Chemin privé !
La chapelle troglodyte des Carmes Déchaux, Notre Dame du Bon Refuge, la vallon des Carmes à Barjols
« ce lieu si beau, si dévot qu'il inspire même la dévotion aux plus tièdes, ce qui nous donne une grande consolation »
" Le Vallon des Carmes est un Espace Naturel Sensible de plus de 30 ha acquis par le conseil général du Var et composé majoritairement de garrigues. Le vallon est traversé par la rivière Fauvéry qui offre une fraîcheur agréable l'été, des paysages singuliers et des éléments patrimoniaux liés à l'histoire culturelle et industrielle du site. Le département du Var vous invite à découvrir ce site aménagé pour la promenade mais à respecter pour sa préservation. "
Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 -

" Barjols. Ses coteaux, chargés d'oliviers et de vignes, le rendent précieux. Cette, ville est à neuf lieues de Fréjus, au nord-ouest, entourée de montagnes qui se serrent de près. Une source abondante arrose,le peu de plaine qu'elle a tant au-dessous de la ville qu'au dessus. Elle fait même tourner quantité de moulins, à huile, à blé, à papier, et trois fouloirs à draps. Les eaux d'une autre source, qui entrent aussi dans la ville, sont distribuées en cinq belles fontaines. L'air y est salutaire, et plusieurs étrangers y vont chercher le rétablissement de leur santé. " (Bulletin de la Société d'études scientifiques et archéologiques de la ville de Draguignan -1870).
barjols panorama
" Ce lieu souffrit beaucoup pendant les guerres de la religion, pour avoir reçu en 1562 Durand de Pontevès, dit de Flassans, frère du comte de Carcès et premier consul d'Aix. Ce magistrat, plein d'un zèle outré pour la religion catholique romaine, avait mis l'incendie dans la province. Le comte de Tende, qui en était gouverneur depuis quarante ans, marcha vers Barjols, l'assiégea, l'emporta d'assaut et le donna au pillage. Cette affliction fut suivie d'une autre plus triste pour la religion : car la petite armée du comte de Tende, étant presque toute composée de calvinistes, ces impies mirent le feu à l'église collégiale, brûlèrent les sacrées reliques de saint Marcel, dont je vais parler, et jetèrent les cendres au vent. " (Bulletin de la Société d'études scientifiques et archéologiques de la ville de Draguignan - 1870).

" Antoine Richieud de Maurans, à la tête des Sectateurs de Calvin, brûla en 1560 les archives de l'église de Barjols, enleva les trésors et massacra sept chanoines qui osèrent s'opposer à sa fureur. Deux ans après, les comtes de Tende et de Crussol assiégèrent Barjols et l'emportèrent d'assaut après quatre jours d'assaut. La ville fut livrée au pillage, les habitants égorgés, les églises profanées, les autels renversés, le corps de Saint Marcel, évêque de Die fut brûlé. Plusieurs soldats  furent pendus à des arbres : le Viguier et les Consuls, plusieurs capitaines et les principaux du parti catholique, furent traduits à Aix et condamnés à mort comme coupable de Lèze-Majesté.

Le Sieur de Pontevès, fut assez heureux pour échapper à la fureur des ennemis ... il prit sa revanche et il passa au fil de l'épée tous les Huguenots qui se trouvèrent dans la ville d'Orange.

Les Provençaux s'animaient mutuellement en criant : " Tué, tué, pago Barjoou ! " Delà est venu le dicton qui a passé jusqu'à nous : pago Barjoou " Qui signifie "Paye Barjols !") - (Géographique de la Provence, du comté venaissin ... - Claude-François Achard - 1787).


Fin des reliques du St Patron de la ville, pas si sûr ...
barjols plan vallon carmes Le plan du site réhabilité par le département du Var.
On ne peut pas évoquer Barjols sans ses "Tripettes".  " Chaque année, le 17 janvier, jour de la Saint-Marcel, on y célèbre une fête que, de temps immémorial on nomme la fête des Tripettes. Donc après le saccage de Barjols et la disparition dans les flammes des reliques ... " Nos Barjolais éprouvèrent un peu de chagrin mais nulle surprise à voir se consumer les os de leur patron, des reliques qui brûlent sont des reliques bien suspectes. Ils s'en doutaient. Cela du reste ne gênait en rien leur dévotion. Les reliques disparues, leur ferveur n'en fut pas diminuée. D'ailleurs, pour rassurer les âmes scrupuleuses, une vieille femme vint fort à propos conter qu'elle avait sauvé du feu un doigt de saint Marcel et un morceau de son intestin, une " tripette". Ces restes précieux furent placés dans un nouveau reliquaire et comme par le passé l'on continua de célébrer là fête traditionnelle. " ...
tripette barjols
Photo Agence de presse Meurisse - 1930 - remarquez la caméra sur la droite.

