Chemin privé !
TOULON, LES FORTIFICATIONS DU MONT FARON
L'héritage stratégique du Mont Faron se déclinent en une multitude de redoutes, fortins, batteries, tours et autres forts ... Parmi cet ensemble : la tour Beaumont et son mémorial du débarquement de Provence, la caserne centrale, le fort de Croix-Faron, Fort-Faron, le fort du Grand Saint Antoine, la tour de l'Hubac, le fort d'Artigues, et bien qu'à l'écart, ajoutons à ces "forts terrestres" le fort Sainte-Catherine et le fort Lamalgue.
Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 -
toulon rade faron mont
A gauche le Mont-Faron domine la rade de Toulon, on comprend de suite l'intérêt stratégique d'y construire des places fortes. Ci-dessous le Faron vu du Mont-Caume.


Les forts du Mont Faron : la tour Beaumont, mémorial du débarquement de Provence
Construite en 1845, la Tour Beaumont fait partie du programme de défense et de surveillance de la rade de Toulon. Aménagée en Musée Mémorial du Débarquement des Alliés en août 1944, elle comprend plusieurs salles d'expositions consacrées aux différentes armées qui ont participé au débarquement en Provence.

Inauguré le 15 août 1964 par le général de Gaulle, le musée a été repensé en 2016, inauguré dans sa nouvelle livrée par François Hollande le 16 mars 2017. Pour plus d'informations, c'est ICI.
memorial debarquement musee mont faron debarquement toulon
Le saviez-vous ? En 1964, le général de Gaulle échappa de peu à un attentat de l'OAS programmé à l'occasion de son passage au mont Faron. En effet, une bombe (" 8 pains de TNT " Adieu Colomb Béchard - Vincent Dubois) dissimulée dans une jardinière n'explosa pas au passage du général ; tôt le matin, un jardinier avait opportunément noyé le mécanisme de mise à feu de la charge explosive qui de fait ne se déclencha pas !

Le 18 mai 1894, extrait du journal "La Croix ... les Malices des Gribouille" : " M. Cluseret, député du Var, signale au ministre de la Guerre le fait suivant. Depuis plusieurs mois, le groupe fortifié du Faron, clef de Toulon, est occupé par une équipe d'ouvriers italiens, sous les ordres d'un contre-maître italien. ... Pas un seul Français n'est admis sur ce chantier. En ce temps où, dans toute l'Europe, tout citoyen est soldat, il doit bien y avoir, parmi ces ouvriers italiens, quelques sous-officiers ou mêmes des officiers italiens. Qui connaîtra mieux qu'eux les souterrains qui sillonnent le sous-sol des forts, la situation exacte des réduits, l'épaisseur des flancs, puisqu'ils auront construit tout cela eux-mêmes ? ".

Effectivement on retrouve cette intervention du député varois dans le Journal officiel du 19 mai 1894. Le général Mercier, ministre de la guerre lui répond (extrait ) :  " En ce qui concerne le fort du Faron, je suis heureux de pouvoir rassurer le patriotisme de M. Cluseret en lui affirmant que ce qui a été fait ne peut porter aucun préjudice à la défense nationale. Voici ce qui s'est passé.

Les travaux du fort du Faron, qui ont été exécutés en 1893, - car, depuis cette date, rien n'a été fait, - concernent uniquement des relèvements de parapets et de plates formes sur la partie extérieure et supérieure du fort. Il est donc inexact de dire qu'une équipe d'ouvriers étrangers a été employée aux travaux des souterrains du Faron ; ces travaux sont terminés depuis vingt ans, - il n'en a pas été fait depuis lors, - et les travaux exécutés à cette époque l'ont été par la main-d'œuvre militaire, c'est-à-dire par des soldats français.

