Chemin privé !
Sainte Baume
La grotte de Sainte Marie Madeleine
" C'est ici la sainte montagne ; le sommet élevé d'où l'on entend les derniers bruit de la terre et les
premiers concerts du ciel. " (Chateaubriand)

" Il éprouva un saisissement extraordinaire en mettant le pied dans cette caverne sombre, silencieuse, peuplée de souvenirs, objet d'une constante vénération. " (Joseph d'Ortigue, La Sainte Baume).

Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 -

ste baume grotte marie madeleine
chemin des rois ste baume grotte marie madeleine Les pèlerinages papaux, royaux et princiers se sont succèdés à la Sainte Baume. Ils laissent leur nom au chemin de rois (Chemin des Roys) qui rejoint la grotte au départ de Nans les Pins. Ainsi et sans être exhaustif :
  • - le pape Etienne IV dès 816 ;
  • - le pape Jean VIII en 878 ;
  • - Saint Louis en 1254, à son retour de Terre Sainte ;
  • - Louis XI encore dauphin ;
  • - Philippe VI de Valois en 1332 ;
  • - François Ier en 1516 après sa victoire à Marignan ;
  • - Henri II, fils de François 1er,
  • - Charles IX en 1564 ;
  • - Louis XIV accompagné d'Anne d’Autriche et de Mazarin le 5 février 1660.
ste baume grotte marie madeleine chemin des rois  ste baume grotte marie madeleine
Le blason à fleurs de lys gravé au dessus du portail d'entrée témoigne des pèlerinages royaux. La liste des pèlerins et bienfaiteurs est impressionnante, outre ceux cités ci-avant, on retiendra :
- Louis XI qui enrichit la grotte en 1456 après un incendie dévastateur (1440) ;
- François Ier et Louise de Savoie, roi et reine de France, en pèlerinage à la Sainte Baume en janvier 1516. Le roi rendait alors grâce après sa victoire à Marignan. Il offrira le « portail François Ier » encore visible à l’hôtellerie (accès à la chapelle).

François Ier et sa suite, sa femme la reine Claude, sa mère la reine Louise de Savoie, sa soeur Marguerite, femme du duc d’Alençon et  reine de Navarre, ainsi q’une partie de sa cour à la Sainte Baume en janvier 1516. Tableau de Prosper François Barrige Irénée de Fontainieu, né en 1760 et décédé à Marseille en 1850, membre honoraire de l'Académie royale de peinture de Paris. L'oeuvre est conservée au musée municipal de Draguignan.

" François 1er visita deux fois la Sainte-Baume : la première fois, à son retour d'Italie: en 1516 il y vint en action de grâces, pour le succès de la bataille de Marignan ... " Il ordonna la réparation de l'église de la Sainte-Baume ou la benoiste Madeleine faisait sa pénitence, et le logis et couvent des frères qui y sont lequel est fort caduc et démoli ". L'hospice fut reconstruit sur la voûte qui précédait la terrasse, et on plaça sur la porte d'entrée cette inscription François 1er, avec les armes de France. L'entrée de la grotte fut décorée dans le style de la Renaissance. On sculpta sur un bas-relief du fronton sainte Madeleine transportée par les anges, saint François " (Notice sur la Sainte-Baume, 2ème édition, M. L. Rostan, 1877).

ste baume grotte marie madeleine
La Révolution n'épargne pas le site.

" Il n'y avait rien alors à la Sainte Baume qui put exiter la cupidité des ravisseurs  ; et l'on vit néanmoins se renouveler encore dans ce saint lieu les horreurs et les impiétés de 93 (1793). Les soldats du maréchal (Brune), transportés d'une sorte de rage, quittèrent la grande route et se dirigèrent vers la Sainte Baume pour assouvir sur les objets religieux qu'elle renfermait encore leur fureur aussi impie qu'insensée. Ils brisèrent et anéantirent tout ce que la piété y avait élevé depuis peu et n'y laissèrent que des débris " (Monuments inédits sur l'aspotolat de Sainte Marie Madeleine en Provence, M. Faillon, éd 1848).

" Les portes furent arrachées, les murs et les toits renversés, les autels brisés, les statues mutilées, et en quelques heures l'hospice et le couvent devinrent des masures." (La sainte Baume - Joseph d'Ortigue - éd 1834).

