la vertu guerrière du personnage héroïsé. Noter l'habileté du sculpteur dans la représentation des chevaux qui semblent jaillir de la pierre.

Pas de photo du bas-relief sud mais cette explication tout de même. Transposition dans le registre mythologique du thème du courage et de la vertu : il s'agit de la chasse au sanglier de Calydon, conduite par Méléagre avec le concours de Castor et Pollux (les deux cavaliers que encadrent le sanglier).

A gauche sont représentés les compagnons de Méléagre qui ont été blessés au cours de l'opération, à l'arrière-plan leurs compagnons lèvent les bras en signe de deuil ou de déploration. (
Etudes de Pierre Gros et Henri Rolland. Relevés de J. Bruchet).
mausolee les antiques romain st remy de provence
Le petit temple rond (tholos) dominant le mausolée, il abrite les effigies de deux personnages héroïsés et fiers d’arborer la toge. Ce sont les "parentes", c’est-à-dire le père et le grand-père des dédicants (vignette du milieu à droite).

GLANUM. On traverse la route qui mène aux Baux-de-Provence pour entrer dans le site archéologique ...
glanum st remy de provence ville rmaine
Soulignons d'abord la qualité des panneaux explicatifs : textes concis et graphismes soignés concourent à la qualité de la visite, j'aurais aimé que mes cours d'histoire romaine soient illustrés par un tel ensemble.
site romain provence glanum st remy de provence
La rue principale traverse la ville du nord au sud (orientation de cette prise de vue).
egout romain provence glanum st remy de provence
De larges dalles recouvrent les égouts et les canalisations d'eau propre. Les égouts - vignette à gauche en bas - évacuaient les eaux usées et les eaux de pluie, parfois torrentielles, vers l'extérieur de la ville. La canalisation d'eau propre - en bleu ciel sur la vignette -  plus petite, court parallèlement à l'égout sur toute sa longueur.
maison romaine
La maison des Antes (ante = "renforcement de l'extrémité d'un mur généralement agrémentée d'un pilastre surmonté d'un chapiteau", sur la photo, ce sont les deux support rectangulaires du fond). Elle est caractéristique des demeures hellénistiques méditerranéennes. Comme à la villa Marius, les pièces d'habitation ouvre sur une cour bordée de portiques - péristyle - occupée au centre par un bassin recevant les eaux de pluie, l'impluvium. Le trop-plein se déverse dans une citerne située en dessous, dont l'écoulement permettait le nettoyage des latrines. Une pièce fut valorisée à l'époque romaine par deux antes, pilastres d'angle à l'extrémité des murs, ornés de chapiteaux corinthiens.

romains provence
A l'époque romaine, une partie du marché fut modifié en sanctuaire dédié à la Bonne Déesse - Bona Dea, déesse oraculaire qui écoute les prières. L'autel votif, découvert en 1937, daté du Ier ou IIème siècle, est dédié "aux oreilles" de la déesse représentées dans un couronne végétale.
roamains en provence monument
L'inscription complète est "AURIBUS LOREIA PIA MINISTRA." Remarquez les deux oreilles (auribus) au centre de la couronne.

Tradition romaine, les Thermes de Glanum construits à partir de 40 avt JC, ont été transformés à la fin du 1er siècle ap JC.
thermes romains bassin
Cet établissement de bains publics comprenait un bassin alimenté par une fontaine en forme de masque de théâtre que vous pouvez voir au milieu de la largeur de l'autre côté du bassin.
thermes romains
Une aire plus large servait de gymnase en plein air (palestre). Le bassin évoqué juste avant est à droite, alors que sur la gauche on trouve trois salles.
thermes romains chauffage
Les thermes comprennent trois salles : la salle froide (frigidarium) - la salle tiède (tepidarium) et la salle chaude (caldarium). Le chauffage de l'eau du bain est réalisé grâce à l'installation d'un hypocauste qui permet de produire de l'air chaud circulant sous le plancher des salles. La source de chaleur est en effet située en contrebas ou sous les thermes : ce type de chauffage est alors appelé « hypocauste » de hypo : « sous » et kaiô : brûler, chauffer.

