randojp
Chemin privé !
Bories en Provence, le village mystérieux !
L'amour emplis de jolo - La bori e lou palais ! (L'amour remplit de joie, la borie est son palais) (F. Mistral, "Li Isclo d'Or")
" L'origine des « borie. Sur un modèle beaucoup plus réduit, on rencontre, un peu partout en Provence, des cabanes en pierres sèches, appelées "borie" et semblables d'aspect aux véritables demeures qui constituent selon une rigoureuse réglementation d'urbanisme, le village mystérieux.

Le nom de « boris. » est resté d' ailleurs, dans l'usage, comme nom de ville ou de hameau, ou comme, nom de famille en Gascogne, en Provence, en Languedoc et en Périgord, tels La Borie, Laborie, Les Bories, Bory, Bôrie, etc. Dans les langues, dialectes, idiomes ou patois de ces régions, on dit communément « bori » ou « boriro » ; dans le Rouergue, on dit « bouorio ». Ces mots dérivent évidemment du latin « boaria », étable à bœufs ; du romain « boria », « boira » ; du bas latin « booria », «boaria », qui a donné, en vieil allemand, « bur », qui signifie construction.

Le même mot qui dans le Haut-Languedoc, le Velay, le Rouergue, signifie domaine, grande ferme, métairie, manoir, ne s'applique plus, en Provence, qu'à ces hautes cabanes en pierres plates et sèches. C'est ainsi que Mistral écrivit, dans « Li Isclo d Or » : L'amour emplis de jolo - La bori e lou palais ! (extrait du quotidien : « Le Journal » du 19 août 1939).
Pages : 1 - 2 - 3 - 4

borie provence
Borie du Var. " Borie : nom féminin - mot provençal. Construction traditionnelle en pierres sèches, à voûte en tas de charge. Parente du "broch" d'Irlande, du "talayot" des Baléares, du "nuraghe" de Sardaigne, du "trullo" d'Italie du Sud. " (Dictionnaire Larousse).


Au hasard d'une randonnée, un propriétaire particulièrement sympathique nous a invité à visiter sa jolie borie.

cabane en pierres seches
Borie à Vins sur Caramy.

Dans le Vaucluse, un autre village abandonné !

Il est beaucoup plus facile d'admirer des bories dans le Vaucluse, et de façon anecdotique, on passe par l'Indochine pour ouvrir ce chapitre ! : " GORDES (Vaucluse). On croit à un mirage. Le soleil, sur les hauteurs des Monts de Vaucluse dore et transforme si bien toutes choses que l'on croit soudain être le jouet d'une illusion nouvelle : là, sous nos yeux, derrière un épais rideau de chênes verts, d'oliviers et de pins, à l'endroit où la colline paraît la moins praticable, il y a un village, un village inhabité, un village mort, mais un vrai village formé de maisons rapprochées, construites selon un impeccable alignement au long de rues régulières mais encombrées aujourd'hui de pousses d'yeuses et de genêts. Le tout est entouré d'un large mur d'enceinte flanqué d'un chemin de ronde. ... "

Il semble qu'un fléau s'est abattu sur le village qu'il en a fait fuir ou anéanti les habitants et l'a laissé privé de vie. "
(Le Nouvelliste d'Indochine - Hebdomadaire politique économique littéraire - le 10 septembre 1939). L'hebdomadaire nous servira ici de guide, gardez donc à l'esprit que l'article date de 1939 ...

gorde vaucluse
Nous sommes donc à Gordes dont la renommée n'est plus à faire. Le village des bories se situe à 1,5 km de Gordes, le site apparait dans les registres du cadastre sous le nom "hameau des Savournins" mais il est vulgairement connu sous le nom « Les Cabanes ». L'entrée est payante et je vous invite donc à consulter le site (http://levillagedesbories.com) pour préparer votre visite ; un peu cher mais pour ceux qui aiment ce type de patrimoine ...

