accueil
Chemin privé !
Méounes les Montrieux, chartreuse de ND de Montrieux le Jeune, chapelle Saint Michel ;
La Roquebrussanne, les chapelles Notre Dame d'Inspiration, Saint André, Saint Louis, oratoires ;
La Celle, les Pennes de la Gayole

" Au cours d'une excursion en Provence, je viens de visiter la Chartreuse de Montrieux, où Gherardo fut moine. J'ai vu les lieux si joliment évoqués par M. Henry Cochin ; son livre à la main, « sur la pieuse montagne et dans le bois sacré », j'ai suivi les sentiers où passa Pétrarque, et voici les notes que j'ai prises en lisant et en me promenant dans cette forêt de Montrieux, une des plus belles oasis de la terre provencale. » (En flânant à travers la France - Provence - André Hallays - 1912).

Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 -  

Chartreuse de Notre-Dame de Montrieux le Jeune, Méounes les Montrieux
En 1839, " On y accède après avoir passé le Gapeau à gué par un chemin agréablement tracé dans la forêt, en remontant le cours d'un ruisseau qui prend sa source un peu au dessus du moutier et dont une dérivation fournit l'eau qui jaillit et retombe dans un bassin devant la porte d'entrée. " (Société des sciences, belles-lettres et arts du département du Var - bulletin trimestriel, 1839). Rien n'a changé si ce n'est un pont qui complète le gué et garantit le passage contre les caprices d'un fleuve parfois torrentueux.
monastere montrieux le jeune meounes les montrieux chartreuse
Un exemple du trésor documentaire laissé par l’abbaye Saint-Victor de Marseille.

24 février 1141, la date du plus vieux document actuellement conservé aux Archives départementales du Var à Draguignan. Il s'agit d'une donation par Faraud, prieur de l’abbaye Saint Victor de Marseille, et ses moines, aux chartreux de Montrieux (Méounes), de tout ce qui leur appartient dans les limites des possessions de Montrieux. "


(Extrait du VarMag' d'avril 2015).
5 millions de documents sont mis en ligne sur le site www.archives.var.fr.
" Est-ce à la dévotion d'un gentilhomme italien, qui s'étant fait transporter à la Sainte-Baume pour obtenir la guérison d'une grave maladie dont il était atteint, fit vœu, si le ciel lui était propice, de bâtir un monastère dans les environs de la célèbre grotte, que les Chartreux, ainsi qu'on le lit dans plusieurs histoires, ont dû les moyens de construire les premières cellules et la chapelle indispensable à la célébration des saints mystères et à leurs exercices religieux ? Cela peut être vraisemblable , mais n'est appuyé sur aucun litre authentique. " (Société des sciences, 1839)
Méounes les Montrieux monastere ND de Montrieux
" Dans la première moitié du XIIème siècle, en 1117, suivant l'opinion adoptée par le P. Papon, avant 1140 ou 1141 d'après Honoré Bouche et MM. de Sainte-Marthe, huit ans plus tard au rapport d'autres chronologistes, des religieux de l'ordre de Saint-Bruno se sont établis à distance à peu près égale des communes de Belgentier et de Meounes, au territoire toutefois de la dernière de ces communes, sur la montagne de Montrieux : morts Rivulorum. " (Société des sciences, 1839) ; 1137 est aussi communément rappelée.
Méounes les Montrieux chartreuse ND de montrieux
" Le but exclusif de la voie cartusienne est la contemplation : vivre aussi continuellement que possible – par la puissance de l’Esprit – dans la lumière de l’amour de Dieu, manifesté dans le Christ. " (Diocèse de Fréjus - Les moines Chartreux de Montrieux).