Source WIKIPEDIA : en  1791, le marquis d’Albertas rachète les biens des dominicains qui avaient été vendus comme biens nationaux. En 1793, la Sainte-Baume est rebaptisée « les Thermopyles », l’intérieur de la grotte et la grande hôtellerie attenante (dont on voit encore les traces de boulins dans la falaise) sont détruits. Heureusement, Lucien Bonaparte, mari de Christine Boyer, fille de l’aubergiste de Saint-Maximin, sauve la basilique et la forêt de la Sainte-Baume des révolutionnaires. En 1814, le maréchal Brune détruit la grotte et ce qui venait d’y être reconstruit. Ce n'est qu'en 1822, que Chevalier, préfet de Toulon, restaure le culte catholique.

Je reprends la main après WIKIPEDIA pour revenir sur le destin tragique du maréchal Brune que Napoléon aurait  qualifié "d'intrépide prédateur". Pendant les Cents Jours, l'empereur lui confie le commandement d'un corps d'observation sur le Var ", il inspire alors "une terreur générale". Discrédité après la nouvelle chute de l'empire et  quelques semaines à peine après le saccage de la Sainte Baume par ses troupes, il quitte Toulon le 1er août  "poursivi par les clameurs et les menaces d'une populace furieuse" et gagne Avignon.  Le maréchal se réfugie à l'Auberge de la Poste mais " la populace y pénétre  par toutes les issues ... ". Un dénommé Farge lui offre un pistolet pour lui éviter le supplice promis par les assaillants, mais le maréchal refuse. Devant ce refus, Farge tire mais "Brune détourne avec la main ; la balle porte dans la corniche du plafond . Un second pistolet ne prend pas feu . A l'instant, le nommé Rocofort, porte-faix, dit à Farge de lui laisser la place libre, et qu'il ne le manquerait pas. En effet, ... la balle atteint le maréchal par derrière, entre l'oreille et l'épaule, et sort de la poitrine ; il tombe mort. Le suicide est aussitôt constaté par procés verbal ..." ( ! ) - (Préservatif contre la biographie nouvelle des contemporains, M. Le comte de Fortia-Piles, éd. 1822).
calvaire ste baume grotte marie madeleine
On retrouve l'initiative du père Vayssière, artisan créateur du calvaire, 12ème station du chemin de croix, inauguré le 8 juillet 1914 en même temps que les 150 marches conduisant à la grotte.

Après la Révolution. " C'est en vertu de deux ordonnances royales des 20 janvier et 14 mars 1821, que l'église de la Sainte-Baume a été érigée en Chapelle vicariale, et que les terrains et bâtiments adjacents ont été, comme par le passé, unis, à ladite chapelle. Par la munificence de SA MAJESTÉ, des fonds ont été alloués pour la restauration de la Sainte-Baume et la construction du nouveau presbytère ; et SA MAJESTÉ a comblé tous nos vœux en consentant par sa décision du 12 janvier 1823 que la Sainte-Baume fut érigée en Chapelle royale ; des quêtes et des souscriptions nombreuses ont suppléé aux ressources nécessaires pour faire face à toutes les dépenses, et ont dû prouver à M. le Préfet que ce monument intéressait non-seulement le département du Var, mais même les départements voisins, en un mot toute la Provence. " (Notice sur la Chapelle royale de la Sainte-Baume - Mgr François-Joseph de Villeneuve, 1823).