... Est-il exact que ces travaux aient été exécutés uniquement par des équipes d'ouvriers étrangers ? Non ; attendu qu'un tiers des ouvriers employés étaient Français. ..."
tour beaumont memorial debarquement provence toulon mont faron
Ci-dessus, la tour Beaumont avant les travaux de 2016. " Le Centre Culturel et Touristique du Mont-Faron, dirigé par M. le Général d'Armée Magnan, un des libérateurs de Toulon en 1944, a réalisé : la construction d'un téléphérique accédant à la tour Beaumont (507 m. et non 22), l'aménagement de la dite Tour en Musée Historique, l'installation d'un Centre artisanal et d'une Chapelle. " ...

" Les Toulonnais n'oublient pas que c'est grâce à l'Amiral Barjot que la Tour Beaumont du Faron fut cédée par la Marine à leur ville, afin d'être affectée à un Musée Bonaparte et de Lattre de Tassigny, les deux illustres libérateurs de Toulon en 1793 et en 1944. " (Bulletin de l'Académie du Var - 1961).

canon anti aerien americain mont faron memorial debarquement provence toulon
Canon antiaérien américain de type "90mm AA gun" : poids : 15 tonnes avec la remorque, 8 tonnes sans, poids de l'obus 10,6 kg pour une portée comprise entre 10 et 17 km. Il entre en service en 1941 sous le nom "90 mm Gun M1 on Antiaircraft Mount M1A1", arme excellente malgré un affût complexe et coûteux à produire, il fut toutefois commandé en grandes quantités. Une version avec chargement d'obus amélioré baptisée M1A1 fut rapidement lancée pour remplacer la version originale M1, déclinée par la suite en version M2.
canon anti char allemand 75 PAK toulon mont faron
Canon anti-char allemand 75 PAK : La version 50 mm (PaK 38) de la Wehrmacht utilisée depuis 1940 était incapable de transpercer certains blindages, notamment celui des chars russes T34. Aussi les autorités allemandes, après avoir remarqué l'efficacité des canons russes antichar de 76,2 mm, décidèrent rapidement l'étude d'un canon PaK calibré à 75 mm. Je le laisse dans sa couleur sable puisque depuis 2017 il est a été repeint en kaki.
canon anti char allemand mont faron musee debarquement provence toulon
Le canon Pak, modèle 40/L46 - 75 mm équipa les troupes allemande dès le début de 1942. Il devint l'arme antichar de base de l'armée allemande. Les premiers mois, la production eut du mal à suivre la demande du front. Contrairement à ses prédécesseurs d'un calibre inférieur et plus légers, il ne pouvait pas être tracté par les véhicules ordinaires du train ; il fallut lui adjoindre un tracteur d'artillerie légère type "Hansa-Lloyd-Goliath" de 3 tonnes, remplacé par la suite par un tracteur Borgward.

sanctuaire notre dame mont faron
Le sanctuaire de Notre-Dame du Faron a été aménagé dans une ancienne poudrière qui alimentait la tour Beaumont.

" Monsieur Roussel, créateur du téléphérique du Faron, recevait souvent le maréchal Juin à La Tour Blanche. Lors d'une excursion au sommet du Faron en 1958, ils avaient déjà lancé la transformation de la Tour Beaumont en mémorial ... Ils décidèrent de faire de cette poudrière un sanctuaire à la mémoire de ceux et celles qui tombèrent pour la libération de la France.

Réalisée par Pierre Pascalet, architecte, elle fut inaugurée par le maréchal Juin, l'épouse du maréchal de Lattre de Tassigny, le général Magnan, et en présence de l'évêque Monseigneur Gaudel. C'est Mgr Gaudel qui érigea cette nouvelle chapelle en lieu de culte. "

" L’histoire extraordinaire de la statue de Notre-Dame du Faron " C'est sous ce titre que le diocèse de Fréjus raconte une histoire effectivement étonnante (www.diocese-frejus-toulon.com). Œuvre du sculpteur hyérois, Gabriel Cotel, la statue est exposée à Paris dans un salon associant M. Roussel qui est aussi président de Varois de Paris. Le sculpteur lui confie la statue qui échappe ainsi à une vente non souhaitée.