Pourquoi le jeune ? Prace que le Vieux ! " A une demi-lieue du couvent principal, Montrieux-le-Jeune, on retrouve encore les vestiges d'un autre couvent, Montrieux-Ie-Vieux. C'était la correrie on appelait ainsi une maison qui, élevée dans le voisinage d'un monastère, était placée sous la direction du père procureur ou courrier. On y logeait les domestiques ; les frères convers, dont les travaux pouvaient troubler le recueillement des moines, et enfin les religieux âgés ou infirmes pour lesquels la règle devait se relâcher. ... Des bâtiments d'autrefois il ne reste plus que des pans de murs croulants sous les ronces, les débris d'un pont rustique, quelques clôtures à demi renversées. (En flânant à travers la France - Provence - André Hallays - 1912).
monastere montrieux le jeune meounes les montrieux chartreuse
" On reconnaît dans les bâtiments qui subsistent et dans les ruines apparentes de ceux qui ont été détruits, le mode de distribution que les disciples de Saint-Bruno avaient généralement adopté pour toutes leurs maisons. A l'exception de l'église, qui paraît être d'une construction plus ancienne, le cloître et ce qui reste du corps de logis ne semble pas remonter au delà de deux siècles. " (Société des sciences, 1839).
Méounes les Montrieux chartreuse ND de Montrieux Méounes les Montrieux monastere chartreuse ND de Montrieux monastere montrieux le jeune meounes les montrieux chartreuse
" ... par dessus tout la juridiction ecclésiastique disposant des censures religieuses pour sa suprême sanction... En 1174, l'évêque de Marseille, juge diocésain, père commun des fidèles de son épiscopat, fit un acte solennel de sa suprême juridiction en ordonnant aux habitants de Méounes de cesser de troubler les hermites de Montrieux.

« Si une femme, dit-il, entre dans le territoire de Montrieux, elle sera enfermée dans le CHATEAU de Méounes, soit « par l'AUTORITÉ CONSULAIRE, soit par celle du seigneur ; ou bien « elle payera une amende de 5 sols au profit du château. Un « voleur de nuit sera puni de l'amende de 5 sols. »

L'évêque continue ainsi : « si un homme entre seul ou avec ses bêtes dans ce territoire (des Chartreux), malgré ce que nous avons ordonné et qu'il y fasse quelques dégâts, on évaluera le dommage, et il sera fixé par la justice consulaire, ou par celle du SEIGNEUR de MÉOUNES. L'auteur du dégât sera tenu de le réparer, et, par dessus cela, de payer une amende de 12 deniers au profit de la COMMUNAUTÉ de Méounes.»

Si on refusait de rendre justice aux solitaires, lorsque quelqu'un aurait transgressé la sentence, les Chartreux devaient porter leur plainte au chapelain qui desservait l'église de Méounes. Que si, après cette requête, on ne leur rendait pas justice dans vingt jours, le coupable auteur du dommage devait être EXCOMMUNIÉ, et TOUT MÉOUNES SOUMIS à L'INTERDIT jusqu'à ce que justice eût été rendue. " (Histoire de sainte Roseline de Villeneuve - H. de Villeneuve-Flayosc - 1867)

monastere montrieux le jeune meounes les montrieux chartreuse
“ Heureux les cœurs purs car ils verront Dieu ”. C'est par ces mots que le diocèse de Fréjus ouvre sa page internet sur le site du monastère. " La vie des Chartreux – caractérisée par un grand renoncement, est ordonnée de manière à tendre vers la pureté du cœur – clé de la contemplation. Il s’agit d’une ascèse extérieure signe du travail intérieur qui tend – dans l’oubli de soi – à unir la vie, les actes et les pensées et le désir de Dieu du moine, en qui deviennent visibles les fruits de l’Esprit. "

L'église St Sulpice du monastère est historiquement liée à la famille de Valbelle qui possédait le château de Tourves, à découvrir : ICI.

" Après la Révolution de 1789, " Le comte de Villeneuve, dans sa note sur Montrieux, écrit : dès le départ de ses habitants, la chartreuse fut livrée au pillage. Les livres de la bibliothèque furent jetés par les fenêtres, lacérés, les parchemins, des manuscrits — (l'inventaire de mai 1790 dit qu'il n'y en avait pas) — employés à faire des tambours, les tombes profanées, etc..  Bien au contraire, à l'encontre de ce qui se produisit en bien des localités de France, Montrieux paraît avoir été traité avec certain respect. Il n'existe qu'un seul monument d'un acte de vandalisme proprement dit, celui de la pierre tombale de Claude de Valbelle dans la chapelle de Famille. " ...
monastere montrieux le jeune meounes les montrieux chartreuse monastere montrieux le jeune meounes les montrieuxmonastere montrieux le jeune meounes les montrieux monastere montrieux le jeune meounes les montrieux chartreuse
" Est-ce à dire que la Chartreuse n'eut point à souffrir ? Non certes ... mais le caractère des entreprises des habitants des environs, n'est pas celui du vandalisme mais seulement celui de gens qui cherchent à profiter d'une bonne carrière de matériaux abandonnés à exploiter. On avait tant répété que les biens des moines étaient biens de la Nation, qu'il ne faut pas s'étonner de voir les habitants tirer la conséquence pratique de ce principe. Ils le faisaient depuis longtemps, surtout dans les forêts de la Chartreuse, mais la présence des moines entravait les prélèvements sur les bâtiments.

