Chemin privé !
Evenos, le lieutenant de vaisseau Louis REVEL (1916 - 1944),
le matelot Jacques ROUX (1924 - 1944).

  " Sans cette cérémonie, combien d'enfants de France sauraient son nom ? Il ne le retrouva lui-même que pour être tué ... " (André Malraux)

Vous écoutez le discours prononcé par André Malraux (ministre d’État chargé des Affaires culturelles) le 19 décembre 1964 à l'occasion du transfert des cendres du préfet (et résistant lors de la Seconde Guerre mondiale) Jean Moulin qui reposait jusqu'alors au cimetière du Père-Lachaise. Comme le veut le protocole, le discours est adressé à Charles de Gaulle, alors président de la République.

Un grand merci à Marcel, Henri, Pierre, et, tout particulièrement à Emmanuel Dissais, qui entretiennent l'indispensable devoir de mémoire et m'ont aidé à reconstruire cette émouvante histoire.
Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7

La stèle du LV Louis Revel sur le massife du  Croupatier (au nord-ouest de Toulon, commune d'Evenos)

Il y a plus de dix ans, en randonnant sur le Croupatier, plateau de l'est toulonnais, sous le Baou des 4 Oures, je m'étais étonné de découvrir une tombe isolée mentionnant : " EV Louis Revel, mort pour le France, 21 août 1944 ". M'interrogeant sur ce triste destin, la présence d'un corps (?), je laissai une question sur mon site, appelant toute personne à me renseigner sur l'histoire de cet homme.
enseigne de vaisseau louis revel
Quelques mois plus tard, je recevai ...

De Marcel : " Le LV Louis REVEL a été tué lors d'une escarmouche le 21 août 1944, date de libération de la commune d'Evenos. Officier des Marins Pompiers de Toulon (commandant la 3ème compagnie) il venait de prendre des instructions et de l'armement à l'Etat Major des troupes de libération au REVEST et regagnait Toulon en passant par le Croupatier pour éviter les allemands présent dans les quartiers nord de Toulon. En cours de route ses hommes et lui eurent un accrochage avec dres allemands et se dispersèrent. REVEL continua sa progression avec un de ses hommes vers le Croupatier où était posté un groupe de tiralleurs algériens. Ces derniers alertés par les tirs accueillirent les deux marins français par un feu nourri croyant avoir à faire avec des ennemis. Louis REVEL fut mortellement touché au cours de cette méprise et la stéle du Croupatier marque l'endroit où il fut provisoirement inhumé. Aujourd'hui il repose au carré militaite du cimetière de Lagoubran à l'ouest de Toulon. Il avait 28 ans et déjà un passé glorieux. Il s'était notamment opposé à l'entrée des troupes allemandes dans l'arsenal de Toulon au cours du sabordage de la Flotte. La stéle, où vient se recueillir sa famille chaque année, est aujourd'hui entretenue par les Marins Pompiers de Toulon. "

Henri : " Une cérémonie à laquelle j'ai participé s'est déroulée le samedi 30 juin au Croupatier à la mémoire du LV REVEL. Il semblerait que l'enseigne de vaisseau REVEL, pompier, et 8 de ses hommes ont traversé les lignes allemandes pour rejoindre les alliés sur le plateau du croupatier. Au cours de l'ascension, ils ont eu des escarmouches avec les allemands. La compagnie de pompiers s'est disloquée. L'EV REVEL et un de ses hommes ont continué pendant que les autres faisaient demi-tour. Ils auraient tués 2 allemands en cours de route (enterrés à la gipière). Malheureusement, dans la nuit, en arrivant sur la plateau, les tirailleurs marocains les ont confondus avec les allemands et ont fait feu. L'EV REVEL a été tué et son camarade blessé. C'était le 21 août 1944, la veille de la libération de Toulon. "
Et quelques années plus tard ...
Emmanuel Dissais, qui entretient un devoir de mémoire au profit des hommes morts pour la France, me transmettait de précieuses informations et me proposait une improbable série de photographies d'époque. Comme je savais désormais le LV Louis Revel reposant au Carré Militaire du cimetière de Lagoubran à Toulon, je m'y rendai pour enrichir cette reconnaissance.
revel 1944
Le LV Louis Revel était né le 09 février 1916 à Roanne, département de la Loire. Il avait été admis à l'Ecole Navale qui forme le officiers de carrière de la Marine nationale en 1936, promu enseigne de vaisseau de 2ème classe en 1938, enseigne de vaisseau de 1ère classe le 1er janvier 1940, il fut élevé au grade de lieutenant de vaisseau à titre posthume le 20 août 1944.
enseigne de vaisseau louis revel marin pompier
Près de 60 ans séparent ces photos. La croix a été changée mais la plaque sommairement gravée et bien que fendillée est toujours là. Cette dernière mentionne le grade d'enseigne de vaisseau alors que l'actuelle (voir infra) le désigne lieutenant de vaisseau. 