Quand la Belgique et le circuit du Castellet s'en mêlent ?  Quelques temps après, M. Roussel offrit la statue à une ressortissante belge, Madame Ickx. Erreur puisque la statue ne lui appartenait pas ! Mais un jour ...

Jacky Ickx - fils de madame Ickx - pilote de course émérite et donc régulièrement engagé dans des courses et essais au circuit du Castellet, était en visite sur le Mont Faron. M. Roussel lui " confia sa déception de n’avoir pas trouvé la statue de la Vierge qu’il aurait voulue. « Je crois que j’ai ce qu’il vous faut » une idée avait saisi Jacky Ickx qui contacta sa mère. La « jeune fille » fut envoyée au Faron… On lui mit une auréole de cuivre… Notre-Dame du Faron était née. " Le tout avec approbation de notre sculpteur hyérois.

fortifications faron toulon
A l'est de la tour Beaumont sur la crête nord du Mont Faron, les retranchements du Pas de Leydet protégeaient l'accès au sommet grâce à un fossé.

LES FORTS DU MONT FARON
La caserne centrale
fortification toulon
La " caserne du Centre " ou " caserne du Pas de la Masque " est située juste après le zoo entre la tour Beaumont et le fort de Croix Faron.

" Parmi les projets caressés par M. Roussel (surtout s'il peut obtenir que la Caserne du Centre - abandonnée aux fantômes depuis si longtemps - lui soit confiée) figurent une Maison d'Etudiants, un Historial, une Annexe du Muséum : salle réservée à la Préhistoire du Faron, maquettes géologique, spéléologique (avec les grottes, les sources, les cours d'eau et les lacs intérieurs), sylvicole, une station météorologique, un observatoire modeste à caractère pédagogique, vivement, souhaité par tous les professeurs de cosmographie et de géographie des lycées environnants, etc...). " (Bulletin de l'Académie du Var -1961).
fortifications du mont faron a toulon
La "caserne du Centre" était prolongée au nord par une batterie et un retranchement dits "de la Masque".

Le Fort de La Croix Faron.
Fort de la croix faron monument stele cf ducuing
Fort de la Croix Faron (extrait du site officiel de la ville de Toulon) : " En 1867, l’Armée décide d’élargir le rayon d’action défensif de la ville en occupant toutes les hauteurs environnantes. L’édification du Fort de la Croix-Faron (1872 / 1875) renforce ainsi la défense Est de Toulon grâce à son champ de vision s'étalant du Mont Coudon jusqu'au Cap-Brun. Il se visite en général durant les journées du patrimoine. "

Sur la stèle en hommage au CF Gabriel Ducuing : " Commandant la batterie de la Croix Faron (1939). Mort pour la France au cap Gris Nez le 25 mai 1940. Fondateur et premier président de l'ACORAM (Association centrale des officiers de réserve de l'armée de mer). "

Egalement extrait du site de l'ACORAM : " 9 heures, l'ennemi n'étant plus qu'à deux cent mètres et les défenseurs du Gris-Nez n'ayant plus de munitions, le commandant DUCUING fait détruire mitrailleuses et canons et donne à tout le personnel l'ordre de se replier vers la falaise ouest. Refusant de se laisser entraîner par son maître d'hôtel, il prend en main une mitraillette et demande un pavillon au maître canonnier auquel il dit adieu en ordonnant de rejoindre les autres. Le maître fait semblant d'obéir et, s'étant caché, voit le commandant DUCUING se diriger vers le mât de pavillon, poser son arme, se découvrir, hisser les couleurs, puis reprendre la mitraillette. Il tombe peu de temps après fauché par une rafale de mitrailleuse. "

