Chapitre 3
La Rome
Renaissance et baroque


Chapitre 1 - La Rome antique
.
Chapitre 2 - La Rome chrétienne

Dernier épisode : la Rome merveilleuse des maîtres italiens de la Renaissance et de l'époque baroque.
Tout s'assemble ...

La fontaine de Trévi

Commandée à Niccolò Salvi en 1732 par le pape Clément XII Corsini pour remplacer le modeste bassin installé à cet endroit par Nicolas V, la fontaine de Trevi fut achevée en 1762 par Niccolo Pannini. Adossée au palazzo Poli, cette œuvre monumentale en forme d'arc de triomphe, écrase la minuscule place sur laquelle elle se trouve.
L’origine de son nom peut être légendaire, selon les goûts de chacun : ainsi, certains affirment qu’elle fut nommée Trevi à cause des bas-reliefs de la fontaine, en référence à la légende selon laquelle une dénommée « Trevi » aurait sauvé sa virginité en indiquant l’emplacement de cette source. Mais l'étymologie la plus acceptée, moins poétique mais plus probable est latine : trivium (tre vie en italien), signifiant « trois rues », et Trevi est justement le nom du rione (secteur administratif, dans plusieurs villes italiennes) où trône cette fontaine monumentale, rendez-vous par excellence des amoureux et des couples désirant un enfant.

Louve de Rome
La fontaine de Trevi est un exemple de la perpétuation du style baroque dans la Rome du XVIII siècle, de par son mélange des effets, sa monumentalité et sa référence à la fontaine de la Piazza Navone par Le Bernin. L'ensemble est surmonté du blason du pape Clément XII, ainsi que de quatre statues sous la balustrade représentant les quatre saisons.
La niche principale abrite le dieu Océan, sculpture de Pietro Bracci ; elle est entourée par l'abondance et la salubrité, œuvres de Filippo della Valle, un sculpteur florentin ; ces deux rondes bosses étant elles-mêmes surmontées de deux reliefs représentant d'un côté la jeune fille découvrant la source alimentant la fontaine (par Grossi) et de l'autre, le général et homme politique romain Agrippa commandant la construction de l’aqueduc de l'Aqua Virgo alimentant la fontaine (par Andrea Bergondi). Le char d'Océan est tiré par des chevaux marins eux-mêmes précédés par des tritons. L'un des chevaux est paisible tandis que l'autre semble agité, afin de symboliser les deux aspects que peuvent nous offrir la mer.
La fontaine est alimentée en eau par l'aqueduc d'Aqua Virgo, construit en 19 av. J.-C. par Marcus Vipsanius Agrippa. Ce canal de 20 km de long alimenta en eau durant tout le Moyen Age, le secteur du champ de Mars.
A droite se situe un rocher surnomé l'Oeuf. Celui-ci a été placé par l'architecte devant la boutique d'un commrçant peu aimable cachant ainsi la vue sur la fontaine depuis la boutique.

Je reviendrai ...


Il est de coutume de jeter une pièce de monnaie par le bras droit en tournant le dos à la fontaine avant de quitter Rome, une superstition associée à la fontaine étant que celui qui fait ce geste est assuré de revenir à Rome afin de retrouver cette pièce. Cependant, la monnaie de cette fontaine est collectée par les autorités et envoyée à des œuvres de charité, qui se partagent près d'un million d'euros par an. Chaque matin, avant l'arrivée des touristes, la circulation de l'eau est coupée. La fontaine est nettoyée à la brosse et les pièces sont rassemblées en un long serpent, à l'aide de longues perches, et récoltées par aspiration, sous la surveillance de la police.

Fontaine de Trévi



PIAZZA NAVONA

Piazza Navona
La piazza Navona (ou place Navone), est une grande place monumentale située dans la partie nord du Champ de Mars. Elle s'est construite sur les ruines du stade de Domitien (Ier siècle), dont elle conserve la forme exacte. Elle est, par son décor architectural — fontaine des Quatre Fleuves du Bernin, église de Sant'Agnese in Agone de Francesco Borromini — l'un des plus beaux ensembles baroques du centre de Rome.

Piazza Navona
La fontaine  « des Quatre Fleuves », fut commandée à l'architecte Le Bernin par le Pape Innocent X et achevée en 1651. Les quatre fleuves symbolisent les quatre parties du monde : le Danube l'Europe, le Nil l'Afrique, le Gange l'Asie et le Rio de la Plata l'Amérique. Au centre de la fontaine se trouve un obélisque portant en hiéroglyphes le nom de Domitien, surmonté d'une colombe, emblème des Pamphili (famille noble romaine dont le palais se situe sur la piazza Navona et qui donna plusieurs papes dont Innocent X, commanditaire de la fontaine).
C'est une œuvre phare de l'art baroque, pleine de courbes, d'effets (l'obélisque semble posé sur le vide, une grotte étant aménagée sous sa base) et de mouvements ; elle est un théâtre à elle toute seule, un spectacle en action.
Une légende, encore très populaire aujourd'hui, est liée à la rivalité entre Le Bernin et Francesco Borromini. On prétend que la statue du Rio de la Plata a le bras tendu de peur d'un effondrement de l'église de Sant'Agnese in Agone et aussi que la statue du Nil couvre son visage pour ne pas la voir. En fait, le visage de la statue est couvert d'un voile parce qu'on ne connaît pas encore les sources du Nil. Ce n'est qu'une légende, puisque la fontaine a été construite avant l'église, entre 1648 et 1651, alors que le début de la construction de Sainte-Agnès par Borromini n'est pas antérieur à 1652.