psaume ste baume grotte marie madeleine
Quelques psaumes gravés sur des plaques de marbre jalonnent la fin du chemin de croix :
- Heureux les pauvres car le royaume des Cieux est à eux. Heureux les doux car ils recevront la terre en héritage"
- Heureux les artisans de paix car ils seront appelés fils de Dieu. Heureux les persécutés pour la justice car le royaume des Cieux est à eux.
- Heureux les miséricordieux car ils obtiendront miséricorde. Heureux les coeurs purs car ils verront Dieu.
ste baume grotte marie madeleine
" Dans cette plaine qui porte son nom, St Maximin avait bâti un oratoire par la même impulsion qui avait conduit Marie Madeleine à la Sainte-Baume. Tous les deux, l'un dans la montagne, l'autre dans la grotte, pouvaient apercevoir la retraite où Dieu les avaient rapprochés sans les distraire." Extrait de "Sainte Marie Madeleine, fervent plaidoyer pour le rétablissement des lieux saints de Provence " d'Henri Dominique Lacordaire dont on aperçoit la statue au dessus de la porte à droite de la photo (également ci-dessous).
ste baume grotte marie madeleine pere lacordaire ste baume grotte marie madeleine
marie etienne vayssiere ste baume grotte marie madeleine
En haut à droite, la statue du père Henri-Dominique Lacordaire qui redonna dès 1859 toute sa dimension au site après la période troublée de la Révolution. Pour ce faire, il racheta le couvent de Saint-Maximin, réinstalla les frères prêcheurs à la grotte le 22 juillet de la même année et fit construire l’hôtellerie dans la plaine de la Sainte-Baume.
Dessous, le père Marie-Etienne Vayssière,gardien émérite du site à qui l'on doit, entre autres, la restauration des escaliers, le calvaire et le chemin de croix (voir ci-avant). Son corps repose dans le petit cimetière de l'hôtellerie.
Depuis 1910 et les lois de séparation de l’Église et de l’État, la grotte est propriété de la commune du Plan d’Aups.
pieta sainte baume ste baume grotte marie madeleine
En 1932, Marthe Spitzer, juive convertie proche des Bénédictines de la rue Monsieur, réalise la Pietà " la descente de la croix " qui sera offerte par la basilique " La Madeleine de Paris " et installée sur le parvis de la grotte. Il s'agit là de la treizième station du chemin de croix.
accenteur alpin ste baume grotte marie madeleine
L'esplanade da la Sainte Baume est aussi le paradis des accenteurs alpins !
accenteur alpin ste baume grotte marie madeleine
Même l'hiver !
grotte marie madeleine statue ste baume grotte marie madeleine
Les Dominicains ont la responsabilité du site depuis 1295. Ils avaient alors succédé aux Bénédictins, gardiens de la grotte depuis 1079 ; eux-mêmes successeurs des Cassianites présents sur le site dès 415.

L'ordre des Cassianites porte les préceptes de St Cassien, fondateur de l'abbaye St Victor à Marseille. Les Cassianites laissent une empreinte indélébile à la Sainte Baume en ouvrant le chemin des pèlerins jusqu'à la grotte et l'installation d'un couvent de religieuses qu'on appelait alors "Béguines". Ces dernières donnent leur nom à un des deux sommet de la Sainte Baume : "le Signal des Béguines", 1148 m, nom reliquat d'un vieux conte de Provence. En effet deux Béguines auraient miraculeusement échappé à la mort après un saut depuis le sommet du massif alors qu'elles fuyaient la malveillance de deux effrontés ... Elles avaient, auparavant, confié leurs âmes à Marie Madeleine.

grotte sainte marie madeleine ste baume grotte marie madeleine
L'entrée de la grotte et, à l'extrême droite, la croix, quatorzième station du chemin de croix.
grotte marie madeleine ste baume grotte marie madeleine
" Il éprouva un saisissement extraordinaire en mettant le pied dans cette caverne sombre, silencieuse, peuplée de souvenirs, objet d'une constante vénération. " (Joseph d'Ortigue, La Sainte Baume, vol 1)
grotte marie madeleine vitrail ste baume grotte marie madeleine
Marie Madeleine est la patronne des Compagnons du Devoir dont les pèlerinages à la grotte s'inscrivent dans la grande histoire de l'ordre. En effet, Maître Jacques, un des pères fondateurs, aurait vécu à la Sainte Baume et " serait enterré non loin d'ici " ; on en reparlera ...
« .... En réalisant les vitraux qui marquent les principaux jalons de l'itinéraire de Marie Madeleine, je me suis efforcé, par le simple jeu des couleurs translucides de créer une espèce d'enveloppe immatérielle propice au recueillement et à la prière…» (Pierre PETIT). Les sept vitraux de la grotte sont l'oeuvre du compagnon Pierre Petit, « Tourangeau, le disciple de la Lumière » qui réalisa l'ensemble entre 1976 et 1983.
vitrail grotte marie madeleine compagnon ste baume grotte marie madeleine
Je laisse aux passionnés le développement de toute la symbolique de ce travail remarquable. Toutefois, un oeil attentif et un peu de curiosité rendent l'exercice particulièrement intéressant. Ainsi, pour ce premier vitrail "On dira ce qu'elle a fait jusqu'à la fin des temps", remarquez :
- la signature de l'oeuvre sur le vitrail « Tourangeau, le disciple de la Lumière. C. Vitrier. D:D:U » à gauche de la tête de mort ; les initiales signifiant : C pour "Compagnon" et  D.D.U. pour " Des Devoirs Unis ".
- les symboles du compagnonnage, compas et équerre,en bas droite.
- la célèbre canne "gage précieux de la valeur et de la gloire".
- la date de réalisation : 1977. Chaque vitrail porte ainsi cette signature et sa date de création.

