Chemin privé !
Un usage de l'eau.
La source, le canal, le béal, le bassin, le lavoir, la resclave, la fontaine, le jardin, la martelière, la noria, l'éolienne, la serve,
la citerne, le moulin, le puits, le sacré, le thérapeutique, le divinatoire, le miracle, l'ex-voto, la glace, le barrage, l'aqueduc.
Le rapporteur du projet de code rural disait au sénat, dans la session de 1837 : « Les eaux, suivant qu'elles sont abandonnées à elles-mêmes, ou qu'elles obéissent à une direction intelligente, deviennent, personne ne l'ignore, un élément de destruction ou de richesse, arrêtent ou activent la végétation, ravagent ou fécondent les campagnes, exhalent des miasmes pestilentiels ou contribuent puissamment à la salubrité publique. Ces observations étaient le fruit d'une longue expérience ... » (Du régime des eaux en Provence, avant & après 1789 : d'après les lois et décrets, règlements, arrêts et usages locaux - Léopold Seguin - 1862).
Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 -
Marcel Pagnol passait ses vacances au village de La Treille situé à l'est de Marseille au pied du massif de l'Etoile. Il y a aussi écrit et tourné certains de ses films, dont Manon des Sources.


A gauche, la fontaine de la Treille, et en vignette, une image extraite du film ; le sermon du curé résonne encore dans les collines provençales pour rappeler les problématiques de l'eau :


" Il sait très bien le Bon Dieu que vous êtes là parce que la source ne coule plus. Il y en a qui sont inquiets pour le jardin, d’autres pour la prairie, d’autres pour les cochons, d’autres parce qu’ils ne savent plus quoi mettre dans le pastis.


Ces prières que vous avez la prétention de lui faire entendre ce sont des prières pour les haricots, des oraisons pour les tomates, des alléluias pour les topinambours, des hosannas pour les coucourdes.


Allez, tout ça c’est des prières « Adolphines ». Ça ne peut pas monter au ciel parce que ça n’a pas plus d’ailes qu’un dindon plumé. "


eau, source en provence
LA SOURCE. Au départ, la source.
latay signes
LE CANAL. L'eau est un bien provençal très précieux, elle est par conséquent très souvent canalisée pour na pas se perdre, comme ici à Signes ...
canal beal carces
... ou encore à Carcès.

LE BEAL. A Ollioules, le béal canal des arrosants, est alimenté par plusieurs sources captées à l'ouvert des gorges d'Ollioules : la source Allemand, la source de Marc ... La plus importante est celle de Labus dont la température des eaux avoisinent les 20°C. Cette dernière marque aussi le début du canal qui est d'abord souterrain sur 352 m (ci-dessus). LE circuit de l'eau à ne pas manquer.

" Le canton d'Ollioules n'a que très peu d'eau courante, et la plupart de ces petits cours d'eau tarissent au commencement de l'été. Les riverains ont le droit de s'en servir à leur passage sans établir de nouvelles œuvres et en rendant ensuite l'eau à son cours naturel.

Ollioules possède seul plusieurs sources abondantes, qui réunies au peu d'eau de la rivière par des barrages et canalisées ensuite, servent à mouvoir des moulins à huile et à farine et à l'irrigation d'un grand nombre de jardins potagers. Celui, sur le fonds duquel coulent des eaux pluviales, a le droit d'en dis poser sans être obligé de les rendre à leur cours. " (Usages et règlements locaux ayant force de loi dans les arrondissements de ... Toulon, Var - 1886).

bassin de la perdrix manon sources claude berri film
LE BASSIN. Entre la source et le village : le bassin, ici celui de la Perdrix servit de décor à Claude Berri pour le tournage de Jean de Florette et Manon des Sources en 1986. " L'eau se mettait sous pression et formait ainsi une nappe captive qui alimentait le bassin par résurgence, et le bassin lui-même alimentait la fontaine au moyen d'un tuyau de fonte qui amenait l'eau jusqu'au village par gravité. Ugolin, lugubre, murmura ; " Oh oui ! C'est le cas de le dire ! Quelle gravité !" (Manon des sources - Marcel Pagnol).
lavoir barjols
LE LAVOIR. " A Barjols, un règlement de 1641 accorde l'usage des eaux aux arrosants, du mercredi matin au jeudi matin et du samedi matin à l'heure de minuit du lundi. Le reste du temps, elles sont affectées au service des moulins. La distribution de l'eau était opérée par ordre et non par volume. Un nouveau règlement du mois de mars 1833 consacra l'état de choses suivi depuis un temps immémorial, et il a aussi divisé les eaux par nombre d'heures. " (Du régime des eaux en Provence, avant & après 1789 : d'après les lois et décrets, règlements, arrêts et usages locaux - Léopold Seguin - 1862).