Les Chartreux partis, les bâtiments abandonnés, tous se précipitent dans l'espoir de trouver là quelques épaves utiles et bonnes à prendre. Dans les registres des délibérations du Conseil municipal, on mentionne à plusieurs reprises les dégâts commis à la Chartreuse. Le 15 décembre le procureur de la commune signale de nouveaux dégâts et requiert l'emploi de moyens efficaces pour en empêcher le retour. On fit publier dans la commune l'obligation d'avoir à apporter à la municipalité les objets enlevés sous peine de punition. On obtint ainsi la restitution de fenêtres, de planches, etc. Avec permission du District, ces objets furent vendus aux enchères, ainsi que les moellons provenant de destruction des murs et que les voleurs n'avaient pas eu le temps d'enlever. Mais cela n'arrêta pas les déprédations, en mars 1793, la municipalité se rendait à Montrieux à la suite d'une dénonciation et constatait qu'on avait commis récemment encore de nouveaux dégâts. " ...
monastere montrieux le jeune meounes les montrieux chartreuse
" On avait démonté quelques portes qui n'avaient pas encore été enlevées. Des perquisitions faites chez les habitants firent découvrir également deux plaques en fer provenant de la Chartreuse. La municipalité un peu débordée et n'osant probablement pas se mettre à dos les citoyens à cette époque troublée, se déchargea de l'affaire en la signalant au district de Brignoles pour que celui-ci avisa aux mesures à
prendre. " (Provincia : bulletin de la Société de statistique de Marseille - 1937).

" Malgré quelques interruptions, provoquées par les vicissitudes de l’Histoire, les Chartreux y sont encore. Ils continuent leur vie de prière et de travail. Petit groupe de moines, vivant solitairement, mais unis sous un Prieur, et se rassemblant trois fois par jour pour l’Eucharistie et le chant de la Liturgie des heures, ils poursuivent, chacun dans leur cellule, leur quête de Dieu, qui les a conduit dans ce lieu." (Société des sciences, 1839)

Accès interdit, mais : " Par la porte principale tournée au midi on entre dans une grande cour, carré long, autour de laquelle à main droite sont des hangards ou magasins sous lesquels étaient autrefois la cuisine, dans le fond du côté de l'est sont des appartements dont l'extérieur et l'intérieur sont en bon état et où l'on trouve le réfectoire et l'ancien logement du prieur. " (Société des sciences, 1839).
meounes les montrieux chartreuse nd de montrieux  monastere montrieux le jeune meounes les montrieux chartreuse
En 2007, un article paru dans le Point titrait " Dans les secrets du monastère interdit ". Il rappelait d'abord une vie choisie dans la solitude, un silence normalement absolu (bien qu'un peu de musique ait été autorisée par le Prieur à un d'entre d'eux) et sans effet personnel. Les Chartreux peuvent disposer d'un atelier dans leur cellule ; le travail associé sert lui aussi à l'épanouissement spirituel mais les oeuvres ne peuvent être vues qu'une fois achevées. La nourriture est simple (ils aiment - comme moi - les frites !), les liens avec le monde extérieur sont limitées au strict nécessaire et à de très rares exceptions (revues religieuses et d'actualité électorale) ; cela n'empêche pas les balades autour du monastère.

Les Chartreux sont enterrés au petit cimetière attenant avec "une simple croix de bois sans aucune inscription".

monastere montrieux le jeune meounes les montrieux
" Dans l'après-midi du 19 août 1944 les jeeps du colonel se rangent le long du mur de clôture, le colonel met pied à terre et le prieur Dom Hugues, averti par la cloche, s'avance vers lui ... Voilà dit le prieur, c'est la libération ! " (Extrait de "Par les portes du Nord - La libération de Toulon et de Marseille en 1944" - François de Linares). En 1944, pour éviter les routes de la côte qui ont été minées, une partie des troupes alliées débarquées en Provence va passer par le monastère de Montrieux pour rejoindre Toulon. Elles vont laisser leur nom au "Chemin des Turcos" qui relie la chartreuse au village du Revest les Eaux. Deux plaques commémorant le passage des troupes alliées par le monastère sont apposées en face de la porte principale ; d'autres essaiment le chemin jusqu' au Revest (plus d'informations ICI).