" Ô Marie Madeleine
Amante de l'Amour,
Parfaite pénitente,
Apôtre des apôtres,
Faites que nous répondions à l'Amour
par le plus grand amour
Amen ".
vitrail pierre petit sainte baume ste baume grotte marie madeleine
Quelques détails des vitraux, en particulier le chien qui a sa petite histoire, contemporain de Pierre Petit, son nom était "Pilou".
grotte marie madeleine ste baume ste baume grotte marie madeleine
Statue de Marie Madeleine contemplant le crucifix ; oeuvre du sculpteur Emilien Cabuchet, offerte par Monseigneur Dupanloup, évêque d'Orléans.
marie madeleine statue ste baume grotte marie madeleine     Grotte de Marie Madeleine Sainte Baume
"Marie Madeleine vivra aux pieds de Jésus Christ disparu, comme elle vivait à Béthanie et au calvaire, amante accoutumée aux délices de la contemplation, et n'ayant besoin que de regarder dans son âme celui qu'elle regardait autrefois sous le voile transparent d'une chair mortelle" (H. D. Lacordaire).
vitrail ste baume grotte marie madeleine
- A gauche. La conversion de Marie Madeleine, pécheresse aimante, repentante et pardonnée. 1983. A genoux devant le Christ, pécheresse repentante, verse d'abondantes larmes venues du tréfonds de sa misère. De ses cheveux, elle essuie les pieds du Christ, les couvre de baisers, les oint de parfum. Ses péchés, ses nombreux péchés, lui sont remis parce qu'elle a montré beaucoup d'amour  (Luc, 7, 47).
- Au centre. Le repas de Béthanie. 1982. Hôte attentionnée du Christ, la famille de Béthanie se réjouit de sa présence. Marthe est au service, Marie Madeleine à l'écoute. C'est Marie qui a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée (Luc 10, 42).
- A droite. La résurrection de Lazare. 1981. Lazare vient de mourir. Une fois encore, Marie Madeleine est aux pieds du Maître éperdument confiante en celui qu'elle aime. Jésus ressuscite son frère. Je suis la résurection et la vie. Qui croit en moi, même s'il meurt, vivra ; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais ? Le crois-tu ? (Jean, 25-26).
statue ste baume grotte marie madeleine
" Marie-Madeleine élevée par les Anges jusqu'au Saint Pilon ", la statue du sculpteur Alexandre date de 1878. C'est dans la grotte un lieu privilégié pour les prières et offrandes à Marie-Madeleine. Je connais un homme dans le Christ qui, voici quatorze ans - était-ce en son corps ? Je ne sais pas ; était-ce hors de son corps ? Je ne sais ; Dieu le sait - cet homme-là fut ravi jusqu'au (...) Paradis, et entendit des paroles ineffables qu'il n'est pas permis à un homme de redire (2 Corithiens 12, 2-5).
source ste baume grotte marie madeleine
La source Saint Sidoine au fond de la grotte, comme son nom l'indique elle aurait la vertu de guérir les maladies des yeux.  
relique marie madeleine
Ce reliquaire d'Armand Caillat, célèbre orfèvre de Lyon, fut réalisé en 1890 à la demande de Monseigneur de Terris, évêque de Fréjus-Toulon. Il sert d'écrin à quelques reliques de Sainte Marie Madeleine préservées de la destruction révolutionnaire, qui proviennent de l'urne de porphyre autrefois vénérée à Saint Maximin. Que leurs ossements refleurissent dans la tombe (Siracide 49, 10).
autel ste baume grotte marie madeleine
L'autel (au premier plan) est la table du Seigneur, le "rocher spirituel" sur lequel est célébré chaque jour la Sainte Messe. Tu consacreras l'autel ; il sera éminemment saint, et tout ce qui touchera l'autel sera saint (Exode 29, 37).
autel ste baume grotte marie madeleine
Le retable, oeuvre du sculpteur Alexandre réalisée en 1860. Marie Madeleine en pleurs sous le regard du Christ offert et crucifié.  Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la soeur de sa mère, Marie femme de Clopas, et Marie la Magdaléenne (Jean 19, 25). C'était là tout l'amour du monde au pied de la Croix (Lacordaire).
ex voto grotte marie madeleine Sainte Baume   grotte de marie madeleine ste baume ex voto
eloge  maris madeleine françois petrarque sainte baume grotte marie madeleine
François Pétrarque (1304 - 1374), poète et humaniste italien, habita un temps en Provence. En 1337, il accompagna Humbert II, dernier dauphin de Viennois, lors de son pèlerinage à la Sainte-Baume.
Alors que son frère Monicus (Gérard) réside à la chartreuse de Montrieux, il lui dédie un ouvrage intitulé "De Otio Religiosorum" qui se termine par un éloge à Maris Madeleine repris ci-après et gravée sur une plaque de marbre installée à l'intérieur de la grotte (plaque du haut - photo de gauche).