Par ailleurs, le lieutenant de vaisseau Louis Revel a été cité à l'ordre du Corps d'armée avec Croix de guerre et Etoile de vermeil :  " Modèle d'esprit militaire, s'est porté, le 21 août 1944, avec un groupe d'hommes, au devant des troupes d'investissement dans la région de Toulon pour y établir le contact avec un bataillon du 3e RTA. A été tué au cours d'une escarmouche, alors qu'il rejoignait les lignes françaises. " (décision n°111 E.M.G./3 du 15 novembre 1944).
enseigne de vaisseau louis revel croupatier
Le LV Louis Revel reposa un temps à ... (endroit ?) aux côtés de (?) avant de rejoindre le Carré Militaire du cimetière de Lagoubran. Emmanuel Dissais pense que l'inhumation provisoire a eu lieu au Revest les Eaux.

Si quelqu'un connait - reconnait - cet endroit, vous pouvez m'écrire grâce au formulaire en bas de page.
tombe revel evenos le revest
Les tombes de Jacques Roux et Louis Revel.

La tombe du LV Louis Revel est à droite. Remarquez la plaque au pied de la croix, elle mentionne " Le groupe Chaffois, à son chef regretté, en témoignage d'admiration ". Elle orne toujours la tombe du marin pompier, voir ci-après.

" Une énigme sur le compagnon d'infortune qui repose aux côtés du LV Louis Revel, le travail d'agrandissement ne suffit pas à lire correctement le nom gravé sur la croix, peut-être "Roux" ou "Dour", ou "Bour" Là aussi, j'avais laissé cette question en suspens sur le site en espérant un jour une réponse. Quand ...
Emmanuel Dissais, opiniâtre, me transmettait quelques jours plus tard : " j'ai identifié le 2ème soldat : il s'agit de Jacques (Ovide Hilarion) ROUX, Mort pour la France le 22-08-1944 (Le Revest les Eaux, 83 - Var), Né le 26-04-1924 à Uzès (Gard) - carrière/statut : militaire - Marine - Grade : matelot radiotélégraphiste - unité : bataillon des marins pompiers (BMP) de Toulon. Mention Mort pour la France. Cause du décès tué au cours de la libération de Toulon. Effectivement, son nom figure sur le monument aux morts d'Uzes, photo ci-contre (colonne de droite, 10ème nom).

Si vous revenez au récit d'Henri un peu plus haut vous pourrez lire "
l'EV REVEL a été tué et son camarade blessé " peut-être s'agissait-il déjà du matelot Roux, mort de ses blessures (?) le 22 août ...


Photo geneanet.org

La tombe du LV Louis Revel au cimetière de Lagoubran à Toulon
carre militaire cimetiere lagoubran toulon
Le Carré Militaire du cimetière de Lagoubran à Toulon.
tombe lv louis revel cimetiere lagoubran toulon
La tombe du LV Louis Revel. Derrière le bouquet, couchée sur le gravier, la plaque que nous avons pu observer plus haut et qui ornait déjà la sépulture : " Le groupe Chaffois, à son chef regretté, en témoignage d'admiration ", voir la photo ci-dessous à droite.
tombe lv louis revel cimetiere toulon carre militaire groupe chaffois tombe lv louis revel
Je souhaiterais compléter cette page par quelques informations sur le groupe Chaffois car je ne possède aucune information sur celui-ci, je vous propose donc de m'écrire grâce au formulaire en bas de page et vous remercie par avance.
ancien carre militaire cimetiere toulon luois revel
Le Carré Militaire (cimetière de Lagoubran ?) avant sa restauration. Le LV Louis Revel repose, comme aujourd'hui, aux cotés de Jean Heim, adjudant au 411ème BA (1913-1942).