La chaleur produite par le foyer (praefurnium) circule entre des pilettes de briques - ce sont les briques rouges sur la photo - qui supportent le plancher des pièces à chauffer. L’air chaud circule également dans des tubulures, « tubuli », tuyaux en terre cuite insérés dans les murs et enveloppant les différentes salles jusqu’au plafond. Les salles tièdes sont naturellement plus éloignées de la source de chaleur que les pièces chaudes.

maison romaine atys glanum ville romaine
La maison de Cybèle et d'Atys. Bâtie au IIème siècle av JC, elle fut occupée pendant 5 siècles et connut de nombreux remaniements. Dans la légende initialement phrygienne puis grecque avant de s'occidentaliser, Cybèle s'était opposée au mariage d'Atys et de la nymphe Sagaritis. Atys alors devenu fou s'émascula. Cybèle eut-elle regrettée son geste ? Elle le métamorphosa finalement en pin.

curie romaine
A droite de l'image, la curie, reconnaissable à son abside, était le lieu des réunions des assemblées municipales. Elle est prolongée par la salle de tribunal et la chapelle du culte impérial.

basilique romaine
La basilique, édifice romain formé d'une grande salle rectangulaire divisée en plusieurs nefs par des colonnades et terminée par une abside, annexée au Forum et servant de cours de justice. C'était un vaste bâtiment administratif dont il ne reste que 24 piliers de fondation.

forum romain
Le Forum, place publique romaine qui était fermée par deux portiques. Tour à tour, centre monumental hellénistique, quartier d'habitation, forum augustéen suivi d'un deuxième forum accueillant une basilique.

Des vestiges hellénistiques ont été découverts sous le forum romain. En 2007, sa restitution a été entreprise en choisissant de rendre la configuration de la fin du 1er siècle av JC. Deux "fenêtres archéologiques" - ouvertes dans le sol - permettent d'observer les parties d'époques antérieurs : le puits à dromos et la place trapézoïdale hellénistique.
puits dromos
Le puits à dromos. Il tient son nom du couloir, ou dromos, aménagé en un escalier d'accès à l'eau. 5 inscriptions sur marbre ont été découvertes à l'occasion de fouilles entreprise entre 1984 et 1989. Datées de la seconde moitié du IIème siècle, elles sont dédiées aux frères impériaux Marc Aurèle et Luicius Verus, à Septime Sévère, à son épouse Julia Domna et leur fils Caracalla.

fontaine romaine
La fontaine triomphale. Comme au château de Tourves, et même si les illustrations sont parfois des hypothèses de restitution, on voudrait par un jeu d'imagination relever les murs de cette cité, redresser les statues et les fontaines, entendre le bruit de l'eau et évoquer la vie dont ce lieu fut le théâtre.

La fontaine était alimentée par une canalisation en plomb qui prenait certainement naissance dans l'un des bassins de captage alimentés par l'aqueduc de Peirou.

temple romain provence glanum cite romaine
Imaginez ... Positionnez votre souris sur l'image et un peu de patience pour admirer ...

Les temples géminés. Deux temples à l'architecture identique, mais de taille différente, ont été édifiés en l'honneur de la famille impériale. Ils étaient mis en valeur par un péribole, grand portique en U qui embrassait les temples.
tmples gemines glanum romain
Chapiteaux, blocs de corniches, acrotères (ornement du sommet) ... découverts in situ ont servi de modèle, en 1992, pour la reconstitution d'un angle du petit temple. Du grand temple, restent les fondations, et des blocs effondrés.

