Chemin privé !
Le Grand et le petit cartulaires de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille ;
le Castellas, plus grande forteresse médiévale du Var, à Forcalqueiret ;
les ruines du château Saint Sauveur à Rocbaron ;
le château du Vieux-Nans à Nans les Pins ;
Mazaugues, le château ;
La Roquebrussanne : castrum de la Motte des Baumes, château de Notre-Dame, castel du seigneur de La Roque ;
Les Pennes de la Gayole à La Celle ;
Château des Evêques à Châteauvert.
Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 -  

Le Grand et le petit cartulaires de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille

" Aussi estimable par l'intégrité de son caractère que par la sincérité scrupuleuse de son érudition, digne continuateur des Bénédictins, il trouva dans les polyptiques et les cartulaires une source nouvelle de documents historiques d'où il sut tirer des tableaux achevés de l'état des personnes et des choses au Moyen-Age" N. de Wailly, préface de "Collection des Cartulaires de France - Tome VIII - Cartulaire de l'abbaye de Saint Victor de Marseille" par M. Guérard. (1857)

LA référence historique : " L’abbaye de Saint-Victor de Marseille a été fondée au Ve siècle par Jean Cassien, à proximité des tombes de martyrs de Marseille, parmi lesquels saint Victor de Marseille († en 303 ou 304), qui lui donna son nom. L'abbaye prit une importance considérable au tournant du premier millénaire et va progressivement rayonner sur toute la Provence avant un déclin irrémédiable à partir du XVe siècle. " (WIKIPEDIA).

Elle nous a légué deux documents extrèmement prècieux : le Grand Cartulaire qui couvre la période 1001 - 1200 et le Petit cartulaire, période 1201 - 1300 qui dressent l'inventaire des possessions de l'abbaye ainsi que des droits seigneuriaux associés. "Le premier est particulièrement précieux pour les historiens de Provence à cause de sa richesse et parce qu'il couvre tout l'espace provençal ..." (Mémoire et documents de l'école des chartes - Les cartulaires).
cartulaire abbaye saint victor marseille " 24 février 1141, la date du plus vieux document actuellement conservé aux Archives départementales du Var à Draguignan. Il s'agit d'une donation par Faraud, prieur de l’abbaye Saint Victor de Marseille, et ses moines, aux chartreux de Montrieux (Méounes), de tout ce qui leur appartient dans les limites des possessions de Montrieux. " (Extrait du VarMag' d'avril 2015).

________________

5 millions de documents sont mis en ligne sur le site www.archives.var.fr.


" charta qua JP Randum Provincae comes, priori Beata Mariae de Clocherio licentim concedit construendi castrum ... "
(extrait du Cartulaire autorisant la construction d'un château).

Le Castellas à Forcalqueiret, plus grande forteresse médiévale du Var
chateau castellas forcalqueiret

chateau castellas forcalqueiret
Le château domine la plaine de l'Issole depuis le moyen-âge. Il protégeait les habitants d'un village primitif qui s'étendait aux pieds de ses remparts.
chateau castellas forcalqueiret chateau castellas forcalqueiret
Comme beaucoup de forteresses voisines, le château fut d'abord la propriété des tout-puissants vicomtes de Marseille au XIII s. Remanié au XV s, il traverse les siècles sans jamais perdre sa fonction militaire. Progressivement abandonné à partir du XVI s et définitivement en 1621, classé en 1966, il appartient à la commune de Forcalquairet depuis 1978.
chateau castellas forcalqueiret
Cette meurtrière a peut-être vu les troupes de Charles Quint qui ont veinement tenté d'assaillir le château par deux fois en 1536 et 1537.
chateau castellas forcalqueiret
Peste, guerres de religion, brigandages et pillages, l'histoire du Castellas suit celle du castrum Saint Jean.

Ruines du château Saint Sauveur à Rocbaron
ruines chateau saint sauveur rocbaron
Perché à 517 m. d'altitude, les ruines du château féodal de Saint Sauveur domine la plaine et le village de Rocbaron. Occupant une position étroite mais stratégique à l'extrémité de l'habituel éperon rocheux, cette place forte est voisine de l'imposant Castellas de Fortcalqueiret qu'elle aperçoit à peine plus loin.
ruines chateau saint sauveur rocbaron

Château du Vieux-Nans à Nans les Pins
Le castrum du Vieux-Nans devance le référencement historique de ses homologues, l'implantation d'une place forte est en effet mentionnée dès 781 dans une charte médiévale de l'abbaye marseillaise de Saint Victor.
chateau vieux nans les pins
Avec l'église et la tour attenante, le château féodal domine un ensemble de maisons protégées par une enceinte circulaire. L'ensemble est fortement remanié au XIV s et des faubourgs sont constitués au-delà de la muraille primitive.
chateau vieux nans les pins chateau vieux nans les pins
Le site est abandonné à partir du XVI s, même destin, les pierres seront utilisées pour reconstruire le village déplacé dans la plaine. Certaines maisons seront toutefois utilisées comme lieu de quarantaine lors de l'épidémie de peste de 1720 qui fit 230 morts sur une population estimée à 670 personnes.
chateau vieux nans les pins
La ceinture de remparts mesurait près de 350 mètres.