barrage beal
LA RESCLAVE. A Ollioules, la resclave de Bonnefont, ce barrage aménagé permet au béal de traverser un cours d'eau - ici la Reppe - sans perte de débit.
ollioules destel barrage
La même resclave vue vers l'aval. Le pont de Bonnefont en arrière-plan, ainsi nommé en référence à une source "font" en provençal, ce quartier était autrefois constitué de jardins où l'on cultivait fruits et légumes. Le seigneur d'Ollioules y possédait le sien.



fontaine moustiers sainte marie
LA FONTAINE. L'indispensable et incontournable fontaine du village, ici à Moustiers Sainte-Marie.
citerne brignoles
A Brignoles. La plupart des villes et villages possédaient leurs puits ou citernes dans la commune.


LE JARDIN. Ollioules terres de jardins depuis le Moyen-Age. C'est vraisemblablement à cette époque que les marécages furent asséchés pour être transformés en terres cultivables. Chaque famille, notables et seigneur compris, possédait un jardin. Si la production servait avant tout la consommation familiale, à Ollioules, la production était suffisamment excédentaire pour être en grande partie vendue.

On y cultivait le chou, l'oignon, la laitue ou le poireau très employés dans la cuisine médiévale. Ils devaient figurer en bonne place aux côtés des cultures méditerranéennes, olives, grenades, amandes et surtout la figue, qui fit la réputation d'Ollioules sur les marchés marseillais.

Au XIXe siècle, l'arrivée du chemin de fer va marquer un tournant dans l'histoire d'Ollioules et aura deux conséquences : les productions vont pouvoir être vendues plus loin et de nombreux paysans vont se lancer dans la culture de la fleur fraîche, génératrice de plus de revenus ; de nombreuses familles ollioulaises vont s'enrichir par ce nouveau négoce.

Le canal a alimenté en eau jusqu'à 93 propriétaires jardiniers et 7 moulins (farine et huile) ou usines. Les droits de quantité d'eau étaient comptés en minutes, 1 minute permettant l'irrigation de 54 m². Les 9052 minutes des 10 080 que compte une semaine étaient réparties entre les différents utilisateurs, les 1028 restantes servaient à recompléter les réservoirs. Un garde assermenté veillait au respect du règlement, il signalait à grand coup de trompe les ordres d'ouverture et de fermeture des trappes d'irrigation.

Concernant l'arrosage à l'ancienne dans les parcelles. L'eau du béal était conduite aux planches de culture par des canaux de terre tracés à la trinque, sorte de houe dont le fer forme un angle aigu avec le manche. On libérait alors le flux d'eau vers les différentes cuvettes creusées entre deux lignes de culture en rompant les esparciers, sorte de butte de terre, grâce à un habile coup de trinque.

LA MARTELIERE. La distribution de l'eau vers les différents canaux de dérivation était assurée par l’ouverture ou la fermeture de martelières, plaque en métal actionnées verticalement.
  

LA NORIA. " Ce même matin, sortant de son mas, et pressé d'admirer sa terre, le maître de la vigne voisine vit ses fèves flétries et ses arbres grillés comme si quelque vent néfaste avait soufflé durant la nuit.
- Ils ont soif ! se dit-il.
- Et vite, il attela sa belle jument blanche à la noria féconde qui, de mémoire d'homme, n'avait jamais tari.
Elle était, cette noria, comme une idole sur son tertre, toujours peinte à neuf et luisante entre les bambous opulents.

La jument, cependant, inlassable et docile, tournait sans s'arrêter. " (Bulletin de l'Académie du Var - 1926).
noria eau ollioule
Toujours à Ollioules, la noria ou, en provençal : posaraca, poussaraque, pousarac ... Ce dispositif connu depuis l'Antiquité permettait d'alimenter des bassins dont le niveau pouvait être supérieur à celui du canal. Constitué par un chaîne munie de godets en terre cuite, bois, ou zinc et actionnée par des engrenages, la noria était activée par l'homme ou le plus souvent par un âne ou un mulet.

