Chemin privé !
Des meulières dans le Var et en Provence
" Aussi trouve-t-on dans les temps les plus reculés le broiement du blé à la main. Chacun, sans doute, triturait ainsi ou faisait triturer le sien chez lui, suivant ses besoins. Mais les hommes qui s'employaient à ce travail, quels qu'ils fussent, simples ou intelligents, durent bientôt s'apercevoir que cette préparation longue et pénible pouvait être susceptible de quelque perfectionnement, et chercher les moyens d'abréger et d'adoucir ce travail.

Ils imaginèrent la pierre à mortier et le pilon. Ce fut la première amélioration notable ; mais elle ne dut pas non plus paraître suffisante, et les inventeurs eurent à continuer leurs recherches. ... Le premier qui eut l'idée de superposer deux petites meules et de leur communiquer le mouvement à l'aide d'une manivelle, fut le créateur de la meunerie. " (Traité historique et pratique sur la meulerie et la meunerie par Auguste Piot, 1860)
Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7

Meulières à Bagnols en Forêt
A Bagnols en Forêt, la plus remarquable des trois meulières se situe au dessus du col de la Pierre du Coucou.
meules bagnols en foret var
C'est la qualité abrasive de la roche qui avait décidé de ce lieu d'exploitation abandonné au XVIIIème siècle.
meules bagnole en foret
Dans un moulin à vent, les meules tournante et gisante ont le même diamètre, souvent supérieur à 1 mètre 25 et pouvant atteindre 2 m. Leur épaisseur varie de 25 à 30 cm et leur poid est d'environ 1 tonne.
meules bagnole en foret
Différentes roches se prêtent à l'extraction pour la transformation en meules : calcaires, grés, basaltiques, quartzites, en poudingue, granitiques ...

Meulières à Ollioules
" A Ollioules, " le Rocher de l'Aigle forme le front nord d'un long massif basaltique dont la base méridionale constitue aux alentours d'Ollioules et les pittoresques sommets de Pipaudon et d'Evenos. ... Au point de vue archéologique le plateau du Rocher de l'Aigle est très remarquable, d'une étendue de plus de 600 mètres E.-O. pour 250 environ dans sa plus grande largeur ; il présente sur presque toute sa surface les traces d'une exploitation rocheuse intensive dont on retrouve les produits sur une quantité de stations anciennes de notre littoral.

C'est dans son domaine et avec sa matière constitutive que se faisaient ces petites meules dites gallo-romaines dont l'origine est quelque peu noyée dans l'aube de l'histoire mais qui étaient fort répandues aux premiers siècles de notre ère dans les colonies romaines de la Provence. Les ébauches de ces pièces sont encore si nombreuses sur place que nous avons pu sans peine en compter plus de deux cents. " (Bulletin de la Société archéologique de Provence - 1905).

Au premier plan à droite, 3 meules dégrossies, au second, 4 pierres  alignées verticalement et d'autres superposées ont été stockées avant cette étape. Plus loin, un pierre verticale parfaitement ronde.

" 700 ustensiles à destination agricole ont été trouvés et ce sont surtout les meules, comme celles que l'on voit au Musée de Toulon, qui permettent de suivre l'évolution de l'outillage :
  • d'abord des « broyons » d'aspect ancien taillés dans le basalte, aux angles arrondis et qui semblent avoir surtout servi au concassage des olives plutôt qu'à la mouture des céréales. Notre région a la chance de posséder du basalte en abondance, pierre vacuolaire très apte à la mouture,
  • puis des meules à bras, avec plateau et broyeur dont certaines ressemblent aux meules naviformes égyptiennes, mais la plupart ont un plateau rectangulaire ; certaines meules à bras pourraient remonter en Provence au Bronze Moyen, mais en Egypte une statuette de la Ve dynastie en montre déjà le mode d'emploi.
  • Enfin des moulins à jeu a-ternatif qui selon F. Benoit seraient plutôt destinés à la mouture des céréales et des moulins rotatifs, avec meta immobile et catillus tournant sur cette meule dormante.
  • On trouve aussi, des pierres plates à rainures et becs d'écoulement, improprement appelées pierres à sacrifice et qui sont des dalles de fond de pressoirs ; j'ai vu des spécimens semblables aussi bien à Entremont près d'Aix, qu'à Delos en Grèce. " (Bulletin de l'Académie du Var  - 1967).

  • " Le territoire de Roquevaire fournit des meules dont se sert à Marseille ; mais les meilleures, sans contredit, sont celles que l'on tire des vaux d'Ollioules ... Ces vaux sont remplis de lave et de pierres volcaniques. On regarde en Provence les meules tirées des laves, comme les meilleures et les plus propres à éclater l'olive, et j'y en ai vu plusieurs de cette nature. "

    Les bonnes meules d'Ollioules de 5 pieds et demi de hauteur, sur 14 pouces d'épaisseur, ne coûtent, transportées jusqu'à St Nazaire (aujourd'hui Sanary-sur-Mer, ndlr), que 150 à 200 livres et en leur donnant la proportion que je demande ; elles seraient excellentes pour le nouveau moulin. " (Observations et mémoires sur la physique et sur l'Histoire naturelle et sur les arts et métiers, 1777).