Construites sur les versants des Monts Vaucluse, les bories ou cabanes sont l'exemple le plus abouti et le plus spectaculaire de la construction en pierres sèches, typique des plateaux calcaires méditerranéens. Il en existe plus de 400 dans la campagne de Gordes.

La construction des cabanes débute au XVIIème siècle et s'intensifie au XVIIIème siècle, période à laquelle la démographie galopante oblige le monde paysan à trouver de nouvelles terres, souvent éloignées des villages d'origine. La conquête de nouvelles terres passe par la déforestation des coteaux autour de Gordes, leur mises en culture et l'utilisation de la pierre comme matériau essentiel de construction.
village borie gordes vaucluse provence
" Telle est la vision hallucinante qu'aura le voyageur qui. passant hors des routes et des sentiers battus gravira la colline de Gordes, près du val ou gîte l'abbaye de Sénanque et se fraiera un chemin en direction de l'Ermitage de Saint Genès.

Le village en pierres sèches est antérieur à l'an 1000 ! Cent familles vivaient dans ce village dont nul nom ne subsiste sur nul registre et sur nulle carte. A quelle époque était-il habité, ce village gui possède en son milieu, non pas son château fort, mais sa maison commune aux murs fortifiés ?

Ayant enseveli dans sa solitude le mystère de ce qui fut sa vie, le village, entièrement construit en pierres sèches, pose aux historiens et aux ethnographes un problème dont les données sont encore insuffisantes pour le résoudre. "


La technique de la pierre sèche, déjà utiisée à la fin du néolithique, consiste à assembler sans liant et sans mortier les pierres trouvées sur place en abondance grâce à l'épierrage (enlèvement des pierres des champs, des terrains ...).
Photo : bergerie au premier plan et habitation au second. " Ce qui, après plusieurs siècles d'abandon total, a préservé le village de la destruction, c'est son isolement. Depuis aussi loin que l'Histoire ait enregistré, "pour la postérité, les faits et gestes des humains, on ne connaît ici nulle trace de vie.

Il est vrai que la documentation administrative de Cordes, le bourg le plus proche, ne remonte que jusqu'en 1693, toute la partie précédente des archives communales ayant été brûlée sous la Révolution : mais, aussi loin que l'on remonte dans le passé, nulle part on ne retrouve tracé des habitants de ce village. Partout, il n'est fait mention que des habitants, des villes et villages où la vie s'est continuée jusqu'à nos jours. "

Si les cabanes servaient d'abris pour les bergers, d'entrepôt ou de grenier, ici elles servaient d'habitations temporaires et saisonnières pour les paysans qui cultivaient les oliviers, la vigne, pratiquaient l'élevage ou la sériciculture (élevage du ver à soie).

cabane pierre seche construction
Photo : four. " En l'an 1000 déjà, lorsgue Raimbaud d'AgouIt était seigneur d'Apet et de Casenave, le village en pierre-plates était depuis longtemps inhabité ainsi qu'en fait foi un manuscrit des archives d'Apet. " Lorsque, en 1140 fut fondé l'abbaye de Sénanque, le village était déjà tel qu' on peut le voir aujourd'hui. Quand donc a-t-il été ensuite ? Quand a-t-il été ensuite abandonné ?

Voici les questions de ce fort curieux problème dont les données sont d' un intérêt essentiel pour l'histoire, pour la science et pour l'art. "
mur pierre seche

" Dans leur état primitif, les « borie » de ce village voisin de Gordes présentent un plan rectangulaire surmonté d'une longue voûte ogivale fermée aux deux côtés par deux éléments de voûtes également ogivales. Il a donc l'aspect d'une grande nef. Quelques-uns. exceptionnellement, sont construits sur un plan carré. Dans ce cas, le « bori » a une silhouette élancée, pointue, de petite pagode, tandis qu'il se présente. à l'intérieur, comme une véritable croisée, d'ogives.