Fort Faron
Fort Faron Toulon
L'imposant mais très discret Fort Faron domine l'est de Toulon. " C'est une ancienne redoute commencée en 1764 sous le règne du Roi Louis XV. Dès 1840, l'allongement des portées en matière d’artilleries impliquent la réorganisation complète de son système défensif. " (extrait du site officiel de la ville de Toulon).
fortifications toulon
"Discret" car le fort passe relativement inaperçu du fait de son "caractère rasant", on ne l'aperçoit d'ailleurs pas de la vieille ville de Toulon ; à rapprocher de la batterie de Mauvanne ou plus proche du fort Lamalgue.
fort faron mont faron

cremaillere mont faron toulon
L'impressionnante "crémaillère du Faron". 8 mètres de large, plus de 10 m de profondeur par endroit, 600 m de long, des casemates aménagées, elle relie le Fort de Croix Faron (alt 565 m.) au Fort Faron (alt 403 m.) soit 162 m. de dénivelé. 
fort faron mont faron toulon
Sur la photo, la crémaillère rejoint les fossé du fort au niveau du pont (au premier plan). A gauche une butte de terre protège le fort dans sa partie est.
fort faron toulon

fort faron impluvium
Un impluvium construit à trois cent mètres au nord ouest et en surplomb du fort permettait d'alimenter ce dernier en eau douce par gravité.
impluvium citerne
Sa capacité de plusieurs centaines de m³ d'eau fut protégée par un mur d'enceinte, elle sert aujourd'hui de réserve en cas d'incendie. 


Fort du Grand Saint Antoine
fort du grand saint antoine mont faron toulon
Premier fort en montant par la route du Mont Faron, le fort du Grand Saint Antoine est situé à 140 mètres d'altitude. Il contrôle l'ouest du Mont Faron. 
fort grand saint antoine toulon
On accédait à la cour intérieure grâce à un pont-levis.
fort st Antoine Toulon
150 hommes assuraient la mise en batterie d'une dizaine de pièces d'artillerie à partir d'une plate-forme centrale surélevée.
fort du grand st antoine faron
Son intérêt militaire disparu, la marine nationale y a longtemps stocker ses archives.
pont levis poncelet  fort mont faron
A gauche, le mécanisme type Poncelet permettait la mise en œuvre du pont-levis. Jean Victor Poncelet, ingénieur mathématicien et général avait mis au point un mécanisme qui équipa presque tous les ouvrages à ponts-levis construits ou modernisés entre 1840 et 1875.
forts toulon liberation toulon
Le mur d'enceinte  témoigne encore de la violence de combats.

La tour de l'Hubac (1845 - 1846)
tour de l ubac mont faron toulon
La tour de l'Hubac est située au nord du fort du Grand Saint Antoine, elle complète le dispositif de contrôle du passage vers Toulon par le nord et la vallée du Las à l'ouest du Mont Faron.
tour ubac mont faron toulon
La tour possède deux niveaux permettant la mise en œuvre de pièces d'artillerie.
tour de l'ubac
mont faron


Le fort Lartigue - ou d'Artigues (1708)
" Pendant le siège de Toulon en 1707, on avait reconnu l'importance de la possession de la hauteur dite de Sainte-Catherine, qui avait été occupée par nos troupes, perdue ensuite et définitivement reprise par elles.

L'année suivante, on commença les travaux d'un fort, qu'on appela d'Artigues, dénomination qui lui est restée, du nom d'un maître boulanger de la ville, propriétaire du terrain sur lequel il fut édifié. Ce fort, qui a conservé sa configuration première, fut achevé en 1710 et armé la même année. " (Bulletin de l'Académie du Var - 1892).

fort toulon mont faron fort lartigue d artigues Sur la carte ci-contre, la rade de Toulon avec, "les forts et batteries où l'on propose des ouvrages à faire pendant l'année 1758". (Roquepiquet).

Le fort d'Artigues était situé au sud-est du Faron.

En vignette dans le coin gauche, une photo du plan-relief du fort Lartigue, à découvrir au musée des plans-Reliefs à Paris.


Vous pouvez aussi distinguer le fort d'Artigues sur cette ancienne carte postale datant d'avant guerre. Car ...