Le château de Valbelle à Tourves.
chateau tourves
A Tourves, le château de Valbelle appartenait aux comtes du même nom. On doit son allure actuelle à Joseph Omer de Valbelle (né en 1729) qui le modifia alors profondément (1767). « Temple dédié au goût, au plaisir et aux arts », son propriétéaire épicurien et libertin avait fait construire, entre autres, une petite pyramide aujourd'hui tronquée. Les dix colonnes de la façade (1776) font face à un obélisque dédié à la famille des Valbelle et réplique de l'obélisque de Sextius à Rome. Reconverti en hôpital en 1793, le château est vendu en 1798, il brûle en 1799 et rejoint alors la longue liste des monuments abandonnés. Une page spéciale ICI.

Château de Mazaugues
mazaugues chateau
A l'est de Mazaugues, le château féodal domine le village. Si son origine n'a pas encore été clairement établi, le cadastre napoléonien témoigne en 1830 de son état ruiné. " Il aurait été d’abord détenu par le Sire de Montauban puis cédé à la famille de Castellane en 1410 jusqu’à la Révolution. Le Conseil Général du Var a acquis les 2,6 hectares de l’Espace Naturel Sensible du site (Clos du Château de Mazaugues) en 1998. Des travaux ont été réalisés visant à permettre l’accueil du public en toute sécurité." Souce WIKIPEDIA.
chateau de mazaugues

Castrum de la Motte des Baumes à La Roquebrussanne
oppidum la roquebrussanne
La Roquebrussanne, au carrefour de la Sainte Baume et des plaines de l'est compte plusieurs castrum et oppidum. Au Moyen-Age, le castrum des Baumes appartenait à Bertrand Icard qui partageait une partie de la seigneurie avec les comtes de Provence et les grandes familles de Gardion et de Roque.
chateau la roquebrussanne
La petite tour rectangulaire et son archère surveillent toujours les vallées avoisinantes. Elles s'inscrivent dans un ensemble plus vaste fortifié autour de fossés, plateformes et entablements.

Château de La Roquebrussanne
chateau la roquebrussanne
Comme ses voisines, la Roquebrussanne primitive était perchée au sommet d'une colline toute proche (aujourd'hui lieu-dit "Notre-Dame"). Si léglise ND d'Inspiration a vaillamment traversé les siècles, le château a été dispersé et en partie reconverti en théâtre de verdure (ci-dessus) par l'ermite Bormes au XVIIIème siècle ; il reste néanmoins quelques vestiges remarquables dont une partie de l'enceinte. La Roquebrussanne tient son nom du seigneur Brussan propriétaire un temps du château.
chateau la roquebrussanne
Dans le village, le château. Au XIIIième siècle les habitants commencent à abandonner le vieux castrum de Rocca Brussana situé sur la colline Notre Dame et s'installent en ce lieu alors appelé Villedieu. Le prieur de l'abbaye de la Celle, seigneur de la Roque achète en 1335 cette maison qu'il fortifie our en faire son castel. Elle comprenait : une habitation, une grange limière, une grande tour, un cellier, une prison.

Les Pennes de la Gayole à La Celle
pennes de la gayolle la celle oppidum
Les archives de l'abbaye Saint Victor à Marseille sont incontournables pour retrouver les origines de certaines places fortes régionales. Le castrum des Pennes de la Gayole à La Celle y est cité dans un texte du XIème siècle.
pennes de la gayolle la celle oppidum
Le site et son église (2 photos ci-dessus) furent abandonnée assez rapidement.
pennes de la gayolle la celle oppidum
Au sommet, il ne reste que quelques pierres de ce qui fut peut-être une tour de guet, comme à la Motte des Baumes.
eglise pennes de la gayolle la celle oppidum eglise pennes de la gayolle la celle oppidum

eglise pennes de la gayolle la celle oppidum

Château des Evêques à Châteauvert
chateau Chateauvert
Les ruines de l'ancien château des évêques de Marseille domine le village de Châteauvert. " C'est dans une charte de 1002 que l'on trouve mention des premières habitations sous le nom de "Castello qui Dicitur Verus". Au XIIIe siècle, sous le nom de "Castrum Viridum", Châteauvert est coseigneurie de Bertrand de Châteauvert et de Charles 1er d'Anjou qui en 1257 le cèdera avec d'autres seigneuries rurales à l'Evêque de Marseille.

En 1263, de ces seigneuries, celle de Châteauvert, avec 80 feux taillables est celle qui rapporte le plus, mais en 1371, 23 ans après la peste noire, Châteauvert ne compte plus que 18 feux de queste et sera même inhabité au XVe et XVIe siècle. Aujourd'hui Châteauvert ne compte qu'une centaine d'habitants dispersés sur son territoire ou le calme et la beauté des sites rendent possibles de multiples et ravissantes promenades ".


Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 -

Retour haut de page - Retour page d'accueil

Un renseignement, un commentaire ...
Saisir un prénom ou un pseudo :
Votre Email (facultatif) :

Commentaires :


Retour page d'accueil