rempart romain
Le rempart. Ses murs défensifs sont constitués de blocs s'appuyant sur des murs d'enceinte protohistoriques. Au centre, une porte charretière et une porte piétonne cantonnée d'une tour séparaient les nouveaux quartiers urbanisés et l'ancien centre ville indigène, avec le quartier de la source sacrée. A l'époque romaine, cette porte a été transformée en entrée d'honneur.
glanum monument marcius paeto
Le monument de C. Marcius Paeto se situe juste après le rempart, il a été remonté en 1966 par J. Bruchet et H. Rolland ; si sa fidélité n'est pas garantie, elle reste néanmoins recevable (Glanum, oppidum Latinum de Narbonnaise, Anne Roth-Congès - 1992).

source romaine sacree
La source sacrée. Les Saliens lui attribuaient des vertus thérapeutiques. Le culte du Dieu "Glan" autour de ses eaux favorise le développement de l'habitat et contribue à la fortune du site. D'abord simple bassin taillé dans la roche la source est couverte d'un édifice au IIème siècle av JC.


Le bassin (à droite), accessible par un escalier, était alimenté par une galerie de captage.


A l'époque romaine, le sanctuaire d'Hercule et le temple Valetudo sont ajoutés de part et d'autre de la source.


Le temple Valetudo est situé à gauche de la source, à l'emplacement des trois colonnes. Valutedo était la déesse romaine de la santé.


Ci-dessous, le sanctuaire d'hercule.
source romaine provence
autel romain vautif hercule
De nombreux autels votifs ont été retrouvés devant le sanctuaire d'Hercule. Vous pouvez facilement y lire ce nom. Un exmple de traduction, sur la stèle du milieu : HERCVLI F(ieri) A(rea) L(oco) ROG(ato) ET ROG(ato) EIVS VOTO, soit : " A Hercule en un lieu consacré et qu'il avait revendiqué pour le voeu qui lui était adressé ". (traduction J.-J. Hatt).
glanum
A gauche, l'escalier bordé de terrasses qui étaient habitées, il reliait la source au sanctuaire rupestre. A gauche les fumoirs à vin servaient à fumer le vin pour mieux le conserver.
glanum site romain provence
Les maison indigènes correspondent à des habitations d'époque gauloise datant d'avant la monumentalisation de la ville.
glanum site romain saint remy de provence
On révise ... Et comme nous avions souhaité relever les murs ...
glanum site romain saint remy de provence
Et voilà ... Au XVIème siècles les Antiques (l'arc de triomphe et le mausolée) étaient le seul témoin visible de la ville de Glanum, ils  n'intéressaient que quelques érudits et voyageurs. Puis aux XVII et XVIIIème siècle, les découvertes d'objet antiques se sont multipliés aux abords du site.

En 1921, le site devient l'objet de fouilles dirigées par Jules Formigé, architecte des monuments historiques. Sous l'autorité de ce dernier, Pierre Brun dirige pendant 20 ans les travaux ; il dégage les abords de la basilique, les maisons du quartier nord et les thermes.

Henri Rolland lui succède de 1941 à 1969. Depuis 1983, les fouilles ont repris, apportant notamment une meilleure connaissance des remparts et des temples géminés.

Photo, il s'agit d'une maquette construite à partir de planches  à découper dans le livre : " Cité gallo-romane de Glanum : Provence, numéro 35 " (Anne-Marie Piaulet, François Salviat, Jean-Marie Lemaire, Alain de Bussac) disponible à la boutique du site ou sur internet.
glanum site romain saint remy de provence

glanum site romain saint remy de provence
" Contemplata aliis tradere " - Communiquer aux autres ce que l'on a contemplé. Une très belle visite à ne pas manquer.

Egalement incontournable, cette vidéo  : L'expansion de Glanum from Gantelet Yohan on Vimeo.



Envie de voir plus Grand ? C'est ICI.

Pages : 1 -

Retour haut de page

Un renseignement, un commentaire ...
Un prénom, un pseudo ...
Votre Email (facultatif) :

Commentaires :



Retour page d'accueil

RANDOJP





phpMyVisites