" Un siècle plus tard, le Pape Pie IV, pour consoler Barjols du tort que lui avaient causé les huguenots, accorda une indulgence plénière à tous ceux qui entreraient dans la collégiale le premier dimanche après Pâques et y feraient une prière à l'intention du Souverain Pontife. Mais ce pardon ne détourna jamais les Barjolais de faire, le 17 janvier, des processions, des chants, des danses et de tuer le bœuf. Au dix-huitième siècle, Mgr Martin de Bol, évêque de Fréjus tenta de  supprimer ces réjouissances ; elles reprirent après sa mort.
" Avais-je tort de dire que cette fête où se sont amalgamées deux cérémonies, l'une chrétienne et l'autre païenne, que ces chants religieux, ces danses populaires et cette victime égorgée offrent comme un raccourci de toute l'histoire religieuse de la Provence ? " ...
barjols vallon carmes
La cascade du gouffre aux épines.

" Sur la place, quelques enfants continuent de gambader une vieille femme se met à sa fenêtre, armée d'un fusil, et brûle quelques cartouches en l'honneur du saint. La tradition voudrait qu'alors la procession se reformât pour conduire un bœuf au lieu du sacrifice, sur l'esplanade de Barjols. Mais l'Etat étant séparé de l'Eglise et ne voulant pas faire la dépense d'un bœuf, la tradition n'est plus suivie. Les amis du progrès ils sont nombreux à Barjols se félicitent de voir disparaître des coutumes aussi surannées et aussi ridicules. Les autres continuent d'invoquer saint Marcel avec confiance : Lou Beou gran san Marceou, lei tripettos vendran leou ! " (Journal des débats politiques et littéraires - André Hallays - 24 janvier 1913)

barjols vallon carmes industries
Les vignettes (à gauche de haut en bas) : 1. industrialisation du site, atelier ; 2. atelier de teintures et de nourriture (graissage) dans le bassin ; 3. La sèche, opération consistant à mener le cuir à 18% d'humidité. (source : Archives communales).

" Sa situation sur le penchant d'une colline et l'abondance des eaux qui l'arrosent, y appellent les usines à moteur hydraulique. ... On y compte 2 papeteries, 15 tanneries, 2 distilleries, 3 fabriques de poteries. Les arbres de ses forêts sont, le chêne blanc et le chêne vert, en très grand nombre, et plus rarement le petit pin maritime. " (Statistique du département du Var - C N. Noyon - 1846). Une eau abondante, des chutes pouvant alimenter plusieurs machines, des boisements de chêne vert et blanc dont on extrait le tanin ...

La force motrice de l'eau a permis le développement industriel du site qui a accueilli une fabrique de papier (1821), remplacée par un moulin à farine en 1859 auquel s’ajoute en 1888 un moulin à huile. En 1889, Adrien Vaillant y installe la première centrale électrique de Barjols ; elle aurait alors alimenté le village en électricité avant même Marseille. L'usine hydroélectrique est transformée en minoterie après 1907 pour finalement devenir une tannerie.

Dès le XVème siècle, la première tannerie s'installe dans la commune, mais la renommée de Barjols s'établit surtout à partir du XXième siècle. La commune compte alors plus d'une trentaine d'ateliers sur son territoire. " (www.barjols.fr).
barjols vallon carmes
" Après la guerre de 1939-1945, Monsieur Fassy construisit une nouvelle micro centrale qui fut vendue à Monsieur Duchamp, l’actuel propriétaire. Alors que l’arrêté autorise ce dernier à y installer deux micro centrales, il n’en exploite qu’une seule (la plus en amont).