Piazza Navona
Deux autres fontaines ornent cette place : celle de Neptune (photo), de Gregorio Zappalà e Antonio Della Bitta, et celle du Maure, de Giacomo della Porta, datant respectivement de 1574 et 1576. Le bassin de la fontaine de Neptune, disposé à l'une des extrémités de la place Navone, a reçu des ornements sculptés à la fin du xixe siècle.





 

Partout des colonnes, des obélisques ...

Parc du Pincio
Fontaine du parc du Pincio

Le pons Aelius


Le Pont Ælius ou pont Saint-Ange, relie les deux rives du Tibre face au château Saint-Ange. Il fut construit en 134 sous le règne de l'empereur Hadrien qui lui donna son nom, Pons Ælius. La rénovation du pont date de 1667, elle est confiée au Bernin qui ajoute un chemin de croix symbolique en ornant le parapet de dix statues d'ange portant les instruments de la Passion.


Le château Saint Ange

château St Ange
Le château Saint-Ange (en italien, Castel Sant'Angelo) est situé sur la rive droite du Tibre, face au pont Ælius (actuel pont Saint-Ange - ci-dessus). Résidence papale, forteresse, prison ou palais, le site est aujourd'hui un musée dont la terasse offre une vue magnifique sur Rome.
Giacomo Puccini place sur les remparts du château les dernières scènes de Tosca : Cavaradossi, après avoir rêvé à son bonheur passé (E lucevan le stelle), est fusillé sur la terrasse par le peloton d'exécution et Floria Tosca, de désespoir, se jette du parapet dans le Tibre.






Monument à Victor-Emmanuel II


Le monument à Victor-Emmanuel II, aussi connu sous le nom de Vittoriano, estsitué Piazza Venezia (Place de Venise) à côté du Capitole. Au centre du monument surgit l'Autel de La Patrie (Altare della Patria), tandis qu'à l'intérieur du bâtiment se trouve le musée sur la réunification de l'Italie (Museo del Risorgimento).


Le monument, ainsi que son grand escalier, est tout entier de marbre blanc éblouissant. Au centre la statue équestre de Victor-Emmanuel II, due au sculpteur Enrico Chiaradia. Au-dessus du bâtiment, de chaque côté, deux statues de la déesse Victoria conduisent un quadrige. Au-dessous brûle la flamme éternelle, sur la tombe du Soldat inconnu. La fontaine, à gauche, symbolise la mer Adriatique et celle de droite la mer Tyrrhénienne.
La réalisation du Vittoriano provoqua beaucoup de protestations: pour les uns, c'était le râtelier, pour d'autres, la machine à écrire, le lavabo... Ses adversaires trouvaient le bâtiment trop colossal et très mal assorti avec le centre historique de Rome. Cependant, aujourd'hui, la plupart des romains considèrent ce monument, qui continue à attirer de nombreux visiteurs, comme un des symboles de leur ville.



Piazza di Spagna

Piazza di Spagna
Elle s'appelle « place d'Espagne », car on y trouve l'ambassade d'Espagne près l'État du Vatican. L'église de la Trinité-des-Monts, en haut de grands escaliers, fut construite par ordre du roi de France Louis XIII. La décoration principale de cette place en forme d'œuf est sur le côté nord-est, cet escalier monumental à trois niveaux, commandé par le cardinal de Tencin, et dont les deux niveaux supérieurs sont séparés en deux arcs, souvent décorés de fleurs, au bas duquel se trouve la fontaine Barcaccia (en forme de barque comme son nom l'indique)sculpté par Pietro et Gian Lorenzo Bernini. La plupart du temps, ces escaliers sont recouverts de personnes assises : romains appréciant de se retrouver à cet endroit, et touristes.




Piazza del Popolo


Le nom italien signifie littéralement la « place du peuple », mais historiquement, il découle du peuplier (populus en latin) d'après lequel l'Église Sainte-Marie-du-Peuple, à l'angle nord-est de la place, prenait originellement son nom.
Un obélisque égyptien de la période de Ramsès II et originaire d'Héliopolis se trouve au centre de la place. Cet obélisque a été rapporté sous le règne d'Auguste et installé sur la place en 1589 par Domenico Fontana sur demande du pape Sixte Quint.



La villa Borghese

Réservation obligatoire pour visiter la villa Borghese, le plus courru des musées Renaissance de Rome dont les oeuvres sublimes emplissent tout l'espace, pas une seule fausse note pour cette visite exceptionnelle. Ppas de photos, c'est interdit, vous devrez vous contenter du site officiel dont j'ai extrait les images ci-dessous. A ne manquer sous aucun prétexte pour admirer les statues de Bernini, en particulier "Pluton et Proserpine",  les tableaux du Caravage, Titien, Raphael et autres Cranach, Rubens ...

villa Borghese
Gian Lorenzo Bernini, dit Le Bernin ou Cavaliere Bernini (Naples, 7 décembre 1598 – Rome, 28 novembre 1680), sculpteur, architecte et peintre italien, son empreinte romaine est omniprésente. Il fut surnommé le second Michel-Ange. Son art, typiquement baroque, est caractérisé par la recherche du mouvement, la torsion des formes, le spectaculaire et les effets d'illusion.


Le parc du Pincio

parc du Pincio


Rome


Fin de la Dolce Vita, Federico Fellini avait montré Anita Ekberg prenant son bain dans la fontaine en robe du soir, sous les yeux d'un  Marcello Mastroianni, ému ... C'est donc fini ...

A Ciao !

Chapitre 1 - La Rome antique  -  Chapitre 2 - La Rome chrétienne


   
Retour haut de page

Un renseignement, un commentaire ...
Saisir votre nom ou pseudo :
Votre Email (facultatif) :

Commentaires :


                  
Retour page d'accueil