Voyage dans la préhistoire. L'origine préhistorique ou protohistorique du « village aux boris » ne fait pas de doute, surtout si l'on considère, en y pénétrant, le mur d'enceinte à triple parement extérieur conservé intact en de nombreux points. "

La cabane servait de refuge pour le berger qui pouvait laisser son troupeau sans surveillance dans l'enclos, isolé des loups qui étaient encore nombreux au XVIIIème siècle et ont persisté dans la région jusque dans le premiers quart du XXème siècle. Au sommet de ces clôtures on trouvait de grosses dalles qui débordaient largement afin d'empêcher les animaux sauvages de franchir le mur. Sur la photo,  posées sur champ (verticalement) elle font poids maintenant ainsi l'ensemble.

bergerie en pierres
Photo : à gauche, une Soue (étable pour les porcs), et à droite une bergerie. " Certaines des maisons, disposées, l'ai-je dit, en un impeccable alignement toujours remarquable malgré l'encombrement des herbes et des plantes sauvages, sont à étage. On peut supposer qu'il s agit là de la demeure d'une famille nombreuse ou riche ou de la demeure d'un chef.

A l'intérieur du mur d'en ceinte, des pierres en relief forment un escalier permettant d'accéder au chemin de ronde, puis de monter jusqu'au sommet du mur. "


" L'histoire ne connaît rien de ce village. La préhistoire n' a pas laissé d'autres témoins que les maisons aux pierres plates. Qui donc les a habitées, ces « cabanes », aux premiers siècles de notre âge ? Quelle vie active et troublée ont-elles connues dans la solitude des montagnes vauclusiennes ? Quels combats les hommes ont-ils soutenus derrière ces murs fortifiés ? "

Le puits le plus proche, de petite dimension, aujourd'hui tari et inaccessible, est situé à quelques centimètres du centre du village
cabane pierres provence  four en pierre
Photos : un autre four. " Comment et à quelle époque ce grand village est il mort ? Trouvera-t-on jamais, dans ces énormes vestiges, conservée jusqu'à nous grâce à l'isolement et à la solidité du village, le souvenir, le témoignage, l'indice de cette vie étrange, de cette vie d'hommes dont le mystère, lorsqu'on considère la conservation parfaite, mais muette du village, devient une troublante obsession ? " Henri BECRIAUX. J (Le Nouvelliste d'Indochine - Hebdomadaire politique économique littéraire - le 10 septembre 1939).
borie cabane pierres village
Photo : habitation et bergerie. On doit la restauration du site à Pierre Viala, poète, écrivain et comédien qui arrive à Gordes dans las années 60 qui déclarait : " ... quelle ivresse de courir la garrigue, véritable « terra incognita », autrefois cultivée, mais redevenue sauvage après des décennies d’abandon. Étonnement de n’y rencontrer âme qui vive, et si peu de maisons, toutes en ruines. Tout un monde évanoui dans un chaos minéral envahi par une végétation dévorante. Et les bories ! Dès cette époque je me suis passionné pour ces cabanes. 
magnanerie vers a soie village des bories gordes
La magnanerie (à droite), bâtiment servant à l'élevage de vers à soie.
cabane en pierre bori
Resserre (endroit où l'on range). Pierre Viala acquit le site en 1968 après avoir vendu sa maison : " Les travaux de remise en état se sont échelonnés sur une période de 8 ans (ndlr entre 1969 et 1976)  sans aucune aide financière, avec la précieuse collaboration d’excellents maçons de Gordes. " Cette restauration fut couronnée par l'Académie de l'Architecture.

Le site est classé Monument historique le 17 octobre 1977. Il a été racheté par la commune de Gordes en 1983.

borie Gordes
Sur un chemin de randonnée dans le Vaucluse.

provence borie

  borie sud ouest
Borie dans le sud-ouest.

Pages : 1 - 2 - 3 - 4
Retour haut de page - Retour page d'accueil

Un renseignement, un commentaire ...
Saisir un prénom ou un pseudo :
Votre Email (facultatif) :

Commentaires :


                  

Retour page d'accueil

RANDOJP



phpMyVisites