Celle que vous pouvez voir ci-dessus date du XIXème siècle. Elle permettait d'amener l'eau du canal vers les aires de lavage du blé situées en amont du moulin de Palisson.
noria jardin oliviers sanary sur mer
Noria du Jardin de oliviers à Sanary sur mer. La noria permettait d'amener des volumes d'eau beaucoup plus important qu'un simple puits armé d'un seau, c'était un besoin indispensable aux  grandes surfaces comme ici. Vous pouvez voir un bassin devant la noria et la poutre à laquelle on attaché le bât de l'animal.
eolienne ollioules
L'EOLIENNE

A Ollioules, cette éolienne devrait bientôt retrouver ces ailes grâce au travail des élèves de la section Ferronnerie du lycée Langevin de La Seyne sur Mer et au Groupe de Recherche sur le Patrimoine Ollioulais.

" Installée pour puiser l'eau sur le domaine de la Castellane en 1930, elle a fonctionné jusqu’en 1963 puis a été motorisée par un moteur à essence. C’est une éolienne multipales Aéromotor américaine, fabriquée sous licence par les établissements Simon Plissonnier (Forges Plissonnier, fabricant d’instruments et de machines agricoles à Lyon).

C’est une éolienne Eclipse munie d’une palette de régulation. Lorsque la  vitesse du vent augmente, la palette pivote dans le sens du vent, la roue s’efface alors, par un système de contre-poids. La roue revient dans sa position initiale quand la vitesse du vent diminue.

La conversion du mouvement rotatif se fait par l’intermédiaire d’un engrenage réducteur qui permet de ralentir le mouvement de la tige de la pompe à eau. Ce mécanisme est prévu pour imprimer à une tige de commande de pompe un mouvement de va et vient vertical qui aspire l’eau au fond du puits et le refoule à l’extérieur.

Cette éolienne multipales est constituée de 6 sections comportant 3 pales chacune. Cela constitue une roue de 3,5m de diamètre avec 18 pales. " (Extrait du magazine "Ollioules Informations").
eolienne a la garde

serve ollioules
LA SERVE, bassin de rétention et de régulation. Toujours à Ollioules, ce grand bassin ou serve était une réserve d'eau destinée à l'arrosage. L'eau n'étant pas apportée à la parcelle de façon continue, le but premier des bassins est de stocker l'eau afin d'irriguer entre les temps d'arrosage officiels, décidés suivant un calendrier précis. Vous pourrez voir d'autres serves à La Valette du Var.


LE BASSIN D'AGREMENT, ici au Muséum d'histoire naturelle de Toulon.
trigance citerne eau
LA CITERNE COMMUNALE. Quand les sources et les puits ne suffisent pas, des citernes communales sont construites, comme ici à Trigance. Et pour les réservoirs monumentaux de la Cadière, la ligne de puits et la citerne de Trigance, c'est ICI.


LE MOULIN. Nous arrivons au moulin de Palisson ... " La possession des moulins et des eaux, leur mise en produit et surtout l'équitable répartition des eaux d'arrosage, étaient un objet de vive sollicitude pour les magistrats consulaires. Les titres et les documents relatifs à ces questions intéressantes existaient en très-grand nombre, mais ils se trouvaient répandus dans une multitude de dossiers de procédure. " (Bulletin trimestriel de la Société des sciences, belles-lettres et arts du département du Var, 1863).
moulin palisson ollioules
Comme la plupart des moulins d'Ollioules, celui de Palisson, mentionné au XVe siècle, est un ancien moulin à blé. Cette céréale était peu cultivée sur le territoire de la commune, elle était en grande partie achetée dans le moyen Var, dans la vallée du Rhône ou de la Durance. Jacques Parisson, coseigneur du Revest, possédait la moulin au XVIe siècle et le louait à la ville en échange d’une rente annuelle en nature, l'altération de son nom donnera le sien au moulin : Palisson (Ollioules.fr).

Le meunier, qui touchait une rente annuelle pour entretenir et faire fonctionner le moulin, habitait sur place et disposait d'un jardin privé.


La force de l'eau fait tourner une roue à cuillères qui entraîne une meule. Ecrasé entre les deux meules, le blé devient farine et son.

Vous trouverez les horaires de visite sur le site de l'office de tourisme d'Ollioules et pour en savoir plus sur les moulins à vent, à eau, à huile ... c'est : ICI.