    De l'état des meules dépend la qualité de la farine. Il faut donc, selon leur usure, retailler les surfaces travaillantes. Cette opération est appelée rhabillage ou rencapage et consiste à repiquer les surfaces des meules en contact avec la mouture. Elle est effectuée par le meunier qui devait donc au préalable déplaçait la meule tournante.

    Le rhabillage (piquage, battage ou encore rencapage) est effectuée par le meunier en général deux fois par an et plus si besoin. Il doit ici retracer les différentes rainures qui permettront la bonne ventilation entre les deux meules, le broyage des grains et le guidage de la farine de l'œillard (trou d'alimentation au centre de la meule) vers la feuillure située en périphérie.
    Image de gauche. " Système de rayons qui prévient l'échauffement des meules et permet de moudre de 120 à 130 kilogrammes à l'heure.
    - Système à 12 rayons à appliquer aux meules de 1m.25, 30, 35.
    - Système moins évidé et propre aux meules d'une nature de pierre bien plus poreuse."

    Le tracé des rayons sur un meule était capital, il devait allier efficacité du broyage, évacuation de la farine et empêcher un échauffement excessif susceptible de faire exploser la poussière, principalement à cause des particules de silex que contenaient certaines meules et qui pouvait provoquer une étincelle par frottement. Les poussières, comme la farine, la sciure ... sont explosives !

    Ce dernier point était très important, rappelez- vous ici la fameuse comptine " Meunier tu dors, ton moulin, ton moulin,  bat trop vite ! ". Pour éviter toute survitesse un mécanisme tournant au ryhtme des meules activait une cloche permettant au meunier d'évaluer la vitesse de son moulin. L'installation d'un régulateur à boules aidait aussi à la régulation de la vitesse.

    Plusieurs gardes-moulins ont imaginé d'élargir les rayons diviseurs, c'est-à-dire les grands rayons qui prennent naissance vers les extrêmes bords de la circonférence et aboutissent dans l'œillard.

    Nous approuvons ce mode de rayons dans les moulins qui possèdent une force motrice supérieure, car les rayons de ce genre facilitent l'entrée de l'air atmosphérique et empêchent ainsi à la chaleur de la meule de parvenir à une température trop élevée. Il est vrai qu'à la suite d'un travail trop prolongé et forcé, la température ne s'élèverait pas moins à un très-haut degré et nuirait à l'excellence des produits ; mais ce qui arrive dans ce cas exceptionnel aux meules dotées de ce système de rayons, se manifesterait encore avec plus de gravité et d'intensité dans les autres. ...

    Pour augmenter l'efficacité de ces rayons et diminuer de plus en plus la chaleur qui se produit dans les meules assujetties à un travail prolongé, principalement dans les meules pleines, nous avons imaginé une division à vingt-quatre rayons larges en cœur à répartir sur la surface des meules d'un mètre 45 centimètres à un mètre 50 centimètres de diamètre, suivant le procédé ci-après. " (Traité historique et pratique sur la meulerie et la meunerie / par Auguste Piot - 1860).
    meule moulin grimaud
    A Grimaud, une meule à côté du moulin St Roch.
    meule a carreaux
    Dans un moulin à vent, les meules tournante (ou mouvante) et gisante (ou dormante) ont le même diamètre, souvent supérieur à 1 mètre 25 et pouvant atteindre 2 m. Leur épaisseur varie de 25 à 30 cm et leur poids est d'environ 1 tonne. A partir de 1820, 1890, les meules sont parfois cerclées de fer pour accroître leur résistance ou permettre un assemblage par quartiers (ou carreaux).
    meule moulin a platre
    Une meule de moulin à plâtre (St Cyr sur Mer).
    meule moulin a platre moulin a noix
    A gauche, une autre meule de moulin à plâtre (St Cyr sur Mer) et à droite, meule de moulin à huile de noix.

    " Maintenant, je n'ai plus qu'un vœu à former : puisse cette œuvre, tout imparfaite qu'elle soit, faire tout le bien en vue dequel je l'ai entreprise et dont la pensée a soutenu si longtemps mon courage ! " (Traité historique et pratique sur la meulerie et la meunerie - Auguste Piot - 1860)


    Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7

    Retour haut de page

    Un renseignement, un commentaire ...
    Saisir un prénom ou un  pseudo :
    Votre Email (facultatif) :

    Commentaires :



    Retour page d'accueil

    RANDOJP