" Monsieur Guy Duchamp est autorisé, dans les conditions du présent règlement, à disposer de l'énergie du cours d'eau Le Fauvery, affluent de L'Eau Salée, dont le code de masse d'eau est LP15-01, pour la mise en d'une entreprise située sur le territoire de la commune de Barjols et destinée à la production d'électricité.
Le Débit maximal de la turbine installée étant égal à 0.435 m³/s et la hauteur de chute maximale de 55 m, la puissance maximale brute hydraulique est estimée à 203 Kw, ce qui permet, compte tenu du rendement normal des appareils utilisés, du débit moyen turbinable et des pertes de charge, de fournir au réseau électrique 20 kV à une puissance maximale d'environ 185 kW. " (Arrêté préfectoral du 17 février 2015 portant autorisation au titre de la législation sur l'eau d'exploiter l'usine hydroélectrique du Fauvery).

" En 1981, la ZAC des Carmes s’installe en amont du site. Il s’agira de la dernière tentative de maintenir l’activité industrielle des tanneries de Barjols. Malgré d’importantes sommes investies, l’exploitation ne démarra pas. La fermeture définitive survient en septembre 1983. Les bâtiments sont occupés par des artistes et différents artisans. " (www.barjols.fr).
carmes barjols oeuvre d'art arbre stefanini
L'« Arbre industriel » de Michel Stefanini, une œuvre d'art au cœur du vallon : l'eau, l'homme, la nature... Vous lisez ? " Energie, profane, turbine, contemplatif, fontaine, huile, tan, corroyeur, ermitage, déchaussé ... " Le mot de l'artiste : " J'ai choisi l'image de l'arbre comme médiatrice de l'histoire du site. Partant de ses racines, en passant par son tronc, pour aboutir à ses branches, chaque partie du tout évoque le parcours et la marque des hommes au sein de ce site naturel. C'est un travail qui lie et décrit un rapport étroit entre la nature propre du vallon, l'élément naturel, et la nature de ceux qui s'y installèrent pour y vivre, la contemplation, ou la contraindre et la transformer, l'industrie ... ".
cincle plongeur
2 cincles plongeurs. (photo prise sur un autre site).
cascade vallon carme barjol
Cascade des Carmes.

A Barjols, Clermont-Tonnerre, évêque de Fréjus, " se rend à la chapelle de Notre-Dame-de-Bon-Refuge et trouve « ce lieu si beau, si dévot qu'il inspire même la dévotion aux plus tièdes, ce qui nous donne, ajoute-t-il, une grande consolation ». "

Consolation ? Souvenez-vous du paradoxe chrétien-païen ... " Dans cette paroisse les plus graves désordres déshonoraient le culte de Saint Marcel, patron de la ville. Le jour de la fête, prieurs et prieuresses se réunissaient avec de nombreux invités en un banquet où régnait la plus grande licence. Pendant la cérémonie religieuse on se livrait à des danses scandaleuses ; des hommes, déguisés en femmes, allaient sous ce travestissement baiser les reliques du saint. Clermont-Tonnerre dut interdire, sous peine d'excommunication, danses et festin, et ordonner que la vaisselle d'argent de la confrérie serait vendue pour l'achat d'une châsse d'argent de plus de 3,000 livres que l'on se proposait de commander ; il prescrivit en outre que chaque année, le dimanche avant la fête patronale, lecture serait donnée au prône de la sentence qu'il venait de rendre. " (Bulletin de la Société d'études scientifiques et archéologiques de la ville de Draguignan - 1898).

couvent troglodytique vallon carmes barjol
Nous voilà devant l'ancien couvent troglodytique construit par les frères "Carmes déchaussés" dans des grottes naturelles vers 1670. Ils l'occupèrent durant près d'un siècle avant l'industrialisation du site.

" Les Carmes sont nés vers la fin du XIIème siècle d’un groupe indéfini et peu connu de laïques, pèlerins et croisés qui, fatigués de la guerre ou désireux d’attendre la venue définitive du Seigneur qui, selon la mentalité apocalyptique aurait lieu à Jérusalem, se sont retirés au Mont Carmel où ils ont adopté le style de vie érémitique, en vogue à cette époque comme opposition et réforme du mouvement monastique. Ces premiers Carmes se sont consacrés à la prière et la méditation de la Parole de Dieu.. " Les frères vivaient dans des grottes sur les pentes du mont Carmel, d'où l'ordre tire son nom. "

Le Carmel Déchaux reconnaît comme mère et fondatrice Sainte Thérèse et, de plus, est le seul Ordre qui ait été fondé par une femme. A la différence des autres ordres, il possède une branche masculine et féminine, la féminine ayant précédé la masculine. ..." (http://www.carmelitaniscalzi.com).
chapelle souterraine vallon cames barjols
Les vestiges de la chapelle à coquillages témoignent notamment de leur passage. Au sol, sur la gauche, un morceau de la conduite d'eau forcée qui traversait la grotte, vous pouvez apercevoir au-dessus de la nef le trou d'enchâssement.