Si quelqu'un peut me confirmer qu'il s'agit déjà du Carré Militaire du cimetière de Lagoubran (m'écrire grâce au formulaire en bas de cette page) ?

Le monument aux morts d'Evenos, le LV L. Revel, Léonce Bonifay et André Magnien
Evenos
En passant par Evenos je retrouvai un autre hommage au LV Louis Revel sur le monument aux morts du village : "Lt de vaisseau Louis Revel mort pour la France le 21/08/44 à l'âge de 28 ans lors des opérations de libération d'Evenos".
Deux autres noms figurent sur ce monument :

- " BONIFAY Léonce, 114ème d'infanterie mort pour la France le 18 juin 1915 ".
Le ministère de la défense entretient la mémoire des 1,3 million de militaires décédés au cours de la Grande Guerre et ayant obtenu la mention "Mort pour la France". Il met pour cela à disposition du public une base de données intitulée "Mémoires des hommes" comprenant de nombreux documents numérisés issues des fonds d’archives et de différentes collections.
Cette base de données présente notamment les fiches individuelles numérisées de militaires décédés au cours de la Première Guerre Mondiale et ayant obtenu la mention "Morts pour la France" ; dont celle de Léonce BONIFAY (image de droite).
On apprend ainsi que Léonce Bonifay était né le 28 juin 1874 à Evenos, soldat, matricule 2085, classe 1894, recruté à Toulon, mort de ses blessures de guerre à l'hôpital militaire d'Abeville le 18 juin 1915.
Je me rappelle alors Marcel Pagnol qui, évoquant son ami Lili, avait écrit "... et il était tombé sous la pluie, sur des touffes de plantes froides dont il ne savait pas les noms ..."
- André MAGNIEM. " Ici est mort pour la France Magniem André, maréchal des logis au 7ème RCA le 21/08/44 à l'âge de 23 ans ". Il était né le 20-12-1921 à Toulon.

Après le débarquement de Provence les troupes alliées foncent sur Toulon, elles passeront notamment par Evenos où le fort Pipaudon est tenu par les Allemands. La place forte bombardée dès le 17 août 1944 ne tombera finalement que cinq jours plus tard, le 22 à 18h30, "assommées par d’incessants tirs d’artillerie". Sainte-Anne est libérée le 21 août par le 4ème escadron de Spahis qui arrive du Beausset. Le 7ème RCA (Régiment de Chasseurs d'Afrique) peut partir à l'assaut d'Evenos et de sa forteresse. Les chars avancent, mais "alors qu’ils se trouvent devant le monument aux morts des obus tirés du Gros Cerveau s’abattent sur eux. André Magniem, chef du char TD (Tank Destroyer) Dragon 2, est tué. Il venait de quitter sa tourelle pour examiner la situation". (source mairie.evenos.free.fr/doc2010/ presse/revel.pdf - M.B.L.).

"C'était un chic type" dira de lui Lucien Lozza, pilote du char. Passage obligé par le site www.chars-français.net pour lire un article sur A. Magnien et l'évènement tragique du 21 août.

Interrogation orthographique : le monument aux morts d'Evenos orthographie Magniem, avec un "M" alors que les sites "Mémoire des hommes" et "Chars-français" l'écrivent avec un "N" ?


De gauche à droite Jean CASTERAN – André MAGNIEN – Henri MARTINEZ – Marcel VALENTE – Lucien LOZZA
(http://www.chars-francais.net)
A droite, le monument aux morts d'Evenos au sortir de la guerre. Il y manquait la plaque rendant hommage au LV Louis Revel.