Le 24 août 1944, les Tirailleurs sénégalais (6ème RTS) et les FFI sous les ordres du capitaine Orsini et du lieutenant Marquis attaquèrent le fort dans lequel les Allemands s'étaient retranchés. Les combats furent très difficiles et de nombreux soldats tombèrent.

L'attaque du 24 août ayant échoué, le 25, " dès le début de la matinée l'artillerie française déclenche un bombardement violent sur Artigues, dans l'après-midi des obusiers tirent depuis les parapets du fort Sainte Catherine à vue directe sur lui, les munitions explosent et de véritables feux d'artifice jaillissent vers le ciel, dans la soirée écrasé sous les obus, il ne réagit plus. " (Par les portes du Nord, la libération de Toulon et Marseille en 1944 - François de Linares).

toulon fort d artigues monument

En partie détruit par ces tirs d'artillerie, il n'en reste aujourd'hui que quelques pans de l'enceinte (dans une propriété privée).

A proximité, une plaque rappelle :

" Le 26 août 1944, après deux jours de combat acharnés, le 2ème bataillon du 6ème Régiment de Tirailleurs Sénégalais avec l'aide de la Résistance de la section d'assaut du Génie et des Transmissions Divisionnaires ont obtenu la reddition de fort d'Artigues point fort de la défense allemande lors de la libération de Toulon ajoutant une page à la gloire de la 9ème Division d'Infanterie Coloniale. "




Le fort Sainte-Catherine (1765)
La batterie établie après le siège de 1707 fut transformée en fort sur l'impulsion de François Milet de Monville, directeur des fortifications de Provence, en 1664. Armée en 1793, cette place forte a été restructurée en 1831 autour de 4 bastions. En 1964, le site change complètement de destination pour accueillir trois grandes tours d’habitation.
fort ste ctherine toulon st jean du var A droite, quartier de Saint-Jean du Var à Toulon, les vestiges du fort Sainte-Catherine dominés par une des trois tours.


Vue aérienne vers 1963

Le fort Lamalgue (1792).
... Sur un lit de varech ou d'algue,
J'ai, datant du siècle dernier,
Dans un angle de mon cellier
Quelques flacons de vieux Lamalgue ...
" Cet aimable plaidoyer fut prononcé lors du banquet annuel de notre Société (ndlr : l'Académie du Var). On ne s'étonnera donc point qu'y soit loué le vin de Lamalgue. " (Général Pittié, 1982).  Notons au passage que le domaine du Clos Lamalgue existe toujours, car ...
" Les forts élevés après le siège de 1707 sur les hauteurs d'Artigues, de Sainte-Catherine de Saint-Antoine et de Lamalgue nécessitèrent de coûteuses expropriations, surtout ce dernier. Le plateau de Lamalgue était en effet complanté de vignes donnant un cru renommé. L'opération d'expropriation commencée en 1754 ne s'acheva que dix ans plus tard. Elle coûta 13 341 livres. "
fort lamalgue toulon Au XVIIIème siècle, des chamailleries continuelles entre les départements de la Guerre et de la Marine amenèrent le gouvernement du Roi à partager équitablement les forts de Toulon. Saint-Louis, la Grosse Tour, Balaguier, l'Eguillette vont à la Marine, Lamalgue, d'Artigues, Sainte-Catherine et les ouvrages à l'intérieur des terres vont à la Guerre.
Cette disposition devait durer très longtemps puisque le fort Lamalgue ne fut concédé à la Marine qu'en 1940.

En 1788, le fort devient hôpital temporaire.
En 1832, adjonction d'une prison militaire.
En 1887, les forçats sont internés au Fort.
En 1940, l'Armée cède le Fort à la Marine.
08 novembre 1942 : les Allemands puis les Italiens occupent le fort.
24 août 1944 : reprise du fort par les Alliés.
(Cols bleus, hebdomadaire de la Marine Nationale - 07/05/1983).
L'attention de Vauban s'était beaucoup tournée vers la défense côtière de la rade de Toulon, il avait cependant envisagé une redoute à mâchicoulis sur une butte du Mourillon, projet qui ne verra pas le jour. 