La chapelle, bénie le 2 juillet 1649, prit le nom de Notre-Dame-de-Bon-Refuge. Le création du couvent sous l'appellation "des Carmes" est autorisé par Clermont-Tonnerre, évêque de Fréjus en 1678 - celui qui avait trouvé " le lieu si beau ".
chapelle carmes vallon barjole
Dessin du XIXème (source gallica.fr).

L'ordre des Carmes déchaux établi à la fin du XVIe siècle, est né d'une réforme de l'Ordre du Carmel. Cette réforme fut d'abord appliquée à des couvents de femmes par sainte Thérèse d'Avila en 1562. Ensuite la réformatrice, secondée par saint Jean de la Croix, l'introduisit dans les couvents d'hommes. Un des signes de la Réforme de sainte Thérèse d’Avila était que les Carmes allaient pieds nus dans des sandales (d'où leur nom).
autel chapelle vallon carmes barjols
Les vestiges de la chapelle à coquillages

L'autel et ses piliers latéraux sont décorés de coquillages ce qui n'est pas sans nous rappeler notre visite à la chapelle ND de Pitié au Val qui n'est pas bien loin, peut-être existe-t-il un lien ?
plan grotte barjols
Les plan établi par l'ASER (Association de Sauvegarde, d’Étude et de Recherche pour le Patrimoine naturel et culturel du Centre Var). Les accès à la chapelle nord et est sont protégés par des grilles.
couvent souterrain barjols
Sainte Thérèse d'Avila - Thérèse de Jésus est née le 28 mars 1515 à Gotarrendura (Espagne) et morte le 4 octobre 1582 à Alba de Tormes  (Espagne). Béatifiée par Paul V en 1614, canonisée par Grégoire XV en 1622 et faite docteur de l’Eglise par Paul VI en 1970, elle fut  la première femme à obtenir ce titre. Elle a laissé de nombreux écrits sur son expérience spirituelle qui en font une personnalité majeure de la spiritualité chrétienne.
chapelle souterraine var
" Barjols ou Barjolx, anciennement Barjoulx, en latin Barjolium, en provençal Barjoou, ville du diocèse de Fréjus, chef-lieu de Viguerie, affouagé pour 12 feux. Elle est située dans une contrée délicieuse à deux tiers de lieues N-E de la rivière d'Argens, à 10 lieues E-N-E de Fréjus, 3 N-E de St Maximin, et 8 et demie E. d'Aix. Il n'y a dans la ville qu'une église paroissiale. C'est une Collégiale sous le titre de N-D d'Espinar, fondée par Raimbaud, archevêque d'Arles en 1001. ...

L'étymologie de Barjols est celtique, Barjoulx. Robert d'Anjou, comte de Provence, avait été élevé dans cette ville. L'affection qu'il conservait pour cette ville, l'engagea à illustrer leur cité. C'est pour cela qu'il érigea Barjols en chef-lieu de Viguerie en 1321 par des lettres patentes datées d'Avignon. La justice royale existait déjà depuis 1237, époque à laquelle le Chapitre de Barjols remit le château, la forteresse et la juridiction à Raymond Bérenger , comte de Provence , pour éviter une contestation qui naissait du défaut d'investiture, lorsque le chapitre avait acquis le château et la seigneurie de la famille de Pontevès ..." (Géographique de la Provence, du comté Venaissin ... - Claude-François Achard - 1787).
  grotte chapelle barjols
" On voit auprès du couvent des grottes que l'on croit avoir servi d'église dans les premiers temps ; elles sont curieuses par les congélations stalactites qu'elles renferment. Ces stalactites représentes des grappes de raisons, des animaux, etc. L'on dit qu'un Religieux avait adopté des moules au haut des ces grottes pour donner à ces filtrations la forme qu'il désirait. Si le fait est vrai, la vérité des ces figures perd beaucoup de son mérite. La blancheur de ces congélations désigne la limpidité des eaux qui les produisent. Au reste, les fontaines de ce pays sont abondantes et servent à faire aller des moulins des différentes espèces qui sont dans la ville. " (Géographique de la Provence, du comté Venaissin ... - Claude-François Achard - 1787).
chapelle souterraine grotte barjols
" Antoine Richieud de Maurans, à la tête des Sectateurs de Calvin, brûla en 1560 les archives de l'église de Barjols, enleva les trésors et massacra sept chanoines qui osèrent s'opposer à sa fureur. Deux ans après, les comtes de Tende et de Crussol assiégèrent Barjols et l'emportèrent d'assaut après quatre jours d'assaut. La ville fut livrée au pillage, les habitants égorgés, les églises profanées, les autels renversés, le corps de Saint Marcel, évêque de Die fut brûlé. Plusieurs soldats  furent pendus à des arbres : le Viguier et les les Consuls, plusieurs capitaines et les principaux du parti catholique, furent traduits à Aix et condamnés à mort comme coupable de Lèze-Majesté.