" ... tu semblas m'encourager à dire rapidement quelque chose à la gloire de la très sainte femme ". Pétrarque improvise sur place le poème. " (Marie Madeleine dans la mystique les arts et les lettres, Eve Duperray, édition Beauchesne).
Eloge de Marie Madeleine, François Pétrarque (1) : « Douce amie du Seigneur, laissez-vous fléchir par nos larmes et nos prières, assurez notre salut ! Vous le pouvez car ce n'est pas en vain qu'il vous fut permis de toucher, d'arroser de vos pleurs et de vos gémissements, d'essuyer de vos tresses parfumées, de baiser les pieds divins du Seigneur, et de répandre sur sa tête les plus riches parfums.
Non, ce n'est pas en vain qu'à peine triomphant de la tombe, il vous accorda ses premiers entretiens, ses premières paroles. Ce n'est pas en vain que ce Roi des célestes demeures vous donna de contempler la première son divin Corps dans sa gloire immortelle et son éternelle splendeur. C'est qu'il vous avait vu serrer la Croix d'une pieuse étreinte, sans redouter ni les violences ni les persécutions, ni les clameurs des troupes furieuses, ni leurs insultes aussi cruelles que des tortures. »
Eloge de Marie Madeleine, François Pétrarque (2) : « Abîmée dans la douleur et pourtant intrépide, vous touchiez avec respect les clous ensanglantés, vous inondiez ses plaies de vos larmes, vous frappiez votre poitrine de coups impitoyables, vous arrachiez de vos mains les boucles de vos blonds cheveux. Le Seigneur avait été témoin de cette douleur et de ces marques de votre tendresse, tandis que ses fidèles disciples se dispersaient devant ses bourreaux; aussi, dans sa reconnaissance, voulut-il vous revoir la première, s'offrir tout d'abord à vos seuls regards; et quand il eut quitté la terre pour remonter aux Cieux, durant trente années, il vous nourrit dans cette grotte, non plus de terrestres aliments devenus pour vous inutiles, mais d'une manne céleste et d'une salutaire rosée.
Pour vous, cette étroite demeure avec ses rochers humides, avec ses ténèbres et son horreur, l'emportait sur les riches campagnes, sur les palais des rois avec leurs lambris dorés et toutes leurs délices. Dans cette retraite volontaire, n'ayant pour vêtement que vos longs cheveux, vous avez encore résisté, dit-on, à trente hivers, insensible aux rigueurs du froid et inaccessible à la crainte. C'est que l'Amour vous faisait chérir et la faim et le froid de votre dure couche de pierre. C'est qu'au fond de votre cœur vivait l'espérance; ici, loin des regards humains, entourée des saintes cohortes des Anges, vous avez mérité d'être ravie sept fois par jour, comme arrachée à la prison du corps, et d'être transportée parmi les chœurs célestes pour entendre leurs divins concerts. »
Sur la plaque du bas : " Grâce au concours des Pères Dominicains le 16 juillet 1955, un comité franco-italien sur l'initiative de M. le professeur Arrighi de l'université d'Aix a remis ici en l'honneur la plaque de Petrarca. "
ste baume grotte marie madeleine
Ancien autel devant contenir dans sa partie basse les restes d'une statue du Christ au tombeau. Or il y avait un jardin au lieu où il avait été crucifié et, dans ce jardin, un tombeau neuf, dans lequel personne n'avait encore été mis (...) Le premier jour, Marie le Magdaléenne vient de bonne heure au tombeau, comme il faisait sombre, et elle aperçoit la pierre enlevée du tombeau (Jean 19,41,20,1).
ste baume grotte marie madeleine
Le rocher de la Pénitence. A l'abri de ce rocher qui conserve une perpétuelle sécheresse et que la tradition a nommé "rocher de la pénitence", Marie-Madeleine vécut dans la solitude, entre les pénitences et les ravissements. La statue déposée sur le rocher, fidèle à l'iconographie de Marie-Madeleine en contemplation, est l'oeuvre de Christophe Fossaty, elle provient du tombeau du comte de Valbelle situé non loin de là à la chartreuse de Montrieux. L'histoire veut qu'il fallut protéger le rocher d'une grille, les visiteurs (trop nombreux) ayant pris l'habitude d'en prélever un morceau au cours de leur passage à la grotte.
En toi Seigneur, j'ai mon abri (...) Sois pour moi un roc hospitalier toujours accessible ; (...) car mon rocher, mon rempart, c'est toi (psaume 70, 1.3).