Dans les collines

Pas de différence notable, on retrouve à l'écart des bourgs, des puits, des fontaines, des citernes, des moulins, des canaux ...

moulin à eau
Le Foulon à grains du parc Saint Pons à Gémenos est aussi un moulin à eau dont les meules était entraînées par la force hydraulique. Le bien nommé "chemin du blé" reliait Cuges les Pins au moulin, c'est aujourd'hui un chemin appréciait des randonneurs.
eau siou blanc
Sur le plateau de Siou Blanc, aménagement permettant de canaliser l'eau vers un réservoir (en bas à gauche).
bassin d'eau vins caramy
Bassin à Vins sur Caramy.
source sacree therapeutique
SACRE & THERAPEUTIQUE. Les Saliens, habitants du magnifique site de Glanum, lui attribuaient des vertus thérapeutiques. D'abord simple bassin taillé dans la roche la source est couverte d'un édifice au IIème siècle av JC. Le bassin (à droite), accessible par un escalier, était alimenté par une galerie de captage.
fontaine nostradamus saint remi provence
LE DIVINATOIRE.
La fontaine Nostradamus à Saint Remy de Provence.
Fontaine Ancienne "La Fonte Vieio" érigée en 1814. Buste de Nostradamus par Liotard de Lambesc, 1859.

" L'Histoire dans les mains de Nostradamus est souvent un conte de Cendrillon ou de la Barbe Bleue ; il lit plus d'une fois dans le passé comme son père lisait dans l'avenir ; mais ce que le prophète a de mieux que l'historien, c'est que le premier a écrit pour les grands et les petits, & que le second ne paraît avoir pris la plume que pour les Grands. Son histoire est cependant estimable par les recherches qu'elle contient. " (Essai sur l'histoire de la Provence - C-F Bouche - ed 1785).

Nostradamus est né le 14 décembre 1503 à Saint Rémy de Provence et mort le 2 juillet 1566 à Salon-de-Provence.

Il était, au choix, apothicaire, astrologue, charlatan, homme de sciences (de son époque !), praticien périodeute ou encore « grand médecin de la Renaissance, s’intéressait aussi à la géographie, la philosophie et à de nombreuses sciences. Conseiller et astrologue de Catherine de Médicis, il est surtout connu pour ses prédictions et prophéties, les "Centuries", qui, encore aujourd’hui, excitent toujours la curiosité. » Extrait du guide touristique de St Remy.

Et en 1808, à propos de Nostradamus : " il abandonna la profession de médecin pour prendre le métier plus lucratif de charlatan. A force de lui entendre dire qu'il lisait dans les astres, on se le persuada, et ses prédictions en quatrains rimes eurent un succès prodigieux. C'était le siècle des astrologues : Paris seul en comptait plus de trente mille. " (Voyages en France et autres pays - voyage de Chapelle).
source miraculeuse st joseph cotignac
MIRACLE & DEVOTION. Miraculeuses et lieux de dévotion. A Cotignac, la source Saint Joseph, permet "un grand nombre de guérisons ... On s'y transporte avec un tel empressement que l'autorité municipale doit intervenir. Des sommes abondantes arrivent de toutes parts. L'administration les recueille, et bientôt une grande chapelle est construite au lieu de l'apparition."
Egalement à la Sainte Baume,
la source Saint Sidoine aurait des "vertus oculaires", St Sidoine avait été guéri de sa cécité par Jésus.

" Le manque de pluie, des sécheresses obstinées sont le fléau qui pèse le plus habituellement sur nos campagnes. Contre cette pluie on invoque, outre la Sainte-Vierge qui, je viens de le dire, est toujours la première protectrice du genre humain et à qui, dans cette circonstance particulière, les habitants de Besaudun adressent leurs prières sous le titre de Notre-Dame de populo, on invoque, dis-je, Sainte-Christine à Cuers, Saint-Sébastien à Rians, Sainte-Marthe à Mujouls, Sainte-Maxime à Callian et à Mons. " Saint Probace à Tourves ... (Bulletin de l'Académie du Var - 1849).
ex-voto chute ane noria
Ex-voto - Selon le vœu ! Rendez-vous (à ne pas manquer) à la collégiale Saint-Paul d'Hyères pour découvrir une série exceptionnelle d'ex-voto associés à la mer, les naufrages, l'eau, les puits, les noyades ou encore la chute de ce pauvre animal dans une noria à Hyères en 1882. Heureusement, cette histoire s'est bien terminée, d'où l'ex-voto !

LE PUITS. L'indissociable couple : puits et jas.
citerne de frederic sainte baume
LA CITERNE (l'aiguier). Citerne de Beaumissard ou de Frédéric sur les pentes de la Sainte Baume, elle alimente un jas situé plus bas.