La reconstruction de ces histoires s'achève ici, elle laisse encore quelques interrogations qui trouveront peut-être des réponses dans les prochains mois :
  • Jacques Roux était-il avec Louis Revel le 21 août 1944, décédé le 22 des suites de ses blessures ?
  • Magnien avec un "M" ou un "N" ?
  • où le LV Revel a-t-il été inhumé provisoirement après avoir été tué ?
  • la photo du premier Carré Militaire a-t-elle été prise au cimetière de Lagoubran ?
  • activité du groupe Chaffois ?

La Marine Nationale, " Cols Bleus " et le LV Louis Revel

Extrait du magasine "Cols Bleus", hebdomadaire de la marine nationale, édition du 24/12/2004 : " La stèle oubliée d'Évenos."

Il y a quelques mois, en sillonnant les chemins du Croupatier, un chasseur de Six-Fours découvre une stèle cachée par un bosquet. Il s'agit de celle élevée à la mémoire de l'EV Louis Revel, tué le 21 août 1944, jour de la libération d'Évenos. L'information parvient au président des anciens combattants d' Évenos, Marcel Leguay qui entreprend des recherches. Pendant les premières années de l'Occupation, l'EV Revel demeure en situation d'activité sur les bâtiments de la Marine à Toulon.

En 1942, il prend une part active au sabordage de la flotte et rejoint aussitôt les rangs de la Résistance, puis ceux des FFI qui préparent le Débarquement. Quand il se produit, Louis Revel se met au service des troupes alliées dès qu'elles arrivent au contact. Le jour du drame, avec ses hommes, il devait être en position d'observation sur les hauteurs du Croupatier et a probablement été atteint par des tirs de l'artillerie allemande. Il a été élevé au grade de lieutenant de vaisseau à titre posthume. Lors des cérémonies marquant le 60" anniversaire de la libération d'Évenos, les personnalités civiles et militaires se sont rendues pour la première fois devant cette stèle pour rendre un vibrant hommage à l'officier disparu. La plaque à la mémoire de ce valeureux marin, scellée au fronton du monument aux morts sur l'initiative des anciens combattants d'Évenos, a été inaugurée au cours de la cérémonie."


Ci-dessous, un autre extrait du magasine "Cols Bleus", hebdomadaire de la marine nationale, édition du 25/07/2009 : " Evenos rend hommage aux marins-pompiers de Toulon. Évenos et le marins-pompiers de Toulon scellent leur parrainage".

La ville d'Évenos a accueilli, dimanche 28 juin, une délégation de la compagnie de marins-pompiers de Toulon afin de sceller le parrainage qui les unit. Des liens très étroits ont en effet déjà été tissés depuis de nombreuses années autour d'un nom : Louis Revel. Officier en second
de la compagnie des marins-pompiers de Toulon, Louis Revel commandait une section de résistants lorsqu'il fut abattu sur la commune d'Évenos le 28 août 1944. Le corps de ce héros de la résistance a été enterré sur place avant d'être déplacé dans le carré militaire du cimetière de Toulon quelques années plus tard.
Une stèle marque l'endroit de sa première sépulture et son nom est inscrit sur le monument aux morts de la commune.

Depuis plusieurs années les marins-pompiers se sont engagés, en collaboration avec la mairie d'Évenos, à entretenir cette stèle et à assister
chaque année aux cérémonies de libération de la Provence. " ...

... " Ensuite, sous l'égide de M. Moukbirian, délégué général de l'association des villes marraines, et en présence du CV Wilz, représentant le préfet maritime de la Méditerranée, de nombreux élus, des représentants des associations d'anciens combattants, M. Legay, maire d'Évenos, et le CF Charenton, commandant la compagnie de marins-pompiers de Toulon, ont signé la chartre avant d'en faire la lecture et d'échanger les traditionnels cadeaux. Ainsi s'est achevée cette cérémonie, en souvenir de Louis Revel, mais aussi en celui de tous les marins-pompiers morts en service. "

Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7

Retour haut de page

Un renseignement, un commentaire ...
Saisir un prénom ou un  pseudo :
Votre Email (facultatif) :

Commentaires :


Retour page d'accueil

RANDOJP