Pour l'étonnante histoire des statues du mausolée du comte de Valbelle, c'est ICI.

vitraux ste baume grotte marie madeleine
- A gauche. L'onction à Béthanie.  1980. Aimante jusqu'à l'extrême, Marie-Madeleine rend hommage au corps sacré du Christ en versant sur son chef le parfum destiné à son embaumement. Comme Jésus se trouvait à Béthanie, chez Simon le lépreux, une femme, s'approcha de lui, avec un flacon d'albâtre contenant un parfum très précieux, et elle versa sur sa tête, tandis qu'il était à table (Matthieu 26, 6-7).

- Au  centre. La Croix. 1979. Demeurée seule, au pied de la Croix où le salut s'est accompli, Marie-Madeleine recueille le Sang précieux du Christ versé pour elle et pour toutes les générations. Or près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la soeur de sa mère, Marie femme de Clopas, et Marie la Magdaléenne (Jean 19, 25).

- A droite. La résurrection, "Noli me Tangere" (Ne me touche pas, Ne me retiens pas ...). 1978. Au matin de Pâques, le Christ accorde à Marie-Madeleine la grâce d'une première rencontre furtive et absolue. Elle doit désormais, sans le garder pour elle, l'annoncer aux pêcheurs que nous sommes. Ressuscité la matin, le premier jour de la semaine, il apparut d'abord à Marie la Magdaléenne dont il avait chassé sept démons (Marc 16, 9). Notez le compas et l'équerre, symbole des  Compagnons sur le haut du vitrail.
statue vierge ste baume grotte marie madeleine  archange saint michel ste baume grotte marie madeleine
Photo de gauche, une statue de la Vierge (XVII siècle), oeuvre du sculpteur Gênois Orsolino, offerte aux Dominicains de la Sainte Baume par Monseigneur de Marinis, archevêque d'Avignon, lui même Dominicain. Elle a été préservée de la profanation grâce à l'initiative de huit habitants du Plan d'Aups.

Photo de droite,
- la statue de l'archange Saint Michel terrassant le démon. Selon la légende Marie-Madeleine, prenant demeure en la grotte, aurait invoqué l'archange Saint Michel pour chasser la Tarasque, monstre hideux et cruel, premier occupant du lieu. La bête immonde fuit en direction de Tarascon ou Marthe, soeur de Lazare et de Marie-Madeleine devait l'achever grâce à leurs prières. Alors il y eut une bataille dans le ciel : Michel et ses anges combattirent la Dragon. Et le Dragon riposta avec ses anges, mais ils eurent le dessous et furent chassés du ciel (Apocalypse 12, 7-8).
- le Tabernacle. Lieu saint par excellence, le tabernacle est la demeure de Dieu. Il contient réellement le Corps du Christ caché sous les apparences du pain. Que ce lieu est redoutable ! Ce n'est rien de moins qu'une maison de Dieu et la porte du ciel (Genèse 28,17).
ste baume grotte marie madeleine pieta

saint pilon sainte baume
L'empreinte de Marie Madeleine et universelle et essaime au delà du massif de la Sainte Baume. Rodolphe Giuglardo (dont on reparlera ...) nous indique la direction avec une autre de ses œuvres. Poursuivez donc ce pèlerinage avec les chapelles des Parisiens et du Saint Pilon, des oratoires, l'hôtellerie et d'autres découvertes ... (à suivre en page 3). 
Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 -


Haut de la page

Un renseignement, un commentaire ...
Saisir un prénom ou pseudo :
Votre Email (facultatif) :

Commentaires :


                 
Retour page d'accueil