LA GLACE. N'oublions pas la production de glace au nord de la Sainte Baume entre le XVIIe et le début du XXe siècle.
lac la verne la mole barrage
LE BARRAGE. Saint Cassien, Sainte Croix, Carcès, du Noyer, du Trapan, de Dardennes ou encore de la Verne (ci-dessus) ... Une série de lacs assure l'alimentation en eau d'arrosage et de consommation de la région.
barrage de quinson
A Quinson, le barrage sert à la production d'électricité.

aqueduc romain frejus
L'AQUEDUC. L'aqueduc romain de Fréjus est l'aboutissement de 42 km d'aménagements, en effet, les Romains étaient allés capter l'eau à Montauroux et Mons pour l'alimentation de Forum Julii, aujourd'hui Fréjus. Si la plus grande partie de ce canal chemine sous terres quelques tronçons aériens sont encore visibles dont les arches Sénéquier, le pont de l'Esquine et naturellement dans Fréjus.
Souterrain, aérien, mais aussi enchâssé, pas de limite au génie romain
, ce canal compte en effet l'herculéen et très impressionnant ...
aqueduc romain de la roche taillee mons var
... Aqueduc de la Roche taillée à Mons.

" C'est dans le quartier de Beauregard que l'on voit ce fameux rocher d'une hauteur considérable, coupé en deux par les Romains, l'espace de quatre vingts pas en longueur et de cinq pas en largeur, pour continuer l'aqueduc des eaux de Siagne a Fréjus, qui commence un quart de lieue au-dessus. Je l'ai vu avec admiration. On l'appelle Roque-Taillade. On remarque un arc vers le milieu, qu'on laissa expres dès le commencement, de peur que les deux cotez ne vinssent à se joindre en s'éboulant. Il est d'une qualité très-dure, et se trouve situé au bord d'un précipice au bas duquel la rivière de Siagne coule à grand bruit. Il était impossible aux entrepreneurs de l'éviter. On employa pour cela non-seulement le fer, mais encore le feu et le vinaigre, à ce que j'en ai pu juger.

Les coups de marteau paraissent très distinctement dans les deux cotés de Roque-Taillade, coupée à diverses reprises, et d'une manière à faire juger que ce rocher avait été amolli de la fàçon que je viens de dire. Cette ouverture étant faite, on construisit le canal au niveau du reste dans le fonds. Ce canal subsiste encore dans toute la longueur de l'ouvrage, et se montre à l'entrée et à la sortie du rocher. " (Description historique du diocèse de Fréjus - Jacques-Félix Girardin, Joseph Antelmy - 1872 ).

A trois quarts de lieue de Fréjus, d'énormes tronçons de ruines commencent à poindre çà et là parmi les oliviers. C'est l'aqueduc romain. L'aqueduc neuf et complet était beau sans doute il y a deux mille ans, mais il n'était pas plus beau que cet écroulement gigantesque répandu sur toute la plaine, courant, tombant, se relevant, tantôt profilant trois ou quatre arches de suite à moitié enfouies dans les terres, tantôt jetant vers le ciel un arc isolé et rompu ou un contrefort monstrueux debout comme un peulven druidique, tantôt dressant avec majesté au bord de la route un grand plein cintre appuyé sur deux massifs cubiques et de ruine se transfigurant tout à coup en arc de triomphe. Le lierre et la ronce pendent à toutes ces magnificences de Rome et du temps." Victor Hugo Carnets - octobre 1839

Le superbe aqueduc, que les Romains avaient construit pour conduire les eaux de la Siagne à Fréjus, traverse la terre de Beauregard. On en voit les vestiges à Roquetaillade, c'est le nom que l'on a donné à un rocher taillé à plus de 20 pieds de profondeur & à 15 environ de longueur. L'aqueduc traverse ce rocher. Lorsqu'on considère les travaux des Romains en Provence, l'on admire combien ils ont dû employer de temps & quel devait être le nombre des ouvriers. (Description historique, géographique et topographique des villes, bourgs ... Claude-François Achard - 1787).


LE CANAL. Terminons ce circuit avec le canal de Provence qui sécurise l'alimentation en eau de la Provence. " Avec ses 5 000 kilomètres de canaux et de canalisations, la Société du Canal de Provence mobilise des eaux issues essentiellement des réserves du Verdon qu’elle transporte, puis distribue dans les départements des Bouches-du-Rhône, du Var, des Alpes-de-Haute-Provence et de Vaucluse. " (Société du Canal de Provence). Après c'est la mer, l'évaporation, le robinet ou la nappe phréatique.

Page 2 - Retour haut de page