Accueil
Chemin privé !
Tire la chevillette et la bobinette cherra.


porte
porte atalantes cariatides frejus
La porte aux Atlantes  (ou porte aux Cariatides), rue Sieyès à Fréjus.

Entrée monumentale d'un hôtel particulier du XVIIème siècle, construit par François Vaixière (1665 - 1687), lieutenant général de l'amirauté de Fréjus.

Elle tient son nom Atlantes (du géant Atlas) des deux personnages masculins qui supportent l'entablement de style baroque, rappelant l'art monumental à la mode aixoise.

Ces figures sont dites "engainées" car leur partie inférieure est prise dans une gaine, socle plus large en haut qu'en bas.

En architecture, le cariatide (ou caryatide) est une statue de femme (ou d'homme) servant de support ou de colonne.

Lorsque ce rôle est tenu par une statue d'homme on la nomme plutôt Atlantes.

Les vantaux sont en noyer ; les roses sculptées dont ils sont ornés faisaient partie du blason de la famille Vaixière.
Le mascaron du centre tire la langue ...

La porte est inscrite aux Monuments historiques depuis le 27 janvier 1926.

porte palais lutetia hyeres
Cariatides de la porte de l'Hôtel de voyageurs dit Hôtel des Ambassadeurs, actuellement Palais Lutétia à Hyeres. " L'édifice actuel est construit sur l'emplacement d'un des plus anciens hôtels d'Hyères, l'Hôtel de la Marine, mentionné dès 1718. Reconstruit une première fois en 1837, il est alors, sous le nom d'Hôtel des Ambassadeurs, le premier grand hôtel, le plus apprécié. Pour résister à la concurrence des "palaces" de la deuxième moitié du siècle, il est à nouveau reconstruit en 1869. Victor Hugo y séjourna. Réquisitionné pendant la dernière guerre, l'hôtel a été ensuite transformé en immeuble à appartements, le Palais Lutétia." (www2.culture.gouv.fr).

porte provence



porte provence


Porte de l'Hôtel-Dieu à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume. Le cartulaire de l’abbaye de Saint Victor de Marseille mentionne, en 1308, des infirmeries situées à proximité d’un aqueduc au sud de la cité, hors des remparts. Plus tard, un hôpital est construit à l’intérieur de la ville, non loin de la Porte d’Aix, entre la rue de la Masse et la Grand’rue (rue du général De Gaulle).

C’est en 1681 qu’un nouvel « Hostel Dieu » est bâti sur l’emplacement d’un immeuble et d’une rue droite ouverte en 1301, rue qui conduisait directement la Voie Aurélienne à la basilique. A partir du XVIIIe siècle, il porte le nom d’hôpital Saint-Jacques. L'hôpital, géré par des recteurs élus, possédait un personnel important : médecins, chirurgiens, apothicaires etc. On y soignait les malades mais on y recueillait aussi les orphelins.

Dans le bâtiment voisin se trouvait la confrérie des pénitents bleus, chargés d'inhumer les corps. A l'intérieur de ce bâtiment se trouvaient une chapelle richement ornée de tableaux et de boiseries qui furent transportés dans la basilique après la Révolution.

regusse





porte en provence

la garde frenet









collegiale six fours

vieux canet des maures



 







fenetre ollioules







porte provence trigance





      





 








Retour haut de page


Saisir un prénom ou un  pseudo :
Votre Email (facultatif) :

Commentaires :


          
Retour page d'accueil