Méounes les Montrieux

" En quittant Montrieux, je pris la route que jadis suivit Pétrarque. J'ai gagné Méounes, le village le plus proche de la Chartreuse. Dans sa grâce fine et souriante, il est pareil à tous les villages de Provence devant la petite église, une large terrasse ombragée d'ormeaux et égayée d'une fontaine au pied des dernières maisons du bourg, par delà les murs bas où s'appuient des figuiers tordus, une large plaine fertile, et, plus loin, un cirque de collines pierreuses où, parmi les oliviers, on aperçoit le fuseau sombre d'un grand cyprès où la tache blanche d'une masure. " (En flânant à travers la France - Provence - André Hallays - 1912).

meounes les montrieuxchapelle saint michel  meounes les montrieux  Méounes les Montrieux église
chapelle st michel meounes les montrieux
Méounes les Montrieux, chapelle St Michel - XVème siècle.

La Vierge du Château. Le dimanche 22 avril 1866 " ... tout à côté du riant village de Méounes, s'élève au milieu des plus verdoyantes prairies que j'aie jamais vues, un rocher escarpé dont la pointe était jadis couronnée par un château seigneurial.

Au sommet de ce rocher et sur les ruines du château, on vient d'ériger un belle statue de la Vierge, due au ciseau, déjà très habile, d'un jeune solitaire de la Chartreuse Montrieux. Rien de touchant comme la cérémonie à laquelle a donné lieu l'érection de cette statue.

Le dimanche 22 avril (1866), jour fixé pour la cérémonie, je me rendis à Méounes, dans l'après-midi, au moment même où la fête commençait. Je dois l'avouer, - quoique étranger à la paroisse, je sentis mon coeur s'attendrir bien vivement, en voyant toute cette excellente population gravir pleine de piété et d'enthousiasme, la saine colline, sous la conduite de son digne et vénéré Pasteur. Je ne dirai rien de la procession, de l'élégante ordonnance, du pieux recueillement qui y régnaient. J'ai hâte d'arriver auprès du monument sacré sur le rocher qu'il domine, où flottent des gracieuses oriflammes, portant des inscriptions en l'honneur de Marie et où se presse une foule compacte et avide de contempler les traits si suaves et si doux de cette grande Reine des Cieux. "

Méounes les Montrieux  Méounes les Montrieux  Méounes les Montrieux
Méounes les Montrieux, Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse ou pour le Méounais " la Vierge du château "

" M. le curé de la paroisse est là, entouré de son peuple, au pied de la statue. Après une courte prière, il se lève ; la foule qui priait avec lui, se lève également. Debout sur le piédestal, l'heureux pasteur promène sur son troupeau un regard de douce satisfaction, puis d'un geste éloquent, lui montrant l'image de Marie : " Nous l'avons constituée, nous la constituons notre gardienne, s'écrie-t-il, posuerunt me custodem ! " - Développant ensuit ces paroles si bien choisies, de nos Saints Livres, il dit, dans son allocution, qu'en érigeant une statue à Marie et en plaçant une chose qui n'est ni nouvelle, ni étrange : qu'à cette heure l'image de Marie est partout, pour dire partout la reconnaissance des Chrétiens envers celle que nul n'évoqua jamais en vain ; que du haut de son rocher cette image sainte sera pour le village et pour la contrée toute entière comme un phare lumineux au milieu de cette épaisse nuit d'impiété qui nous envahit, et comme un étendard de protection et de salut contre les terribles fléaux qui jettent si souvent parmi nous, le deuil et l'épouvante : que Notre-Dame du Château ne trompera jamais la confiance que ses enfants mettent en elle, en la choisissant pour gardienne ; que toujours elles les gardera, les protègera, les sauvera ...

Après cette belle et touchante allocution, dont je ne puis donner que les traits les plus saillants , la statue est solennellement bénite et le pieux pasteur, tombant à genoux, se consacre, lui et toutes ses ouailles, à la Reine des Anges et des hommes, à l'auguste" Souveraine des Cieux. "
oratoire meounes les montrieux Oratoire
Méounes les Montrieux, oratoire.