Le siège de Toulon allait révéler les failles de la défense terrestres de la rade et c'est à Antoine Niquet, directeur des fortifications de Provence et du Languedoc depuis 1691, qu'il revint la paternité d'édifier un véritable fort sur les hauteurs de Lamalgue. Mais les travaux ne vont commencer qu'en 1708 pour ne s'achever - projets et contre-projets se discréditant et se succédant sans cesse - qu'en 1792.

fort lamalgue toulon  prison fort lamalgue toulon cellule
Lamalgue fut - et plus que les autres forts - une prison tout au long de son histoire (jusqu'au 25 février 1921) ; on peut d'ailleurs encore y découvrir des cellules (ci-dessus).

Août 1793, les prisons toulonnaises sont (déjà) saturées. « Le règlement du pain fourni aux prisonniers nous fait connaître qu'il y avait des détenus au Palais de Justice, à la Chaîne-Vieille, à la Porte d'Italie et à la Maison Commune, sans compter ceux enfermés au fort Lamalgue, à la Grosse Tour et sur le Thémistocle, auquel on joignit, en septembre, la frégate l'Utile. »

Un récit pour illustrer ce volet de son histoire. On évoque ici le séjour de Charles-Nicolas Beauvais de Préaux, député de Paris à la Convention (1792)... où il vota la mort de Louis XVI. Envoyé à Toulon pour s'opposer à ce que la ville fut livrée aux Anglo-Espagnols, il fut arrêté par les royalistes et resta incarcéré à Lamalgue jusqu'à l'entrée des troupes républicaines. Il mourut à Montpellier quelques mois plus tard, le 27 mars 1794, des suites des mauvais traitements subits dans son cachot.

... " Malgré son état maladif résultant de sa captivité à Toulon, il avait voulu se mêler à la joie du peuple, en suivant le cortège en voiture, mais sa faiblesse était telle qu'il fallut le porter sur l'autel de la Patrie. Son émotion devint intense lorsque l'on voulut enlever aux deux captifs leurs vêtement ignominieux et leurs chaînes pesantes ... et qui n'étaient autres que celles dont il avait été chargé lui-même dans les cachots du fort Lamalgue ; cependant il réunit le peu de force qui lui restait pour ouvrir, d'une main tremblante, les cadenas qui les réunissaient ... (Bulletin de l'Académie du Var - 1931 - 1993 - 1998).


Epilogue, une vue de Toulon du Fort d'Artigues

On finit avec cette " Vue de Toulon du Fort d'Artigues ", mais je lui préfère au jeu de la superposition ...

... Cette autre jolie " Vue de Toulon du Fort d'Artigues " de Jean Rodolphe Gautier - fin XVIIIème ; plus bas sur la gauche, le fort Sainte- Catherine, aujourd'hui remplacé par trois tours d'habitation dans le quartier de Saint Jean du Var ; plus loin, le fort Lamalgue avec à sa droite la Tour royale puis le fort Balaguier.

Continuez avec :
- Rade de Toulon : Balaguier, l'Eguillette, le fort Napoléon, la Tour Royale, le fort Saint Louis, le fort du Cap Brun et sa batterie basse.
- Le fort de Six Fours, les batteries de Peyras, du Cap Nègre et du cap Vieux ; le poste de Montjoie ; le fort de la Pointe de la Cride.
- Autour de Toulon : le Gros Cerveau, Mt Caume, les poudrières du Las ; Coudon : le fort du Lieutenant Girardon et celui du Baou Pointu.
- A l'est de de Toulon : les forts de la Colle Noire, la Gavaresse, la Bayarde et plus à l'est : au Cap Bénat et la batterie de Mauvanne.
- Les 3 forteresses d'Evenos.

Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 -
Retour haut de page - Retour page d'accueil

Un renseignement, un commentaire ...
Saisir votre nom ou pseudo :
Votre Email (facultatif) :

Commentaires :


                  

Retour page d'accueil

RANDOJP