Le Sieur de Pontévès, fu assez heureux pour échapper à la fureur des ennemis ... il prit sa revanche et il passa au fil de l'épée tous les Huguenots qui se trouvèrent dans la ville d'Orange.

Les Provençaux s'animaient mutuellement en criant : "Tué, tué, pago Barjoou !" Delà est venu le dicton qui a passé jusqu'à nous : pago Barjoou " (Géographique de la Provence, du comté venaissin ... - Claude-François Achard - 1787).
chapelle nd bon refuge barjols
Niche dans la chapelle principale.
fauvery, riviere vallon carmes barjols
Le Fauvery, rivière du Var, longue de 8 km avec sa source sur les pentes du Gros Bessillon. Il rejoint une autre rivière "L'eau Salée", au niveau de Barjols.
vallon carmes barjols
L'ancienne fontaine du Jardin des moines. Joli nom pour ce site qui surplombe la grotte, il fut très probablement un lieu de recueillement et de contemplation pour les moines.
jardin des moines vallon carmes barjol
La grotte de l'Ermitage.
carmes dechaux barjols " L'eau (de la contemplation) naît de la source même, qui est Dieu. Donc, comme Sa Majesté le veut quand sa volonté est d'accorder une faveur surnaturelle, elle émane avec une quiétude immense et paisible du plus intime de nous-même. "

Sainte Thérèse d'Avila.

carmes dechasses barjols
Parole aux anciens occupants : " La contemplation du monde à partir du Christ crucifié et ressuscité présent et agissant dans l’histoire, comme une attitude d’espérance créative pour les hommes engagés pour un monde meilleur. La vie de prière comme une expérience de la transcendance de Dieu révélé en Jésus-Christ. L’ascétisme comme détachement du superflu et de disponibilité pour les hommes. Promouvoir en chaque personne la possibilité de réfléchir avec l’esprit de discernement thérésien, la rendant capable de créer des liens sociaux dans le style thérésien de fraternité. " (http://www.carmelitaniscalzi.com).
moines dechausses barjols
" Il est très utile […] que chacun, selon son état, tâche de se dégager des choses et des affaires qui ne sont pas nécessaires. C'est d'une importance telle que j'estime impossible qu'on n'accède jamais à la Demeure principale sans commencer par là. " (Sainte Thérèse d'Avila)
grotte barjols Les Guerres de religions et la Révolution vont précipiter l'abandon du site. De nombreux couvents sont détruits et les religieux chassés comme nous avons pu aussi le voir à la Sainte-Baume ou à Montrieux.

Le site est abandonné par les Carmes déchaux en 1788 après 120 ans d'occupation.

Le 18 août 1790 l'Assemblée constituante supprime les congrégations religieuses à vœux solennels ; en 1792, les couvents doivent être fermés, l'Ordre des Carmes est dissout.

Il faudra attendre 1840 pour voir des Carmélites se réinstaller en France.