" Ces divers actes de consécration prononcés, des chants joyeux éclatent de toutes parts ; c'est d'abord le choeur de congréganistes qui entonne un cantique et salue avec effusion la Reine de Vierges, puis, c'est le tour des jeunes gens qui viennent avec humble confiance et un admirable entrain, solliciter Marie, contre tous les dangers qui les menacent, aide et protection. Au milieu de tous ces chants, la procession, et avec elle toute la pieuse assistance, quitte la sainte colline, pour rentrer dans l'église paroissiale où un salut très solennel" couronne dignement cette touchante fête.

Heureux le peuple qui en nos jours d'indifférence, donne à son Pasteur ce consolant spectacle de foi et de piété ! Heureux le pasteur  qui, par trente-six années de ministère dans une paroisse, et par une vie toute d'abnégation et de vertu, a su inspirer à son peuple ces admirables sentiments. " (Notre-Dame du Château, près Méounes (Var), extrait du journal La Vérité du 13 mai 1866).

Chapelle Notre Dame d'Inspiration à La Roquebrussanne
la roquebrussanne chapelle notre dame d'inspiration
Occupant le site d'un ancien château détruit en 1707 et de l'église Sainte Marie, paroisse de La Roquebrussanne jusqu'en 1430, Notre Dame d'Inspiration domine le village du haut de sa colline. L'amphithéâtre qui jouxte la chapelle a été construit au XVIIIeme siècle par l'ermite BORMES, en utilisant les pierres du château ruiné. Si vous avez la chance de pouvoir la visiter, vous pourrez admirer une statue en bois de la Vierge datant du XVè siècle, un autel en marbre blanc surmonté d'un retable (1664). Un second autel, contre le mur de gauche, est dédié à Saint Etienne.

Sur la façade deux statues représentant : à gauche, Saint Etienne, oeuvre du sculpteur PORTANIER, à droite, Saint Bruno, œuvre du chartreux Don Alphonse, qui réalisa également la statue de la Vierge placée à l'aplomb de la porte (source site de La Roquebrussanne).

La Roquebrussanne oratoire
8 oratoires jalonnent le chemin conduisant à ND d'Inspiration. Le premier est curieusement encastré dans le mur d'une maison. Suivent ensuite :
- l'oratoire de la Médaille Miraculeuse et l'oratoire consacré à Notre-Dame de Lourdes sur le chemin de la Chapelle,
- l'oratoire du Sacré-cœur au début du chemin caladé.
- l'oratoire Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus contient deux pots remplis de cailloux. La croyance populaire veut qu'en jetant des pierres dans les niches vides on conjure le mauvais sort. De leur côté, les fiancés sont persuadés de pouvoir se marier dans l'année si, de trois pierres lancées, l'une demeure dans la niche.
- l'oratoire Sainte Madeleine et Saint Jean contient une image de la sainte sur carreau émaillé.
- l'oratoire Notre-Dame d'Inspiration se trouve un peu à l'écart du chemin.
- le dernier, consacré au Sacré-Coeur (soucre site de La Roquebrussanne).
La Roquebrussanne oratoires
La Roquebrussanne, chapelle St André
chapelle saint andre la roquebrussanne
Datant probablement du Moyen-Age (XV), la chapelle Saint André à la Roquebrussanne appartenait au castrum des Baumes dont le seigneur était Bertrand Icard. Il ne reste malheureusement que la nef voûtée encore enduite d'ocre clair.
chapelle saint andre la roquebrussanne
Saint André est un des deux premiers disciples appelés par Jésus. C'est lui qui va trouver Simon (Saint Pierre) pour le conduire à Jésus.
La Roquebrussanne, Les Molières, chapelle Saint Louis
les molieres chapelle saint louis la roquebrussanne
Chapelle St Louis, Les Molières (La Roquebrussanne)
les molieres chapelle saint louis la roquebrussanne  les molieres oratoire la roquebrussanne
les molieres chapelle la roquebrussanne
chapelle st louis

La Celle, les Pennes de la Gayole
la celle les pennes de la gayole chapelle ruines
Les ruines de l'église du castrum des Pennes de la Gayole à La Celle.
la celle les pennes de la gayole chapelle ruines
L'église était dédié à St Jean. Son intérieur et sa porte ci-dessous.
la celle les pennes de la gayole chapelle ruines

Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20

Haut de page - Retour page d'accueil

Un renseignement, un commentaire ...
Saisir un prénom, ou un pseudo :
Votre Email (facultatif) :

Commentaires :


Retour page d'accueil