En savoir plus avec " Missionnaires sur la montagne. Les Carmes déchaux de Barjols (fin XVIIe-fin XVIIIe siècle) " de Gilles Sinicopri auteur  " D'oraison et d'action - Les Carmes déchaux en France aux XVIIe et XVIIIe siècles."
fauveri
En 1893, Jean Bertot relate son voyage en bicyclette qui passe par Barjols, extrait de " Août 1893, La France en bicyclette de Paris à Grenoble et Marseille : Barjols est des ravissantes villes de l'intérieur de la Provence ... elle est, fait rare et merveilleux dans le Midi roussi, enfouie dans une corbeille de verdure. Quelles bonnes heures nous avons passés à contempler ses gaies maisons ... en compagnie d'exubérants Barjolais et d'aimables Barjolaises ! Tantôt on nous menait visiter le ravin des Carmes, une gorge envahie de centaines de frondaisons, tantôt les Carmes eux-mêmes, un ancien couvent devenu moulin qui a conservé des jardins ombreux, des pièces d'eau vertes et entourées de balustrades émiettées par le temps et les grottes à stalactites dont les moines avaient fait leur église." Ça, c'est pour le bon, car ...
pigeonnier barjol
Ancien pigeonnier à Barjols, il ressemble à celui de Tourves.

" ... La plus étonnante et qu'on n'eut pas besoin de nous montrer c'est la saleté des rues ou plutôt des escaliers qui en tiennent lieu. Un jour nous passions dans une de ces ruelles sordides et admirables.
- " Passarès ! " cria une voie qui venait du ciel.
Surpris nous nous arrêtâmes net. Bien nous en prit. La voix n'avait pas fini, que quelque chose arriva d'en haut et s'étala à deux pas, avec un bruit mou. Nous n'avions pas monté dix marches que :
- "Passarès ! " dit une petite voix invisible.

Instruits par l'expérience, nous donnâmes aussitôt signe de vie en proférant des cris inarticulés qui n'avaient rien d'humain ni de provençal. Moyennant quoi une jolie paire d'yeux noirs se montra à une fenêtre, rut fort confuse et s'éclipsa.
Nous apprîmes ensuite que Barjols, ville naïve et primitive, ignore ce raffinement qui consiste à prévoir, lorsqu'on bâtit un maison, certaines sujétions de la nature humaine et que vous n'y trouverez pas - mon Dieu, comment dirais-je ? - le contraire de la cuisine. On déverse tout simplement par la fenêtre dans la rue ce qu'on ne saurait décemment garder chez soi. Mais comme on est poli, on crie généralement avant, pendant ou après cette petite manœuvre le Passarès qui nous nous avait intrigués et qui veut dire : " Passez vite ! ". Chacun dispose, du reste, devant sa maison, une couche de paille qui devient bientôt un confortable fumier destiné à amender la campagne que tout Barjolais possède. "

A remettre naturellement dans son jus, non son époque ! Qui ne connaît pas d'histoire de rue Merdançon !
croix castellas barjols
La croix du Castellas. Cadrage serré pour éviter l'antenne relais dont on aperçoit toutefois une partie de la parabole en bas à droite ... Pas grave, joli point de vue sur Barjols avec une très belle table d'orientation. Un première Croix en bois installée dans les années 1768 - 1790, remplacée par une première croix en fer en 1915, celle que vous apercevez aujourd'hui date de 1964.

N'en restez pas là, continuer votre chemin - à pieds - jusqu'à Pontevès pour découvrir son château. Mon conseil, vous partez du centre de Barjols, vous faites le circuit des fontaines, le vallon de Carmes puis Pontevés, vous ne devriez pas être déçus.
fontaine des limaces barjols  barjol
La fontaine des Limaces et le quartier du Réal.

Pour la fontaine, " également appelée fontaine des escargots, elle est la plus récente de Barjols. On raconte qu’une limace, en obstruant le tuyau d’évacuation, l’a faite déborder. Pour le "Réal", ce quartier est le plus ancien de Barjols, puisqu’habité depuis le XIIe siècle. Son nom peut avoir deux origines : soit il est dû au château qui se dressait autrefois sur ses hauteurs (Réal = royal), soit à l’omniprésence de l’eau (Réal = ruisseau) qui a favorisé l’implantation de nombreux moulins et l’installation de tanneries." Source : www.barjols.fr, vous pouvez télécharger le circuit des fontaines sur le site de la commune.
table orientation barjols croix

Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 -

Retour haut de page - Retour page d'accueil


Un renseignement, un commentaire ...
Saisir un prénom ou pseudo :
Votre Email (facultatif) :

Commentaires :


Retour page d'accueil

RANDOJP



phpMyVisites